Images

Une photographie pour la presse : Gabrielle Réjane, directrice de théâtre au début du XXe siècle

« Réjane discutant avec M. A. Edwards un projet d’architecte », BnF, département des Arts du spectacle : 4-RT-10328

Sur cette photographie1, la future directrice apparaît sous les traits d’une maîtresse d’ouvrage attentive : dans ce qui semble être son bureau, élégamment habillée, elle consulte, avec son propriétaire Alfred Edwards (1856-1914), le plan en élévation qu’un architecte lui adresse pour la façade de son théâtre.

Sur la photographie, on distingue déjà le fronton triangulaire et une grande arche devant servir d’entrée monumentale, que l’on retrouve dans le projet définitif et dans les programmes du Théâtre Réjane, ce dont témoigne le livret de La Petite Reine des Roses.

Pour Réjane (1856-1920), le choix de se faire photographier en étudiant ce projet plutôt qu’un plan du sous-sol n’est pas anodin : la façade est sans doute l’élément architectural le plus évocateur pouvant être reproduit sur un cliché, de même que le plus identifiable et le plus efficace dans la construction de l’identité visuelle du nouveau théâtre. Cette photographie est pensée pour paraître dans les journaux.

La presse, et en particulier la presse quotidienne, connaît en effet un véritable âge d’or au début du XXe siècle. Média de masse, d’une très large audience, il ne faut pas la négliger. À l’heure de faire la publicité de sa future salle, Réjane a bien conscience de cela. Tandis qu’un habile discours médiatique s’élabore au fil des articles, interviews et illustrations publiés jusqu’à l’inauguration du 14 décembre 1906, ce cliché qui présente le Théâtre Réjane comme la dernière ambition en date d’une comédienne moderne et active se voulant directrice éclairée révèle aussi, en filigrane, par le fait même d’avoir été réalisé et diffusé, la femme d’affaire avisée qu’est l’actrice, maîtrisant l’art de la mise en scène jusque dans les mécanismes de communication contemporains.

La façade du Théâtre Réjane telle que représentée dans le programme de La Petite Reine des Roses (1912-1913). BHVP, 4-PRO-0049 (RES).
  1. Reproduction photographique issue d’un recueil factice de coupures de presse, provenant d’un journal non identifié, conservé à la BnF. []

La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

Au sein de la littérature médiévale de langue d’oc, la vida est un texte en prose racontant la vie d’un troubadour. La majorité de ces œuvres fut rédigée au XIIIe siècle, après l’apogée de la littérature occitane. Nombre d’entre elles ont été copiées dans les manuscrits dits « chansonniers provençaux ». Ces compilations de lyrique occitane, dont une grande partie est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, furent pour la plupart composées en Italie du Nord au XIIIe siècle et au XIVe siècle. L’Italie fut en effet la principale terre d’élection des faidits ou « exilés », seigneurs méridionaux, parmi lesquels de nombreux troubadours, qui durent quitter leur terre après la croisade des albigeois. C’est pour cette raison qu’au bas Moyen Âge, l’Italie est devenue le centre de gravité de la littérature de langue d’oc, tant en ce qui concerne la composition que la compilation de textes antérieurs.

Parmi ces recueils, le chansonnier provençal I, probablement réalisé en Vénétie dans le dernier quart du XIIIe siècle1, de même que son « jumeau », le chansonnier provençal K, lui aussi conservé à la BnF.  Au sein des nombreuses vidas et œuvres de troubadours des XIIe et XIIIe siècles, on trouve notamment celle de Savary de Mauléon, seigneur poitevin du XIIIe siècle, sans doute composée par le troubadour Uc de Saint-Circq2.

Continuer la lecture de La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

  1. CAMPS (Jean-Baptiste), Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, 2 t. , ENSSIB, 2010, t. 2, p. 8-9 []
  2. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), « Savary de Mauléon, chevalier troubadour poitevin, traîtrise et société aristocratique », in Le Moyen-Âge, revue d’histoire et de philologie, n°2, 1999, t. CV, p. 290 []

Représenter l’arbre dans les herbiers : l’exemple du gattilier

Le Moyen Âge nous a légué de nombreux herbiers enluminés, réalisés pour la plupart aux XIVe et XVe siècles. Ces manuscrits sont parsemés de centaines d’illustrations de plantes et sont une source privilégiée pour l’historien de la botanique.

Les savants médiévaux mènent une réflexion approfondie sur les catégories du monde végétal. L’agnus castus (Vitex Agnus Castus selon la nomenclature de Linné, gattilier en français moderne) en est un bon exemple. Il s’agit d’un arbuste pouvant atteindre des tailles très variables et qui pousse surtout à la faveur du climat méditerranéen. Ses fleurs, bien reconnaissables, forment des épis bleu violacé ou rose. L’identité de cette plante varie beaucoup d’un texte à l’autre : certains encyclopédistes la qualifient d’herbe, d’autres d’arbre, d’arbrisseau, de « petit arbret », ou de « plante qui est de la grandeur des arbres… ». Les autorités antiques elles-mêmes ne sont guère déterminées sur la nomenclature à associer à ce végétal, ce qui laisse une certaine liberté d’interprétation aux compilateurs médiévaux.

L’iconographie botanique relaie les hésitations terminologiques concernant cette plante. L’agnus castus est souvent représenté comme une plante herbacée (figure 1), de petite taille, ramifiée dès la base : c’est le modèle dominant. Cependant, d’autres manuscrits donnent à voir une image bien différente de cette plante (figure 2) : elle peut être représentée comme un arbre, au tronc bien apparent et planté en terre. L’iconographie scientifique n’est donc pas toujours tributaire de modèles antérieurs, mais s’attache à mettre en place des solutions qui lui sont propres pour ordonner le monde végétal.

Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

Pierre Le Baud est assis, en train d’écrire, sans doute dans une mise en abyme de sa tâche d’historiographe de Bretagne, en regard du texte. Son vêtement montre bien qu’il s’agit d’un clerc, mais il se fait plus représenter en tant que lettré qu’en tant que chanoine1, tenant à la double nature du chanoine séculier, chargé de l’office divin et engagé dans le siècle.

Il s’agit d’une des rares représentations de chanoine de collégiale de la Bretagne médiévale, si ce n’est la seule.

Continuer la lecture de Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

  1. Pour une représentation classique de chanoine, voir le célèbre tableau de Van Eyck, La Madone au chanoine Van der Paele, où le chanoine est paré des attributs de sa fonction, celui de magister de la collégiale Saint-Donatien de Bruges : il porte un bréviaire, des lunettes, une aumusse de fourrure. []

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une négresse (1800)

C’est un tableau un peu postérieur à la période que j’étudie, d’une élève d’Élisabeth Vigée Le Brun, Marie-Guillemine Benoist (1768-1826). Il représente une « négresse » de face, qui n’est pas diminuée. Les nuances de sa peau sont très bien peintes, cela a beaucoup étonné les contemporains car personne n’avait cherché auparavant à capter aussi bien ces nuances. Elle porte les couleurs de la Révolution française, on y a donc vu un symbole de revendication de l’égalité et de l’abolition de l’esclavage. C’est un beau tableau, fort, qui joue aussi sur l’exotisme de son corps un peu dénudé, mais son regard n’est pas ambigu, elle nous regarde de face avec dignité. C’est une représentation qui illustre une évolution dans certaines mentalités de l’époque.

Bordeaux, en tant que port commerçant avec beaucoup de passage, était une ville où la familiarité avec les gens de couleur était grande : les créoles y étaient nombreux, les relations avec les personnes de couleur, y compris dans l’entourage familial, étaient fréquentes. En 1791, après un décret en faveur des gens de couleur, Bordeaux propose à la Constituante d’envoyer dans les colonies une partie de la garde nationale, afin de faire respecter le décret. Julien Raimond, un quarteron libre d’origine aquitaine et défenseur de l’indépendance de Saint-Domingue avec Toussaint Louverture, se souviendra de cette action.