Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Le boudoir, une pièce bien connue ?

Entretien avec Joséphine Grimm, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra en juin 2019 sa thèse intitulée Entre pièce intime et espace fantasmé : formes, décor et usage du boudoir de 1726 à 1802, sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Hugo Forster.1


Comment et pourquoi as-tu choisi de travailler sur le boudoir ?

Le XVIIIe siècle était une période qui m’intéressait particulièrement et, souhaitant intégrer le corps des conservateurs de musée, je me suis rapidement tournée vers le champ de l’histoire de l’art. Mais j’ai voulu que mon sujet soit transversal, qu’il ne se limite pas à cette première discipline et qu’il ait aussi trait à l’histoire sociale ainsi qu’à l’histoire des idées.
S’est alors rapidement imposée l’idée de travailler sur une pièce en particulier, et de m’inscrire ainsi dans une branche relativement récente de l’histoire de l’architecture qui intègre à la fois une analyse purement formelle et l’étude des pratiques d’habitation. D’abord intéressée par des travaux sur les cabinets scientifiques, j’ai été découragée par la complexité des sources et par la bibliographie existante. Grâce à mon directeur de recherche, je me suis alors plutôt tournée vers le boudoir qui, malgré sa grande notoriété, n’avait jamais bénéficié d’une étude approfondie. Continuer la lecture de Le boudoir, une pièce bien connue ?

  1. Illustration d’en-tête : Boudoir d’argent de Marie-Antoinette au Château de Fontainebleau, 1786. []

Le premier guide pratique du travail sur archives

En octobre 2018 est paru un guide pratique et méthodologique du travail sur les archives. Bien que la littérature historienne et archivistique soit importante dans ce domaine, il s’agit du premier ouvrage du genre.


Ses auteurs, Jonathan Barbier et Antoine-Mandret-Degeilh ne sont pas archivistes mais docteurs et enseignants à Science-Po Toulouse, le premier en histoire et le second en sciences politiques. Ils indiquent avoir pris comme référence certains guides méthodologiques existant dans les autres sciences humaines : celui de Howard S. Becker en sociologie1 et celui de Stéphane Beaud et Florence Weber en ethnologie2 .

Continuer la lecture de Le premier guide pratique du travail sur archives

  1. Becker (Howard S.), Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, trad. de l’anglais par Jacques Mailhos ; révisée par Henri Peretz, Paris, Éditions de la Découverte, 2002. Traduction de l’ouvrage original, Sociological work : method and substance, paru en 1977. []
  2. Beaud (Stéphane) et Weber (Florence), Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris : Éditions de la Découverte, 1997. []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes