Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Continuer la lecture de Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle

Entretien avec Martin Bugnicourt, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Du pain sur la planche. Les boulangers à Toulouse au XVIe siècle. Ce travail a été dirigé par MM. Jean-Marie Le Gall, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Louis Cheminot, élève archiviste paléographe en deuxième année.


Pourquoi ce sujet ? Pourquoi Toulouse ? Pourquoi le XVIe siècle ?

Pourquoi Toulouse ? Parce que j’ai une affinité avec la ville : j’y ai fait ma prépa. Et comme je viens du Gers… De même pour le XVIe siècle : comme c’est une période charnière entre Moyen-Âge et Époque Moderne, il y a beaucoup de continuités, en particulier dans l’histoire toulousaine. La ville est particulièrement dynamique à ce moment-là : le commerce du pastel a repris depuis le milieu du XVe siècle, puis fait la fortune de la ville jusqu’au début du XVIe siècle ; il s’effondre avec l’arrivée de l’indigo et des Guerres de Religions. La ville a donc amorcé son « déclin ». C’est aussi une période de grandes constructions architecturales avec de magnifiques hôtels particuliers. Enfin, rappelons que Toulouse forme un bastion catholique dans un pays acquis au protestantisme.

Je voulais d’autre part m’intéresser à l’histoire de l’alimentation, sujet qui me tient à cœur ; étudier un métier précis permettait de concilier ce goût-là avec celui que j’avais pour l’histoire des villes. Un métier de l’alimentation était parfait, car je pouvais parler de nourriture et surtout de nourriture quotidienne, car l’histoire de la gastronomie n’est pas ce qui m’intéresse le plus. Et comme il est impossible d’étudier un métier comme celui des boulangers sans parler de la ville elle-même, je retrouvais mon appétence pour l’histoire urbaine.

Continuer la lecture de Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle

Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Entretien avec Clément Grit, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Le roi avant la foi. Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610), un politique humaniste au service du Très Chrétien, et lauréat du prix Auguste-Molinier, récompensant chaque année la meilleure thèse de la promotion. Ce travail a été dirigé par MM. Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023).


La figure de Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610) évoque une riche historiographie de la diplomatie à l’époque moderne, bien qu’elle se tienne dans les marges de ces études. Comment t’es-tu progressivement emparé de ton sujet de recherche ?

Dès mes classes préparatoires, j’ai souhaité travailler sur les guerres de Religion, et en particulier sur la diplomatie à l’époque moderne. Je me suis alors déjà tourné vers M. Lucien Bély, spécialiste de ce domaine historiographique et enseignant à Paris-IV, pour sonder l’existence de sujets d’étude encore en friche. Il m’a alors recommandé de travailler sur un évènement que je connaissais mal, à savoir la paix de Lyon de 1601, entre la France et le Duché de Savoie. Il existe à son propos un fonds de lettres et d’ambassades produits par les négociateurs du traité, notamment du point de vue savoyard : la correspondance et les mémoires de René de Lucinge (1553 – 1615), résident du duc Charles-Emmanuel à la cour de France, passé à la postérité comme l’un des principaux artisans de la « légende noire » d’Henri III, décrivant alors Paris comme un lieu de débauche, et faisant le portrait d’un monarque Valois démoniaque pactisant avec les protestants. Les sources relatives à cette figure assez méconnue, valorisées et rendues accessibles par l’association des amis du château des Allymes, fief de Lucinge, étaient particulièrement abondantes. Pour autant, mon projet de recherche a encore eu le temps de mûrir avant que je ne m’y attelle effectivement.

Continuer la lecture de Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska

Entretien avec Jehanne Fleury, archiviste paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le jeudi 1er juin 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Servir la reine. La Maison de la reine Marie Leszczynska (1725-1768). Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ)1. Propos recueillis par Luc Grosshans (AP2).


Comment en es-tu arrivée à Marie Leszczynska ?

De façon assez classique, à vrai dire ! Je savais que je voulais travailler sur le monde de la cour J’avais déjà en tête depuis la prépa l’idée d’un travail de recherche portant sur le règne de Louis XV, parce que j’avais le sentiment qu’il n’était pas assez connu, en tout cas qu’il n’avait pas été aussi étudié que ceux de Louis XIV et de Louis XVI. J’avais particulièrement envie de travailler sur les femmes à la cour, alors je me suis intéressée, dans un premier temps, à la Maison de Mesdames, filles du roi. Marie Leszczynska n’est pas tout de suite celle sur qui j’avais porté mon dévolu ! Quand, au cours de la premi, j’ai contacté Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, j’ai appris qu’un mémoire de master venait d’être soutenu, sous sa direction, portant justement sur la Maison de Mesdames2. M. Olivier Poncet et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier m’ont alors invitée à regarder du côté des archives de la Maison de leur mère, Marie Leszczynska, qu’a priori personne n’avait exploitées en tant que telles. En les découvrant, j’ai pu mesurer l’intérêt qu’elles comportaient et j’ai été très heureuse de ce nouveau sujet de recherche. Continuer la lecture de Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska

  1. Image en bannière : portrait de Marie Leszczynska,par Alexis Simon Belle, vers 1730. Conservé au château de Versailles, MV4439. © Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot. Détail. []
  2. Anaëlle Herrewyn, La Maison de Mesdames, filles de Louis XV, Mémoire de master 2 en histoire, dir. P. Lemaigre-Gaffier, Université de Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), 2020. []

Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La grammatica et les différentes facettes
de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

Journées d’étude des jeunes chercheurs
27 et 28 juin 2023

École nationale des chartes (Salle Delisle)
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

Inscription recommandée, sous réserve des places disponibles
chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search