Commerce, faillite et déconfiture : le fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon

Pierre Fabry, élève archiviste paléographe de deuxième année, effectue actuellement un stage aux archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon. Il témoigne du travail qu’il réalise sur un fonds d’archives particulièrement intéressant à découvrir.

À l’occasion de mon stage aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon il m’a été confié une partie de l’inventaire d’un vrac d’archives, provenant du très riche fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon. Avant de présenter ce fonds et d’en détailler le classement en cours, revenons tout d’abord rapidement sur l’histoire de cette institution.

Continuer la lecture de Commerce, faillite et déconfiture : le fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon

Les sources inédites en histoire : programme des journées d’étude

L’équipe des Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon ont le plaisir de vous présenter le programme de leurs journées d’étude des vendredi 25 et samedi 26 mai 2018.

Autour de la question des sources inédites en histoire, nous nous interrogerons sur les types de sources exploitées par les historiens et sur les méthodes à mettre en œuvre pour appréhender ou pour éditer des sources historiques, à travers les exemples des recherches en cours de jeunes chercheuses et chercheurs.

Annonce à retrouver sur Calenda et programme ci-dessous.

Continuer la lecture de Les sources inédites en histoire : programme des journées d’étude

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Exposer des millénaires d’art chinois au Musée de Shanghai

C’est au sud de l’immense Place du Peuple que le bâtiment actuel du Musée de Shanghai a été élevé dans les années 1990. Haut de trois étages, ses milliers de pièces sont exposées dans onze galeries thématiques, aux côtés desquelles trois autres salles hébergent des expositions temporaires.

A l’ouest du Fleuve Jaune (Huangpu) et du Bund, cette promenade de banques et autres édifices coloniaux massifs de l’Entre-deux-guerres, vitrine de la concession internationale — qui fait face à la vitrine de la Chine contemporaine sur l’autre rive, Pudong et ses tours gigantesques et illuminées au crépuscule —, la Place du Peuple est une trouée carrée au cœur de Shanghai, un parc vert ponctué de modernes bâtiments prestigieux d’un blanc immaculé, entourés à l’horizon par une forêt de gratte-ciels. Ainsi, des architectes ont pu dessiner ces édifices qui composent un cœur culturel de la métropole, le Musée de Shanghai, le Musée d’urbanisme de Shanghai, le Grand Théâtre et la Salle de concert, qui gravitent autour de la Mairie. Le Musée de Shanghai est en face de cette dernière, séparés seulement par une avenue de drapeaux rouges aux cinq étoiles. Continuer la lecture de Exposer des millénaires d’art chinois au Musée de Shanghai

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes