Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste et diplomatiste de formation, titulaire d’une licence en archivistique de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de Dakar, diplômé (prom. 2021) du master Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire (TNAH) de l’École nationale des chartes (ENC), et diplômé du master Archives des XXe et XXIe siècles européens de l’Université de Bourgogne ; consultant en archivistique et gestion documentaire au Cabinet d’Expertise en Sciences du Livre et des Archives au Togo (CESLA-TOGO).1


Si des recherches historiques dont celles du savant sénégalais Cheikh Anta Diop2 ont permis de démontrer l’existence d’une culture de l’écrit en Afrique avant la période coloniale, il n’en demeure pas moins que les plus anciennes archives que nous retrouvons dans nos institutions archivistiques africaines contemporaines procèdent des activités menées par l’administration coloniale. Lors des indépendances, on assista, dans la majorité des cas, à un partage de ce patrimoine documentaire entre les anciennes métropoles qui se retiraient de leurs colonies avec des archives dites « de souveraineté » et les nouveaux territoires indépendants qui entraient en possession des archives dites « de gestion »3. C’est aussi le cas du Togo, pays de 56600 km2 situé en Afrique subsaharienne et limité au Nord par le Burkina-Faso, à l’Est par le Bénin, à l’Ouest par le Ghana et au Sud par l’océan Atlantique, qui a été protectorat allemand de 1884 à 1914 puis condominium franco-britannique à la suite de la défaite de l’Allemagne lors de la première Guerre mondiale avant d’accéder à sa souveraineté nationale et internationale le 27 avril 19604. Le Togo a en effet hérité d’un patrimoine archivistique remontant aussi bien à l’époque coloniale allemande que celle franco-britannique. À ces archives coloniales se sont ajoutées avec le temps les documents produits ou reçus dans le cadre de la gestion des affaires par les nouvelles administrations mises en place au lendemain des indépendances5. Dès lors se pose avec acuité la question de la préservation et de la gestion de ce patrimoine documentaire, d’où la prise de plusieurs initiatives, notamment dans les années 1960 – 1980, au nombre desquelles la création d’écoles de formation d’archivistes comme l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) à Dakar (Sénégal) en 1967 mais aussi le recours à des experts de l’UNESCO en vue de mener des réflexions visant au développement de politiques nationales d’archives dans divers pays d’Afrique voire d’Asie et d’Amérique latine6. Parmi ces experts figure François Jacques Himly, dont les apports, entre autres, à la réflexion pour une législation archivistique au Togo dans les années 1978-1979 seront au cœur de nos préoccupations dans le cadre de cet article.

Continuer la lecture de Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

  1. Image de bannière : Montage. À gauche, HIMLY François Jacques, Réorganisation et développement des archives : République togolaise – (mission), UNESCO, Paris, 1979, page de garde ; consulté depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO. À droite, carte du Togo : EC/JRC-ECHO / CC-BY-4.0 / Wikimedia Commons []
  2. DIOP Cheikh Anta, “Nations nègres et culture”, Présence africaine, Paris, 1955. []
  3. JOLLIVET Charly, Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours, thèse de doctorat en archivistique, Université d’Angers, 2020, pp. 60-68. []
  4. GAYIBOR Nicoué Lodjou, Histoire des Togolais : des origines aux années 1960. Le refus de l’ordre colonial, vol. 4, Karthala Éditions, 2011, 759 p. []
  5. MBAN Albert, Les problèmes des archives en Afrique : à quand la solution ?, L’Harmattan : Paris, 2007, 167 p. []
  6. Quelques-uns de ces rapports sont accessibles depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []

Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

Entretien avec Juliette Curien–Mangel (prom. 2022) qui a soutenu en juin sa thèse d’école intitulée « Le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759-1796). Innovations pédagogiques et formation des élites », sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire d’histoire moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et de M. Boris Noguès, maître de conférence à l’ENS Lyon.1 Propos recueillis par Arsène Donada–Vidal (élève archiviste-paléographe en 2e année).


Tu as changé de sujet en cours de route, passant d’une étude sur le collège de Juilly au collège de Sorèze. Pourquoi, et comment as-tu vécu ce changement ? Qu’est-ce qui t’a amenée à travailler sur ce sujet ?

Au moment de choisir un sujet de recherche au courant de la première année du cursus d’archiviste-paléographe (AP1) dès novembre 2018, je pensais travailler sur quelque chose de complètement différent : les voyages d’exploration en Afrique au XIXe siècle. J’avais rencontré une professeure et j’étais même allée aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, au printemps, pour y consulter les carnets de voyage de l’explorateur Alfred Dyé (1874 – 1926). J’envisageais donc dans un premier temps de travailler sur le personnage, voire d’éditer ses carnets. En fin de compte, au terme de l’année d’AP1, j’ai un peu regretté d’avoir délaissé la période moderne, avec laquelle j’avais le plus d’affinités.

Continuer la lecture de Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

  1. Image de converture : le clocher Saint Martin et la cour des Rouges de l’abbaye-école de Sorèze en 2008. Photo JYB Devot – Wikimedia Commons []

Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

Entretien avec Flavien Piovano (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des Chartes intitulée « Goscinny aux commandes : la politique rédactionnelle du journal Pilote (1959 – 1974) », sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’ENC, et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Hugo Forster.


Comment as-tu défini ton sujet d’études, et par quels fonds archivistiques as-tu décidé de l’aborder ?

C’est d’abord avec mon directeur de recherches à l’ENC, M. Christophe Gauthier, que j’ai travaillé à la définition de mon objet de recherche. Ma première idée portait sur un sujet polémique, celui de la caricature : je souhaitais à travers ce dernier étudier l’image et sa portée politique. De là, nous avons parlé de bande dessinée, et notamment de la BD des années 60-70 dont j’avais déjà une connaissance assez pointue, qui allait jusqu’à ses domaines plus alternatifs.
J’ai alors lu deux ouvrages de généralités, l’un sur la caricature2, l’autre sur la BD3. J’ai alors fait le constat de thématiques communes à ces deux médias – dont les frontières sont sensiblement poreuses –, comme celle de l’enjeu de l’évolution graphique et humoristique, ou encore celle de l’usage de la dérisions, qui m’ont amené à m’interroger plus particulièrement sur une période qui était présentée comme un tournant dans l’histoire de la bande dessinée, et dans laquelle René Goscinny (1926 – 1977) et le périodique Pilote (1959 – 1989) semblaient avoir joué un rôle majeur, sans pour autant que les ouvrages que j’avais consultés ne s’avancent plus dans l’analyse de ce tournant.
Mon directeur de recherches m’a alors indiqué l’existence d’archives personnelles de René Goscinny, toujours conservées par ses ayants-droits, à savoir l’Institut René Goscinny, dans le 16e arrondissement de Paris. Ces archives n’avaient pas encore été beaucoup exploitées, sinon par Pascal Ory, spécialiste de l’histoire culturelle, aujourd’hui Académicien. Les conditions étaient donc rassemblées pour un travail de thèse d’École des chartes, qui demande précisément, entre autres, l’exploitation d’un fonds documentaire inédit et peu connu.

Continuer la lecture de Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

  1. Image de bannière : illustration tirée du n°188 de “Pilote”. Photo personnelle []
  2. Bertrand Tillier, Caricaturesque. La caricature en France, toute une histoire… De 1789 à nos jours, Paris : Éd. de la Martinière, 2016. []
  3. L’art de la bande dessinée, dir. Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, Sylvain Venayre, Paris : Citadelles & Mazenod, 2012. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search