L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

Le 4 octobre 2018, Maliya AIHAITI a, dans le cadre des conférences Arkhéo PSL, présenté ses recherches. Cet article est issu de sa conférence. Il a été rédigé par LIN Meicun (林梅村), Professeur à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et Maliya AIHAITI (馬麗亞·艾海提), Doctorante en recherche à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et traduit par Adrien DUPUIS (顔典)


Les Hephtalites (Yeda 嚈噠) et les Xianbei du Liaodong 遼東鮮卑 partagent des origines communes. Ils proviennent des peuples dits Donghu 東胡 et parlent une langue altaïque de branche mongole. Ils se firent connaître des sources occidentales sous le nom de « Hephthalitai »1. À la fin du premier siècle ap. JC, suite à leur défaite contre la coalition formée entre les Han de l’Est et les Xiongnu du Sud, les Xiongnu du Nord se déplacèrent vers l’ouest, en Asie centrale. Les tribus Hephtalites et Xianbei du Liaodong en profitèrent pour migrer vers l’ouest et s’installer dans les steppes du Saibei (actuellement au nord de la Grande Muraille en Mongolie Intérieure). En 126, les huit grandes tribus hephtalites migrèrent des steppes du Saibei au piedmont septentrional des Tianshan. Ils assistèrent les Han de l’Est dans leur contre-attaque contre la tribu Huyan 呼衍 des Xiongnu du Nord aux monts Altaï. Ils étaient alors connus sous le nom de « huit Hua » (Ba Hua 八滑). Au piedmont septentrional des Tianshan, les Hephtalites côtoyèrent longtemps leurs voisins les tribus arrières des Jushi 車師, ce qui amena les chroniques historiques à décrire les Hephtalites comme une « autre sorte de Jushi ». Alors que les forces principales des Hephtalites se soient déplacées à l’ouest, des tribus résiduelles étaient restées dans les steppes du Saibei. Ceux-là étaient devenus, avec les tribus Gaoche 高車 de la vallée Chilechuan 敕勒川 des monts Yangshan 陽山 (actuels monts Daqingshan 大青山 en Mongolie Intérieure), des voisins de longue date, pour cela ils furent désignés dans les chroniques historiques comme une « autre sorte de Gaoche »2 . En 235 les Hephtalites quittèrent le piedmont septentrional des Tianshan pour migrer au sud des Jinshan 金山 (piedmont méridional des Altaï). Vers 460 ils s’imposèrent, depuis les monts Altaï, sur la vallée de l’Oxus (Amu-Daria) en Asie centrale. Étant alors la garde rapprochée du khagan des Rouran, les Hephtalites firent de nombreuses expéditions armées en Asie centrale, ils y prirent le contrôle de la route de la soie. Ainsi, les verres centrasiatiques offerts par les émissaires rouran aux Yan du Nord (Beiyan 北燕) provenaient des Hephtalites. Dans le même temps, au travers du khaganat rouran ou des échanges commerciaux de la route de la soie, ces derniers mirent la main sur les étriers, une invention xianbei. Ceux-ci permirent ainsi de renforcer considérablement la force de frappe de leur cavalerie. Cet article s’appuie sur les découvertes archéologiques et les recherches déjà menées. Il discute des vestiges laissés par les Hephtalites dans les monts Altaï et de la première diffusion des étriers en fer dans les steppes d’Asie centrale.

Continuer la lecture de L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

  1. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, Ji’nan, Jilu shushe, 1986, p. 10. []
  2. Maliya Aihaiti et Lin Meicun, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu », Zhongyuan wenwu, n°5, 2017. []

Quand les artistes dessinaient les cartes

« […] quand votre plaisir sera ou la nécessité le requerra, vous pourrez facilement, et l’un et l’autre, en peu de temps, en peu de lieu et sans grande dépense, voir à l’œil et toucher du doigt en particulier et en général toute l’étendue, grandeur, force et état de tout le royaume » Dédicace de Nicolas de Nicolay (1517-1583) à la reine Catherine de Médicis de sa Description générale du pays et duché de Berry.


Les Archives nationales présentent, depuis le 25 septembre 2019 et jusqu’au 7 janvier 2020, l’exposition Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen-âge et Renaissance1. Il s’agit de la première exposition entièrement consacrée à cette typologie documentaire que sont les cartes datant de l’époque médiévale et renaissante. En 1987, les Archives nationales avaient organisé une exposition sur la vision et l’aménagement de l’espace français entre le XVIe et le XIXe siècle2. Ces cartes se révèlent être autant des documents d’archives que des œuvres d’art à part entière. L’exposition en présente 97 qui sont originales dont 89 manuscrites, 10 de très grand format (supérieur à 2 mètres), 46 jamais exposées et 28 inédites. Toutes ces cartes ont été réalisées entre le XIVe et le XVIe siècle, principalement sur parchemin. Elles prennent néanmoins des formes variées comme le registre de l’armorial d’Auvergne, de Bourbonnais et du Forest de Guillaume Revel. Tous ces documents proviennent pour un tiers des Archives nationales et de trente-neuf autres institutions culturelles, services d’archives, bibliothèques et musées.

Continuer la lecture de Quand les artistes dessinaient les cartes

  1. Photo de couverture : Figure accordée de Boisbelle et sa terre franche, 1515-1528/1598, parchemin, 80 x 63 cm, Archives départementales du Cher, 4 H 481 n°7 []
  2. Espace français : vision et aménagement, XVIe-XIXe siècle, exposition organisée par la Direction des Archives de France aux Archives nationales, septembre 1987 – janvier 1988, Paris, Archives nationales, 1987. []

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème “Art et divertissement”. La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

« Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

Entretien avec Pia Rigaldiès, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui vient de soutenir son mémoire portant sur le design italien des années 1964-1974, sous la direction de Philippe Plagnieux (École nationale des chartes), Agnès Callu (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS / CNRS) et Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu le design italien des années 1964-1974 ?

Je dirais que c’est un design contestataire, une culture où la politique et le design sont très liés. On pourrait ajouter que c’est un art pop dans le sens où il est très influencé par le mouvement du Pop art, sans être fondamentalement populaire étant donné que l’on parle ici de pièces de collections et non pas d’un mobilier bon marché. Je trouve que cette ambivalence correspond bien au sujet que j’ai traité.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai choisi ce sujet car j’aime le design et les questions qui en découlent. J’aime me demander pourquoi les différents objets sont conçus comme cela, dans quel but et par quel cheminement intellectuel le créateur est passé pour arriver à ses fins. J’ai également eu le sentiment que ce sujet pouvait s’inscrire dans une véritable démarche de recherche historique en partant notamment du contexte de la ville de Turin, marquée par une très forte industrialisation. Le design et ses enjeux sont littéralement ancrés dans l’ADN de cette ville.

J’avoue avoir aussi été séduite par le lien très fort existant à cette période entre le design et la politique, deux questions qui ne peuvent être dissociées l’une de l’autre ici. Enfin, je cherchais un sujet fortement pluridisciplinaire. Or, le design allie par essence l’histoire de l’art, l’histoire industrielle, sociale et culturelle.

La recherche est aussi une bonne occasion de voyager : j’ai passé six mois à Turin dans le cadre de ma thèse, ce qui a constitué une prise de risque stimulante et le moyen de me créer un réseau de recherche sur place. J’ai été invitée à deux reprises à m’exprimer lors de colloques à Turin1, ce qui est une expérience toujours très enrichissante.

Continuer la lecture de « Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

  1. « Il 68’ alla facoltà di architettura negli archivi della prefettura », conférence inaugurale de la revue Histories of Postwar Architecture, 17 décembre 2018 et «STRUM = “strumento” per la lettura del progetto politico nell’Italia della contestazione» séminaire de l’association italienne des historiens du design (AIS/D), juin 2019 (publication des actes à venir). []

Journée d’étude de l’Ademec : “intelligence artificielle et institutions patrimoniales”

L’Association des diplômés et des étudiants de master de l’École nationale des chartes (Ademec) organise, avec le soutien de l’École et de la Bibliothèque nationale de France, une journée d’étude intitulée « Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités ». Cette journée aura lieu le 11 décembre de 9h30 à 17h45 sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.


Programme prévisionnel

9h30-10h Ouverture de la journée par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes et Nola N’Diaye, présidente de l’Ademec
10h-10h45 Conférence introductive « Intelligence artificielle et apprentissage automatique : des outils pour l’analyse et la valorisation du patrimoine », par Mathieu Aubry, chercheur à l’École des Ponts ParisTech
10h45-13h « Quand les institutions s’emparent de l’IA : les projets en cours »
10h45-11h30 Intervention à déterminer
11h30-12h15 « Data&Musée, l’analyse artificielle du big data au service du secteur culturel », par Jean-Claude Moissinac, maître de Conférences dans le groupe Multimédia au sein du département Image, Données, Signal de Télécom ParisTech
12h15-13h « Himanis, HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search », par Jean-François Moufflet, conservateur du patrimoine aux Archives nationales
14h30-16h « Sessions parallèles : ateliers pratiques et conférence »
14h30-16h Conférence (Petit auditorium) « Panorama de l’intelligence artificielle et de ses outils », par Gautier Poupeau, architecte des données à l’Institut national de l’audiovisuel
14h30-16h Atelier 1 « IA et traitement de l’image », par Jean-Philippe Moreux, expert scientifique Gallica, Bibliothèque nationale de France
14h30-16h Atelier 2 « IA et traitement du texte », par Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l’École nationale des chartes
16h-16h15 Pause
16h15-17h30 Table ronde « Stratégies métier et perspectives institutionnelles : comment anticiper l’utilisation des Intelligences Artificielles dans nos institutions ? », animée par Gildas Illien, directeur des bibliothèques du Muséum d’Histoire Naturelle, avec la participation de Arnaud Beaufort, directeur général et directeur des services et réseaux (Bibliothèque nationale de France), Agnès Magnien, directrice déléguée aux collections (Institut national de l’audiovisuel), Pierre Ouzoulias, chargé de recherche au CNRS et sénateur, et Vincent Perrin, Technical Leader (Watson AI IBM France)
17h30-17h45 Conclusion de la journée