Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Entretien avec Axelle Goupy (promotion 2019), auteure d’une thèse soutenue en juin dernier, intitulée Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen, préparée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École des chartes, et de Karine Boulanger, ingénieure d’études au CNRS et membre du Centre André Chastel. Propos recueillis par Léo Davy. Relecture et photographies de Julie Glodt.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

J’avais été impressionnée par une conférence de Jean-Paul Deremble sur la verrière de saint Lubin à la cathédrale de Chartres, quand j’étais en classe préparatoire. Il expliquait que le vitrail n’est pas une simple transcription des textes bibliques ou légendaires, mais le reflet de la volonté d’un commanditaire, l’évêque ou le chapitre canonial dans le cas présent. C’est une fenêtre ouverte sur une partie de la pensée de cette époque. Travailler sur le vitrail me permettait aussi de me familiariser avec la conservation des monuments historiques, qui est la voie que j’envisage de poursuivre. Par l’intermédiaire de Philippe Plagnieux, Claudine Lautier m’a conseillé de me rendre dans un atelier de restauration pour apprendre à analyser des verrières et en faire la critique d’authenticité. Les vitraux de la cathédrale de Rouen se sont ensuite imposés en raison de leur beauté, d’abord, mais aussi parce qu’ils avaient été très peu étudiés, contrairement aux vitraux contemporains et infiniment plus célèbre de Chartres ou de Bourges.

Continuer la lecture de Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Louis XIV et le masque de fer

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le troisième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne Louis XIV et le Masque de fer, ou Les princes jumeaux de Jérôme Le Grand (1748-1817), publié en 17921. Article rédigé par Lou Delaveau, archiviste paléographe (prom. 2019) et élève conservatrice des bibliothèques.


Fig. 1. Page de titre (f. A1r). La tâche d’encre, indélébile, n’a pas pu être effacée lors de la restauration entreprise par la bibliothèque.

Continuer la lecture de Louis XIV et le masque de fer

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 8R248 []

Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Martin Jaillet, doctorant de l’EPHE, est venu présenter un travail collectif de recherche et d’édition d’une correspondance complète d’un soldat du Premier Empire, pour la 1e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL).


Un corpus inattendu

C’est par une découverte fortuite que cette grande enquête sur un soldat de la Grande Armée a commencé. En juin 2018 Martin Jaillet s’est rendu compte qu’il avait fait l’acquisition d’un lot de papiers de famille, essentiellement constitué de lettres :

  • 51 lettres écrites par D.-F. Hinard à R. Passelais (1803-1807)
  • 1 lettre de H. Hinard (1877-1954) à sa femme et à son fils du 10/06/1936
  • 1 lettre d’A. Hinard (1912-2010) du 27/06/1936
  • Plusieurs faire-part de décès des années 1950-1960

L’examen matériel des lettres datées de la fin du Consulat et du Premier Empire montre qu’il s’agit de lettre-enveloppes, de quatre pages (dont une pour l’adresse), avec une écriture particulièrement soignée et régulière, généralement cachetées et timbrées. La plupart sont datées, et leur régularité prouve qu’il s’agit bien d’une correspondance suivie (bien qu’à sens unique). Continuer la lecture de Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ?

Dans un article précédent, nous présentions les modalités d’accès aux thèses d’École des chartes. Ces conditions de consultation vont très bientôt évoluer grâce aux efforts de la Bibliothèque pour mettre à disposition plus aisément tant les travaux récents que les thèses les plus anciennes1.

Comme nous l’avions déjà mentionné, la typologie des thèses d’École constitue, pour l’heure, une limite à leur diffusion : ni mémoires de master (aujourd’hui archivés dans DUMAS), ni thèses de doctorat (archivés dans HAL), ces travaux passent sous le radar des dispositifs nationaux d’archives ouvertes. Ils représentent pourtant une manne non négligeable à exploiter pour la communauté scientifique : depuis 1849, 2 864 thèses ont été soutenues.

Logo-HAL

En coopération avec le Centre Jean-Mabillon, l’Urfist de Paris, le CTHS, mais aussi avec les Archives nationales, la Bibliothèque est actuellement engagée sur plusieurs chantiers, comme celle d’une archive ouverte institutionnelle. Cela consistera, pour l’année 2020, en deux portails, un portail HAL-ENC, permettant le dépôt de tout type de production scientifique réalisée à l’École des chartes, l’autre en un portail d’accès dédié exclusivement aux thèses d’École.

Continuer la lecture de Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ?

  1. Je remercie Mesdames Camille Dégez-Selves, directrice de la bibliothèque, et Amandine Postec, adjointe de la directrice,  de m’avoir reçue afin de mettre à jour ces renseignements sur les thèses []

Le retour des “fonds de Moscou” en France

Les Presses universitaires de Rennes et le Service historique de la Défense ont publié en 2019 un ouvrage consacré aux archives françaises désignées sous le nom des « fonds de Moscou ». Il s’agit de sept km d’archives saisies en France durant la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne nazie, puis par les armées soviétiques, et conservées en URSS pendant près de quarante ans. Leur restitution et leur rapatriement en France se sont étalés sur plusieurs années, entre 1991 à 1998, à cause de différentes péripéties, coups d’arrêt et reprises. Les auteurs de cette synthèse sont autant des archivistes que des historiens, ce qui rend leurs contributions croisées d’autant plus intéressantes pour apporter un éclairage neuf sur les conditions de saisie et de traitement par les autorités allemandes et russes, et surtout sur les choix de traitement effectués par les autorités françaises à leur retour.


Continuer la lecture de Le retour des “fonds de Moscou” en France

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes