Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []

Appel à communication : Journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2019


« Tradition, transition, innovation »


« Comme la vie elle-même, l’histoire nous apparaît un spectacle fuyant, mouvant, fait de l’entrelacement de problèmes inextricablement mêlés et qui peut prendre, tour à tour, cent visages divers et contradictoires » (Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris : Flammarion, 2013, p. 20).

Tradition, transition et innovation. Ces trois mots touchent à l’évolution même des sociétés humaines depuis leurs origines et dans tous les aspects que celles-ci ont développés : organisation sociale, politique et institutions, idées religieuses et philosophiques, économie, arts et cultures, sciences et techniques, littératures et langages. Ils sont donc directement et entièrement en prise avec l’histoire. Leur succession pourrait laisser croire qu’ils résument grossièrement les différentes phases temporelles traversées par ces sociétés : passé, présent, futur. Or, c’est bien leur sens problématique qu’il s’agit d’interroger. Ces termes posent en effet des questions de la transmission et de la valeur de l’héritage qu’un individu, qu’une génération, ou qu’un pays transmettent. Ils interrogent donc les modes de réappropriation et d’adaptation, les notions de changement, de continuité, de progrès et de rupture, les courants novateurs et précurseurs et les forces de résistance ou d’opposition à l’œuvre. Ce sont également les multiples variations, parallèles et superposées, du temps qui entrent dans ce jeu complexe, tel que Fernand Braudel l’a mis en valeur au moyen des concepts de longue durée et de temporalité étagée. Ces évolutions peuvent se dérouler sur des siècles entiers, rester sourds aux oreilles des contemporains, et n’être révélés que par le travail a posteriori de l’historien, ou se manifester autour d’une chronologie resserrée de quelques mois ou années et marquer profondément la postérité. Le chercheur en histoire est lui-même au carrefour de ces questions : fils de son temps, ses intérêts, ses méthodes et ses références auront quelque incidence sur son travail. C’est donc à une réflexion sur le sens que peut revêtir une querelle des Anciens et des Modernes que cette journée invite.

Par ailleurs, il n’y a rien de plus concerné par cette réflexion que la dimension littéraire et philologique des textes, parce que les auteurs ont toujours relevé le défi de la comparaison avec leurs modèles, ainsi qu’avec la postérité. On est constamment confrontés à une tradition, nani gigantum humeris insidentes comme le disait Bernard de Chartres au XIIe siècle : qu’on la transmette ou qu’on la refuse, il s’agit de la renouveler. Cela vaut par exemple pour l’héritage de la littérature classique. Sa reprise, avec d’autres modèles, tels que la Bible ou les Pères de l’Eglise, croise les enjeux historiques de toutes les époques. Chaque étape entraîne de nouvelles innovations, d’autant plus quand l’évolution touche le changement de langage, comme pour le latin et les langues vulgaires, qui s’entremêlent et s’hybrident à partir du Moyen Âge. Quelle que ce soit la nature de l’échange, le rapport entre le passé, le présent et le futur se joue entre deux dimensions : la transmission intellectuelle et la transmission matérielle. Les textes sont copiés, souvent remaniés, ils voyagent avec les érudits, assurant la circulation des idées et un lien constant avec les ancêtres. C’est ainsi que la tradition se constitue, se déroule au fil des siècles, se réinvente dans une chaîne qui arrive jusqu’à nous.
Il en est exactement de même pour les œuvres d’art, sous n’importe quelle forme et quel que soit le contexte de création : l’évolution des matériaux, des techniques, des méthodes d’enseignement, du goût des commanditaires et du public, la diffusion des modèles et la mobilité des artistes concourent, chacun, à définir les modalités de la réception des traditions, de déroulement des transitions et d’élaboration des innovations dans un nœud particulièrement complexe, mais stimulant à comprendre.

Cette journée d’études interdisciplinaire est organisée par l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon de l’École des chartes et de l’école doctorale de l’EPHE. Elle est à destination de tous les jeunes chercheurs. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées. Les journées auront lieu les lundi 20 et mardi 21 mai 2019, dans les locaux de l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 14 janvier 2019 à l’adresse suivante :

chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.


Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :
• Nom, prénom et courriel ;
• Titre de la communication et résumé en 400 mots maximum ;
• Cinq mots clés ;
• Une brève bio-bibliographie.

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de Frédéric Duval et de Patrick Arabeyre, directeur et directeur adjoint du Centre Jean-Mabillon : Linda Papi (EPHE), Elisa Lonati (EPHE), Alice Crowther (EPHE), Angela Cossu (EPHE), Laura Endress (CJM), Nicole Bergk-Pinto (CJM), Zhihuan Zhou (EPHE), Emmanuel Roumier (CJM), Léo Davy (ENC), Ewen Thual (ENC). 

La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Entretien avec Pierre Marchandin, archiviste paléographe (prom. 2018), ayant reçu le prix Auguste Molinier pour sa thèse intitulée Des ailes et des roues. La place des moulins dans le système énergétique parisien médiéval (XIIIe-XVIe siècle), réalisée sous la direction de Mathieu Arnoux, directeur d’études à l’EHESS, et d’Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et archivistique médiévales à l’École des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Je souhaitais travailler sur la ville de Paris au Moyen Âge, mais pas forcément sur un sujet de topographie historique. Je voulais d’abord travailler sur les jardins parisiens et les dispositifs de production alimentaire domestiques, mais le manque trop important de sources rendait le sujet infaisable. Olivier Guyotjeannin m’a mis en contact avec Mathieu Arnoux, directeur du laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED) qui regroupe des chercheurs de plusieurs disciplines travaillant sur la question de la transition énergétique. Ce dernier m’a proposé un sujet sur l’histoire énergétique dans le Paris d’avant la révolution industrielle que j’ai accepté. L’avantage des moulins est qu’ils appartenaient principalement à des seigneurs, ils se retrouvent donc en nombre dans les archives.

Continuer la lecture de La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Un romancier aux archives

En août 2017 est paru aux éditions Julliard le nouveau roman de Philippe Jaenada, La Serpe, ayant obtenu le Prix Femina. L’auteur revient sur l’assassinat non élucidé de trois personnes dans un château du Périgord une nuit d’octobre 1941, au moyen d’une serpe. Il endosse les habits d’enquêteurs en retournant sur les lieux du crime et aux archives de l’affaire. La lecture de cet ouvrage est ainsi l’occasion d’exposer les liens entre roman et archives1.

Parmi les victimes figurent Georges Girard (1891-1941), chartiste devenu archiviste du Ministère des Affaires étrangères et écrivain ayant connu quelques succès d’éditions2, sa sœur non mariée, et leur domestique. Le fils de Georges, Henri Girard, le seul survivant à avoir été sur lieux pendant la nuit du crime, est la première personne vers qui les soupçons se tournent. Ses démêlés avec son père et sa tante pour des affaires d’argent et de mariage sont les principaux mobiles avancés. Il est défendu par l’un des avocats les plus médiatiques de l’époque, Maurice Garçon (1889-1967), qui parvient à le faire acquitter de façon surprenante à l’issu du procès de 1942, sans qu’aucun autre coupable ne soit trouvé dans les décennies suivantes. Le crime restait donc encore officiellement non élucidé.

La couverture du livre le présente comme étant un roman, l’inscrivant ainsi dans le registre de la narration d’histoires fictives. La synonymie des termes – une histoire, l’Histoire dont la première lettre peut s’écrire en majuscule ou en minuscule – suggère leur proximité au sein de la famille des études littéraires, bien que leur différence de nature ait été clairement distinguée parmi les sciences humaines. La citation de Paul Veyne, « L’histoire est un roman vrai », exposait déjà le parallèle entre les deux3.

Continuer la lecture de Un romancier aux archives

  1. Que soit remercié M. Édouard Bouyé, directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or, qui nous a donné l’idée de lire le livre de Philippe Jaenada et d’en faire un article consacré à cette question. []
  2. Son parcours professionnel est retracé dans la nécrologie qui lui est consacrée au numéro 104 de la Bibliothèque de l’école des chartes, 1943, p. 389-390. []
  3. Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1971, p. 10. []

Soutenances du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire »

Les soutenances des masters « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de la promotion 2018 se dérouleront du 13 septembre au 1er octobre à l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Calendrier des soutenances à lire ci-dessous.

Continuer la lecture de Soutenances du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire »

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes