Journée d’étude de l’Ademec : “intelligence artificielle et institutions patrimoniales”

L’Association des diplômés et des étudiants de master de l’École nationale des chartes (Ademec) organise, avec le soutien de l’École et de la Bibliothèque nationale de France, une journée d’étude intitulée « Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités ». Cette journée aura lieu le 11 décembre de 9h30 à 17h45 sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.


Programme prévisionnel

9h30-10h Ouverture de la journée par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes et Nola N’Diaye, présidente de l’Ademec
10h-10h45 Conférence introductive « Intelligence artificielle et apprentissage automatique : des outils pour l’analyse et la valorisation du patrimoine », par Mathieu Aubry, chercheur à l’École des Ponts ParisTech
10h45-13h « Quand les institutions s’emparent de l’IA : les projets en cours »
10h45-11h30 Intervention à déterminer
11h30-12h15 « Data&Musée, l’analyse artificielle du big data au service du secteur culturel », par Jean-Claude Moissinac, maître de Conférences dans le groupe Multimédia au sein du département Image, Données, Signal de Télécom ParisTech
12h15-13h « Himanis, HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search », par Jean-François Moufflet, conservateur du patrimoine aux Archives nationales
14h30-16h « Sessions parallèles : ateliers pratiques et conférence »
14h30-16h Conférence (Petit auditorium) « Panorama de l’intelligence artificielle et de ses outils », par Gautier Poupeau, architecte des données à l’Institut national de l’audiovisuel
14h30-16h Atelier 1 « IA et traitement de l’image », par Jean-Philippe Moreux, expert scientifique Gallica, Bibliothèque nationale de France
14h30-16h Atelier 2 « IA et traitement du texte », par Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l’École nationale des chartes
16h-16h15 Pause
16h15-17h30 Table ronde « Stratégies métier et perspectives institutionnelles : comment anticiper l’utilisation des Intelligences Artificielles dans nos institutions ? », animée par Gildas Illien, directeur des bibliothèques du Muséum d’Histoire Naturelle, avec la participation de Arnaud Beaufort, directeur général et directeur des services et réseaux (Bibliothèque nationale de France), Agnès Magnien, directrice déléguée aux collections (Institut national de l’audiovisuel), Pierre Ouzoulias, chargé de recherche au CNRS et sénateur, et Vincent Perrin, Technical Leader (Watson AI IBM France)
17h30-17h45 Conclusion de la journée

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2020

 

FORMULER L’HYPOTHESE, ETABLIR LA PREUVE :
DU TRAVAIL SUR LES SOURCES A L’ECRITURE DE L’HISTOIRE

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXe siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que le recours facile à la citation dont la nature probatoire est problématique. À l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. En histoire contemporaine, les archives orales renouvellent ces interrogations en raison de la valeur toute particulière qu’a acquis le témoignage depuis l’avènement de « l’ère du témoin ». Quant au philologue, sa tentative de remonter le courant de l’histoire jusqu’au moment de la naissance d’un texte ne peut que se nourrir d’hypothèses et se fonder sur la probabilité plutôt que sur la vérité. Enfin, l’environnement numérique rend encore plus complexe la résistance des hypothèses et l’administration de la preuve face au développement de l’ « infox » et à la rapidité de sa circulation qui entrent en contradiction avec le temps nécessaire à la vérification. En outre, la valeur probante des données et leur pérennisation dans le temps sont devenues le souci majeur des archivistes et sera celui des historiens du futur.

Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude (Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », 1980). La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents (Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, 1954). De la même manière en philologie, un aller-retour continu entre le peu de données matérielles et la foule de pistes différentes qu’elles ouvrent s’impose pour reconstruire les rapports existants entre les différents témoins d’un ouvrage, en choisir une version plutôt qu’une autre, en identifier l’auteur, la date et le milieu de composition, afin de se rapprocher le plus possible de l’original. L’histoire d’un ouvrage se définit alors petit à petit et se compose en grande partie des suggestions stratifiées et des hypothèses multiples que les chercheurs ont faites au fil du temps dans l’effort même de la reconstruire. C’est pourquoi l’historien assume la responsabilité d’organiser ses sources dans une hiérarchie d’importance, il les commente et en juge la fiabilité, en retouche certains aspects ou bien essaie d’en expliquer les incohérences, sur la base de son goût et de ses compétences.

Les représentations des études historiques sont dominées par la figure du chercheur travaillant sur ses « sources », qu’il convient de remettre en question. L’image de la source est celle du cours d’eau s’écoulant paisiblement entre un point de départ et un point d’arrivée : il en ressort l’idée d’une linéarité du travail historique. Cette fiction résiste mal à la réalité et aux problèmes concrets de la recherche scientifique. Elle passe aussi sous silence le fait que le chercheur est l’artisan de son questionnaire et de ses sources. Il leur donne leur statut et leur orientation selon sa méthode et ses intérêts. Mais en définissant sa source, l’historien construit sa preuve : il est alors susceptible de se faire à la fois juge et partie. Aborder la question du régime de la preuve revient à interroger intimement le régime de vérité du discours historique. En effet, s’il est vrai que les sources peuvent amener l’historien à reconstruire son questionnaire et à reformuler ses hypothèses, il a pu arriver au cours de l’histoire que des chercheurs manipulent la documentation, soit en voulant la faire parler, soit en la falsifiant. Dès lors, c’est le rapport entre preuve et vérité dans l’interprétation historique qui s’ouvre à la discussion (Victor Ferry, Traité de rhétorique à usage des historiens, 2015).

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? Quels sont les critères de sélection et de hiérarchisation des preuves ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

La journée d’études aura lieu les 3 et 4 juin 2020. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 13 janvier 2020 à l’adresse suivante : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu
Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :
• Nom, prénom et courriel ;
• Titre de la communication et résumé en 400 mots maximum ;
• Une brève bio-bibliographie

Comité d’organisation sous le comité scientifique d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Nicole Bergk-Pinto (ENC), Marie Bolot (ENC), Alice Crowther (EPHE), Léo Davy (ENC), Elisa Lonati (EPHE), Camille Napolitano (EPHE), Loïc Pierrot (ENC), Andrea Pistoia (EPHE), Olimpia Ratto-Vaquer (EPHE), Emmanuel Roumier (ENC/EPHE).


Image de couverture : Hypothèses sur les positions de du soleil Atlas céleste, Andreas Cellarius, 1708, Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie,  XH-30-FOL, planche 17.

Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Depuis le 14 septembre 2019 et jusqu’au 18 janvier 2020, les Archives nationales consacrent une exposition à Alphonse Bertillon et à ses inventions sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Intitulée « La science à la poursuite du crime : Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers », cette manifestation se donne pour but de retracer l’évolution des pratiques policières et des méthodes d’identification des individus au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est en effet à ce moment que naît la police scientifique en France. Le commissariat scientifique de l’exposition est assuré par Pierre Piazza, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Cergy-Pontoise.

Continuer la lecture de Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « “Le résumé de Paris” ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

PalaisRoyal01
Robert, Hubert (1733-1808), L’incendie de l’Opéra, vu des jardins du Palais-Royal, le 8 juin 1781, ca. 1781, huile sur toile, 84,5x114cm, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, P1081

Le Musée Carnavalet avait quant à lui organisé une exposition sur le sujet en 19883, mais celle-ci abordait la parcelle avec un point de vue fort généraliste qui laissait champ libre à une nouvelle étude sur le Palais-Royal comme centre d’attractions. Tout un fonds d’archives n’avait pas été exploité (la sous-série DQ10 aux archives de Paris) : j’ai pu prendre ces nouvelles informations en compte pour étayer ou au contraire infirmer des hypothèses tenues jusqu’ici. La connaissance des années 1790 à 1810 manquait en grande partie à l’étude du Palais-Royal.

Sur quelles sources as-tu construit ta recherche ?

Un grand arc de mon travail a consisté à établir un état exhaustif de l’iconographie du Palais-Royal entre 1780 et 1815. J’ai pour cela utilisé des ressources en ligne basiques type Gallica, mais ai surtout exploré les recueils topographiques d’estampes de la BnF. Les papiers des princes aux Archives Nationales (R4 281 à R4 299) m’ont fourni de très nombreux documents de gestion : entre autres, des baux permettant de connaître les loyers pratiqués, ou bien des états des lieux d’un grand intérêt pour comprendre l’évolution des immeubles et des appartements qu’ils abritent. La sous-série Z1J, qui contient les mémoires, expertises, toisés et devis des greffiers des bâtiments du Roi, a quant à elle été précieuse pour les descriptions de l’avancement des travaux ou l’évolution de l’état de délabrement de certaines parties des bâtiments. Aux archives de Paris, les archives des Biens nationaux, plus particulièrement la sous-série DQ10, fut extrêmement riche en informations pour ce qui est du fonctionnement quotidien de l’enclos après la mort du prince à son origine.

Continuer la lecture de Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []
  3. Le Palais Royal, Paris, Edition Paris-Musées, 1988 (Catalogue d’exposition : Paris, musée Carnavalet, 9 mai-4 septembre 1988). []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle