Archives par mot-clé : XXe siècle

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

Entretien avec Flavien Piovano (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des Chartes intitulée « Goscinny aux commandes : la politique rédactionnelle du journal Pilote (1959 – 1974) », sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’ENC, et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Hugo Forster.


Comment as-tu défini ton sujet d’études, et par quels fonds archivistiques as-tu décidé de l’aborder ?

C’est d’abord avec mon directeur de recherches à l’ENC, M. Christophe Gauthier, que j’ai travaillé à la définition de mon objet de recherche. Ma première idée portait sur un sujet polémique, celui de la caricature : je souhaitais à travers ce dernier étudier l’image et sa portée politique. De là, nous avons parlé de bande dessinée, et notamment de la BD des années 60-70 dont j’avais déjà une connaissance assez pointue, qui allait jusqu’à ses domaines plus alternatifs.
J’ai alors lu deux ouvrages de généralités, l’un sur la caricature2, l’autre sur la BD3. J’ai alors fait le constat de thématiques communes à ces deux médias – dont les frontières sont sensiblement poreuses –, comme celle de l’enjeu de l’évolution graphique et humoristique, ou encore celle de l’usage de la dérisions, qui m’ont amené à m’interroger plus particulièrement sur une période qui était présentée comme un tournant dans l’histoire de la bande dessinée, et dans laquelle René Goscinny (1926 – 1977) et le périodique Pilote (1959 – 1989) semblaient avoir joué un rôle majeur, sans pour autant que les ouvrages que j’avais consultés ne s’avancent plus dans l’analyse de ce tournant.
Mon directeur de recherches m’a alors indiqué l’existence d’archives personnelles de René Goscinny, toujours conservées par ses ayants-droits, à savoir l’Institut René Goscinny, dans le 16e arrondissement de Paris. Ces archives n’avaient pas encore été beaucoup exploitées, sinon par Pascal Ory, spécialiste de l’histoire culturelle, aujourd’hui Académicien. Les conditions étaient donc rassemblées pour un travail de thèse d’École des chartes, qui demande précisément, entre autres, l’exploitation d’un fonds documentaire inédit et peu connu.

Continuer la lecture de Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

  1. Image de bannière : illustration tirée du n°188 de “Pilote”. Photo personnelle []
  2. Bertrand Tillier, Caricaturesque. La caricature en France, toute une histoire… De 1789 à nos jours, Paris : Éd. de la Martinière, 2016. []
  3. L’art de la bande dessinée, dir. Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, Sylvain Venayre, Paris : Citadelles & Mazenod, 2012. []

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

La bibliothèque de l’École des Chartes, après la mise en ligne du portail HAL-ENC, poursuit son projet de valorisation des thèses des anciens élèves, appelé ThENC@.
Depuis 1849, plus de 3000 thèses ont été soutenues par les élèves de l’École nationale des Chartes en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Ces thèses sont versées de manière systématique aux Archives Nationales depuis 1961. Toutefois, les plus anciennes sont dispersées et ont parfois été conservées dans des institutions très différentes. Ce projet, qui a déjà porté à la création d’un site, a pour objectif de créer un accès unifié aux thèses, aux positions de thèse ainsi qu’à toutes les publications autour de celles-ci.

Dans ce cadre, Mme. Amandine Postec, responsable scientifique du projet et adjointe à la directrice de la bibliothèque de l’École des Chartes, a alors proposé aux élèves de participer et mettre en jeu leurs capacités pour contribuer activement à l’enrichissement d’une bibliographie Zotero réunissant toutes les références jusqu’ici trouvées pour la promotion 19001.

Continuer la lecture de La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

  1. Pour retrouver tous les titres des thèses soutenues depuis 1849 : http://theses.enc.sorbonne.fr/ []

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)