Archives par mot-clé : XXe siècle

Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Manon Lecaplain est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle soutiendra en 2019 sa thèse d’École des chartes sur les premières revues de modèles photographiques à destination des artistes (1902-1914), sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’Ecole des chartes et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 et historien des images. Elle est aussi régulièrement suivie par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF. Elle partage, avec enthousiasme, ce qui fait le sel de ses recherches. Propos recueillis par Pia Rigaldiès. 

Peux-tu nous parler de la genèse de ce sujet ? 

Je voulais travailler sur un sujet pluridisciplinaire, qui touchait à la condition de la femme, ou à la marginalité au tournant des XIXe et XXe siècles. J’avais d’abord pensé à l’iconographie des bordels mais c’est quelque chose qui a déjà été fait. J’ai été voir des conservateurs au département des Estampes de la BnF, sur les conseils de M. Gauthier, qui m’ont sorti les boîtes de trois revues : Le Nu esthétique, Mes Modèles et Le Nu académique, qui font aujourd’hui partie de mon corpus. J’ai trouvé le format très intéressant : ce sont des catalogues de poses qui prennent la forme de magazines bon marché, vendus entre 25 centimes et 2,50 francs pour les plus chers. Les photographies m’ont semblé assez intéressantes : les boîtes contenaient des photographies très académiques, et j’avais en tête les mutations de l’art du début du XXe siècle, ce qui me paraissait à l’époque paradoxal. Mais je me suis rendue compte par la suite qu’il y avait beaucoup de mises en scène et de montages.

Continuer la lecture de Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien

Jeanne Sébastien, récemment diplômée de master et élève archiviste paléographe, a accepté de nous parler de la thèse d’École qu’elle prépare, intitulée « Les voyages d’Odette du Puigaudeau en Mauritanie (1933-1961) ». Propos recueillis par Léo Davy.


Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Je souhaitais d’abord travailler sur le thème du voyage et j’ai pensé à un membre de ma famille qui a été explorateur chez les Inuits, mais je me suis confrontée au manque d’archives et à la difficile accessibilité du peu qui existait. J’ai ensuite pensé au Club des explorateurs et j’ai appris qu’il existait, au département des Cartes et plans de la BnF, un fonds d’archives inexploité concernant l’exploratrice Odette du Puigaudeau (1894-1991) qui a voyagé en Mauritanie et y a mené des missions ethnographiques pendant plusieurs décennies du XXe siècle.

Il existait déjà une biographie rédigée par Monique Vérité, ancienne conservatrice de la BnF, à partir des entretiens qu’elle a eus avec elle dans les dernières années de sa vie. Elle a ainsi pu convaincre Odette du Puigaudeau de léguer ses archives privées à la Société de Géographie (dont les archives sont conservées à la BnF depuis 1942). Cette biographie a été un point de départ mais le propos se concentrait surtout sur le récit de vie, sans réelle contextualisation des enjeux historiques et interrogations problématisées. Continuer la lecture de Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []

Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

Entretien avec Clara Roca, élève de quatrième année qui a réalisé une thèse intitulée Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois : de la conception à la réception (1960-fin des années 1980). Propos recueillis par Nola N’Diaye. 

Comment es-tu arrivée à ce sujet ?

Je suis partie de deux idées très vagues : l’étude de l’urbanisme au travers la bande dessinée d’une part, les objets du quotidien comme matériaux à la base d’œuvres d’art d’autre part. Dans le même temps, j’étais très intéressée par le design au sens large.

Diverses rencontres avec des professeurs et des professionnels m’ont permis de voir que le domaine du design était celui où j’aurais le plus de liberté, et il m’est peu à peu apparu que la chaise était un objet idéal à cibler, dans la mesure où il est particulièrement représentatif du travail des designers. Une rencontre avec Agnès Callu a été déterminante : elle m’a confortée dans l’idée de réaliser une étude de cas sur un objet particulier et m’a indiqué qu’il serait nécessaire de m’intéresser à un fonds d’entreprise assez conséquent et intact.

J’ai commencé un travail de prospection en contactant un nombre important d’entreprises de l’ameublement contemporain et j’ai pu faire deux constats : d’une part que la plupart des entreprises travaillant dans la période choisie (de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin des années 1980) avait fait faillite et que d’autre part, leurs archives n’avaient jamais été conservées. Pour pallier l’absence d’archives, il m’a donc fallu entrer en contact avec une société encore active aujourd’hui, ce qui permettait aussi de conduire des entretiens avec des témoins à même de combler le manque d’informations. Roche-Bobois s’est montré tout de suite intéressé, ce qui présentait un double atout : en plus d’avoir un fonds d’archives remarquablement complet, la seconde génération de dirigeants attache beaucoup d’importance à son patrimoine historique.  Continuer la lecture de Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

« Une histoire encore ! » L’École des loisirs aux Arts décoratifs

Le département des jouets des Arts décoratifs accueille actuellement une exposition consacrée à l’École des loisirs, pour célébrer son cinquantenaire.

Avant d’évoquer plus en détail de l’exposition, revenons sur les origines de la maison d’édition. En 1965, les Éditions de l’École ne conçoivent encore que des ouvrages scolaires mais Jean Fabre, Jean Delas et Arthur Hubschmid imaginent de réaliser des livres illustrés, dans l’objectif de rendre la lecture plus attrayante pour les jeunes et très jeunes lecteurs. Dans ces albums, les images motivent le récit et stimulent l’imagination dans une plus large part que dans l’édition traditionnelle destinée aux enfants. Le succès de l’École des loisirs, dû en particulier à ses liens étroits avec des médiateurs, notamment les professeurs des écoles et les éducateurs, lui a également permis de diversifier par la suite son catalogue, l’élargissant à des publications pour la jeunesse (romans pour adolescents mais aussi bandes dessinées,  etc.).

Le parti pris de l’exposition est de se mettre à la portée des petits et des grands enfants, aussi ce n’est pas le récit de l’histoire de l’expansion de l’Ecole des loisirs qui nous est proposé mais bien, selon le programme annoncé, un panorama de la création, sous des formes très diverses.

Continuer la lecture de « Une histoire encore ! » L’École des loisirs aux Arts décoratifs