Archives par mot-clé : XVIIe siècle

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271
Continuer la lecture de Dessiner pour bâtir

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

« Le Grand Condé. Rival du Roi Soleil ? » Une exposition inédite à Chantilly

20161118_155258

C’est dans la salle du Jeu de Paume près du château de Chantilly, la demeure des Condé, que Mathieu Deldicque, conservateur adjoint au Musée Condé de Chantilly, archiviste paléographe (prom. 2012), nous a présenté cette exposition inédite sur le Grand Condé, qui dure du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017. Nous avons eu la chance de la découvrir, dans le cadre du Club Culture du Bureau des Élèves & des Étudiants de l’École des chartes, en étant guidé par son commissaire, qui a pu ainsi nous expliquer les choix qu’il a faits dans la scénographie des quelques cent vingt pièces exposées. Continuer la lecture de « Le Grand Condé. Rival du Roi Soleil ? » Une exposition inédite à Chantilly

Un marquis à Thônes (1681-1695) : conseil de ville et autorités seigneuriales à travers les archives communales

Présentation d’une partie du fonds des archives communales déposées de la ville de Thônes, conservées aux Archives Départementales de la Haute-Savoie, à Annecy, où Clara Germann a effectué son stage de 2e année au premier semestre 2016.

La ville de Thônes, située au cœur du massif des Aravis, dans une région montagneuse de la Haute-Savoie, représente depuis l’époque médiévale un lieu d’histoire et une communauté villageoise prospère, à qui les comtes de Genève accordent en 1350 une charte de franchise. Insérée au sein de la seigneurie de la Val des Clefs, elle profite du déclin de la ville des Clefs et du partage de la seigneurie entre plusieurs co-seigneurs pour s’affirmer comme lieu central de circulation des richesses, notamment grâce à son marché. Elle est également le siège d’un châtelain, administrateur judiciaire et financier, prenant sa charge à ferme auprès du comte, puis du duc, qui exerce son autorité sur sa circonscription, ici le mandement de Thônes. La communauté, menée par ses syndics1 , garde précieusement ses archives dont on possède des inventaires depuis le XVIe siècle, et qui sont de la sorte bien conservées, malgré quelques aléas, notamment un incendie partiel au XVIIIe siècle. Il a été décidé au cours des années 1960 de les déposer aux Archives Départementales de la Haute-Savoie, à Annecy, à l’exception des documents les plus prestigieux, correspondant à la série AA du cadre de classement des archives communales (c’est-à-dire les actes constitutifs et politiques de la commune, émanant du pouvoir souverain), qui sont exposés, avec ladite charte de franchise, dans le musée de la ville. Continuer la lecture de Un marquis à Thônes (1681-1695) : conseil de ville et autorités seigneuriales à travers les archives communales

  1. « Les syndics, nommés par l’assemblée générale des communiers, exercent le pouvoir exécutif. Ils sont chargés, au nom de la communauté, de gérer les affaires publiques aux côtés du châtelain et d’assurer avec lui l’administration courante de la ville », définition tirée de La commune jusqu’en 1920 : 700 ans de bons et loyaux services, Archives Départementales de la Haute-Savoie, dir. Hélène Maurin et Julien Coppier, 2015 []