Archives par mot-clé : XVIIe siècle

Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Continuer la lecture de Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une « sirène » dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de « sirènes » en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271
Continuer la lecture de Dessiner pour bâtir

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle