Archives par mot-clé : XVIe siècle

Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Entretien avec François Bouquet, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506) », rédigée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École nationale des chartes, et de Chrystèle Blondeau, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université Paris-Nanterre. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La place dans un Moyen Âge christianisé des œuvres antiques, littéraires comme artistiques, m’intriguait. Si l’art médiéval s’est imposé comme une évidence lors du choix de mon sujet de recherche, il me fallait toutefois déterminer quelle part de l’héritage antique je souhaitais étudier et l’aire géographique sur laquelle me pencher. J’avais été marqué par la lecture de l’Énéide en classe préparatoire et la permanence des écrits classiques au Moyen Âge ainsi que leur adaptation par les artistes m’intéressaient particulièrement. Philippe Plagnieux m’a proposé de mener une étude iconographique en m’attachant à un héros antique, ce qui me permettait de déterminer la fortune de ce personnage au Moyen Âge : en partant des manuscrits médiévaux et tout d’abord des textes, œuvres classiques ou médiévales, je pouvais y examiner les représentations figurées qui en forment une première adaptation, puis élargir à d’autres supports iconographiques. J’ai tout d’abord discuté avec Charlotte Denoël, conservatrice en chef au Département des manuscrits de la BnF, dont la thèse porte sur le culte et l’iconographie de saint André. Par son intermédiaire, j’ai rencontré Chrystèle Blondeau qui a travaillé sur le personnage d’Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne et m’a indiqué qu’Hercule semblait également y occuper une place particulière. C’est autant la richesse et la subtilité du mythe d’Hercule que mon intérêt pour les commandes artistiques de ces ducs flamboyants qui m’ont attiré vers ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Le De arte rhetorica (Venise, 1521)

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le quatrième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne l’ouvrage De arte rhetorica, publié à Venise en 1521 par Alde Manuce et Andrea Torresano1. Article rédigé par Alissar Lévy.


In hoc volumine haec continentur. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M.T. Ciceronis de inventione lib. II. Ejusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. IIII. Ejusdem de claris oratoribus, qui dicitur Brutus : lib.I. Ejusdem orator ad Brutum lib. I. Ejusdem topica ad Trebatium lib I. Ejusdem oratoriae partitiones lib. I. Ejusdem de optimo genere oratorum praefatione quaedam. Index rerum notabilium, quae toto opere continentur, per ordinem alphabeti. (Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri mense octobri M. D. XXI).
Venise : Alde Manuce et Andrea Torresano, 1521, in-4.
262 f. ch. : [16] 1-245 [1] ; sign. *-**8, a-k8, l4, m-z8, A-G8, H10.

Page de titre

Entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, les étudiants de la Faculté des arts représentent une part considérable du public de l’imprimé : technologie récente qui se développe principalement dans les villes universitaires, les centres épiscopaux et les carrefours marchands. Beaucoup de libraires-imprimeurs consacrent une part importante de leur production à la publication des textes scolaires, qui peuvent être aisément commercialisés et qui sont pour cette raison avantageux sur le plan financier.

Le libraire-imprimeur humaniste Alde Manuce est l’un des plus célèbres éditeurs de textes scolaires de la Renaissance. Il exerce à Venise de 1494 à 1515, et est connu entre autres pour avoir inventé la typographie italique. Il est reconnaissable par sa marque à l’ancre et au dauphin, et par sa devise qui dit « hâte-toi lentement ». Homme d’érudition, Alde Manuce échange avec nombre d’auteurs savants de son temps, rédige des textes et prépare lui-même des publications destinées aux étudiants de l’université. Il est ainsi à l’origine d’un recueil de textes de Cicéron sur la rhétorique, qu’il imprime pour la première fois en 1514 avec son beau-fils, Andrea Torresano. L’ouvrage est précédé d’une préface d’Alde à Andrea Navagero, poète italien et homme politique qui participe plus tard à la libération de François Ier en 1526, prisonnier de Charles Quint à Madrid2. Comme d’autres publications scolaires de succès, ce recueil de textes sur la rhétorique est plusieurs fois réédité, en 1518, 1521, 1533 et ainsi de suite. L’édition que nous avons ici est celle de 1521.

En effet, même si Venise n’est pas une ville universitaire, elle est un pôle commercial important, qui produit des livres et les diffuse dans toute l’Europe. Les éditions italiennes sont de manière générale connues pour leur qualité esthétique et leurs influences humanistes, préférant par exemple aux caractères gothiques les typographies romaines et italiques. En outre, les libraires-imprimeurs italiens sont les premiers à faire de l’imprimerie un métier à part entière, au même titre que les autres métiers, avec des droits et des devoirs encadrés par les autorités : le « privilège », ancêtre du copyright anglais, apparaît pour la première fois à Venise en 1469, pour interdire, à la demande du libraire-imprimeur, la reproduction d’un matériel d’impression, et plus tard, d’un livre imprimé. Dans cet ouvrage, au bas de la page de titre, une mention rappelle l’existence d’un privilège pontifical successivement accordé par Alexandre VI (le pape Borgia), Jules II et Léon X, interdisant la reproduction des caractères italiques inventés par Alde, utilisés dans cette publication.

Dès le vivant d’Alde Manuce, les éditions aldines sont très prisées. Certains exemplaires de la première édition de ce texte furent par exemple imprimés sur vélin, comme des objets de luxe, à côté des exemplaires plus ordinaires, imprimés sur papier. Ces exemplaires de luxe n’étaient certainement pas destinés aux étudiants, mais à des prestigieux correspondants que le libraire-imprimeur souhaitait présenter. Dans le même temps, des libraires-imprimeurs aux pratiques douteuses contrefaisaient des éditions aldines, en imitant la marque et l’adresse d’Alde Manuce, pour mieux commercialiser des livres d’une moindre qualité, ce qui aurait amené l’imprimeur Vénitien à publier une affiche contenant les instructions pour bien reconnaître ses éditions.

Sur le long terme, les éditions aldines font parfois l’objet d’un véritable entretien bibliophilique, comme en témoigne cet exemplaire aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’École des chartes. Il s’agit en effet à l’origine d’un exemplaire ordinaire, à en croire les mentions manuscrites du XVIe siècle, peut-être apposées par des étudiants, et la reliure en parchemin souple, courante elle aussi sur les livres scolaires. Ensuite, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage intègre la bibliothèque du collectionneur Charles Claude-Marie Casati (1833-1919), qui a fait estamper son nom en lettres dorées sur le plat de la reliure. Or Casati a donné un grand nombre de livres anciens à l’École des chartes et nous savons qu’il ne faisait pas graver son nom sur tous les ouvrages qu’il possédait.

Plat de reliure avec le nom latinisé de Charles Casati

 

 

 

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 2xe 8R178 []
  2. Chevallier Raymond, « Un panorama de l’archéologie espagnole au XVIe siècle : note sur le Voyage en Espagne d’Andrea Navagero (1524-1526) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 27-1, 1991, p. 139-147. []

Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Continuer la lecture de Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une « sirène » dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de « sirènes » en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle