Archives par mot-clé : XIXe siècle

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Dans le cycle des « Pépites de la BEC », la bibliothèque de l’ École expose chaque mois quelques ouvrages remarquables issus de ses collections, choisis et présentés par un élève ou un étudiant de l’École nationale des chartes. En mars 2020, ce sont quelques exemplaires ayant appartenu à Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle, qui sont présentés au niveau 0 de la bibliothèque. Exposition organisée et article rédigé par Maxime Challon, étudiant en deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et médias à l’École des chartes.


Ouvrages présentés :
– Salutati COLUCCIO, Lini Colucii Pierii Salutati cancellarii florentini epistolae…, Florence, 1741 et 1742 8R217(1), 8R217(2)
– Gregorio MAYANS Y SISCAR, Gregorii Majansii […] tractatus de Hispana progenie vocis ur …, Madrid, 1779 8D72
– Giovanni Gioviano PONTANO, Ioannis Iovanni Pontani […] opera quae soluta oratione composuit…, Bâle, 1538 4R26(1)
– André SCHOTT, Hispaniae illustratae…, Francfort, 1603 FID4(1)

Continuer la lecture de Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Martin Jaillet, doctorant de l’EPHE, est venu présenter un travail collectif de recherche et d’édition d’une correspondance complète d’un soldat du Premier Empire, pour la 1e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL).


Un corpus inattendu

C’est par une découverte fortuite que cette grande enquête sur un soldat de la Grande Armée a commencé. En juin 2018 Martin Jaillet s’est rendu compte qu’il avait fait l’acquisition d’un lot de papiers de famille, essentiellement constitué de lettres :

  • 51 lettres écrites par D.-F. Hinard à R. Passelais (1803-1807)
  • 1 lettre de H. Hinard (1877-1954) à sa femme et à son fils du 10/06/1936
  • 1 lettre d’A. Hinard (1912-2010) du 27/06/1936
  • Plusieurs faire-part de décès des années 1950-1960

L’examen matériel des lettres datées de la fin du Consulat et du Premier Empire montre qu’il s’agit de lettre-enveloppes, de quatre pages (dont une pour l’adresse), avec une écriture particulièrement soignée et régulière, généralement cachetées et timbrées. La plupart sont datées, et leur régularité prouve qu’il s’agit bien d’une correspondance suivie (bien qu’à sens unique). Continuer la lecture de Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []