Archives par mot-clé : XIXe siècle

Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Continuer la lecture de Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

“Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

Entretien avec Alexandre Couturier (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse  intitulée« “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins (XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) », sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique modernes à l’École nationale des chartes (ENC), et de Joël Coste, directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École pratique des hautes études (EPHE). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Je souhaitais travailler sur l’histoire de la médecine, sans avoir de prédilection pour une période. Lors d’une visite à Rochefort, au Musée de médecine navale, j’ai discuté avec les conservateurs sur place et j’ai pu entrevoir un sujet. Au départ, je voulais travailler sur l’école de chirurgie de Rochefort, qui était un centre de formation dès le début du XVIIIe siècle pour les chirurgiens embarqués sur les navires du Roi. Je voulais m’intéresser au fonctionnement et à la pédagogie de ces écoles, inédites à l’échelle européenne. Toutefois, plusieurs travaux avaient déjà été consacrés à ce sujet et les archives étaient ténues sur ces aspects, ce qui m’a beaucoup fait hésiter. J’ai décidé de continuer de travailler sur la médecine des marins à l’époque moderne et, pour des raisons archivistiques, mes recherches se sont concentrées sur le XVIIIe siècle : les sources sont en effet plus rares et parcellaires pour les périodes antérieures.

Continuer la lecture de “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Dans le cycle des « Pépites de la BEC », la bibliothèque de l’ École expose chaque mois quelques ouvrages remarquables issus de ses collections, choisis et présentés par un élève ou un étudiant de l’École nationale des chartes. En mars 2020, ce sont quelques exemplaires ayant appartenu à Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle, qui sont présentés au niveau 0 de la bibliothèque. Exposition organisée et article rédigé par Maxime Challon, étudiant en deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et médias à l’École des chartes.


Ouvrages présentés :
– Salutati COLUCCIO, Lini Colucii Pierii Salutati cancellarii florentini epistolae…, Florence, 1741 et 1742 8R217(1), 8R217(2)
– Gregorio MAYANS Y SISCAR, Gregorii Majansii […] tractatus de Hispana progenie vocis ur …, Madrid, 1779 8D72
– Giovanni Gioviano PONTANO, Ioannis Iovanni Pontani […] opera quae soluta oratione composuit…, Bâle, 1538 4R26(1)
– André SCHOTT, Hispaniae illustratae…, Francfort, 1603 FID4(1)

Continuer la lecture de Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle