Archives par mot-clé : thèses 2020

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval

Soutenances des thèses de la promotion 2020

Les soutenances des thèses de la promotion 2020 des archivistes paléographes auront lieu entre le 2 et le 10 juin 2020. Elles seront présidées par Pascal Ory, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Contrairement aux années précédentes, elles ne seront pas publiques en raison du contexte sanitaire actuel, mais elles se tiendront à distance, en visioconférence.

Mardi 2 juin

9h-10h30 Mme Sarah Rigaudeau : Rédiger son testament selon le droit canonique au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) MM. Patrick Arabeyre et Franck Roumy
11h-12h30 Mme Louise Gousseau-Kotwica : Le Décor et le Métier. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1969) M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
14h15-15h45 Mme Clémence Becquet : La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) MM. Édouard Vasseur et Dominique Barjot
16h15-17h45 Mme Claire Colin-Bazin : Une épopée jésuite sur la Genèse. Traduction et commentaire des trois premiers livres de la Sarcotide de Jacob Masen parue en 1654 MM. François Ploton-Nicollet et Marc Smith

Jeudi 4 juin

9h-10h30 M. Julien Portal : Une paraphrase poétique des miracles du Christ à l’époque de la Réforme catholique : le Thevrgicon sive de miracvlis Christi (1644) de François Vavasseur M. François Ploton-Nicollet et Mme Émilie Seris
11h-12h30 M. Quentin Schoumacher : Le Duc, le Châtelain et le Territoire. La châtellenie d’Allinges-Thonon sous le règne du duc de Savoie Charles II (1504-1536) MM. Guido Castelnuovo et Laurent Perrillat
14h15-15h45 Mme Pia Ragaldiès : Italie, design et politique : fabrique d’un modèle et transferts culturels vers la France (1964-début des années 1990). Étude fondée sur les archives de Gruppo Strum et Studio 65 à Turin  Mmes Agnès Callu et Elena Dellapiana

Vendredi 5 juin

9h-10h30 Mme Alice de Brémond d’Ars : Eugène Renduel : parcours d’un éditeur au siècle des Romantiques MM. Christophe Gauthier et Jean-Charles Geslot 
11h-12h30 M. Pierre-Marie Bartoli : Les Dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939 MM. Christophe Gauthier et Bertrand Tillier
14h15-15h45 Mme Alissar Lévy : Du quadrivium aux disciplinae mathematicae : histoire éditoriale d’un champ disciplinaire en mutation (1480-1550). Une recherche de bibliographie matérielle et d’histoire sociale du livre à Paris au XVIe siècle Mmes Christine Bénévent, Joëlle Ducos et Isabelle Pantin

Lundi 8 juin

9h-10h30 M. François Mottais : Haec qvaliacvmqve svnt […] pvblicvm accipiant : la réception des Silves de Stace chez les poètes de l’Antiquité tardive MM. François Ploton-Nicollet et Vincent Zarini

Mardi 9 juin

9h-10h30 M. François Bouquet : L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506)  M. Philippe Plagnieux et Mme Chrystèle Blondeau
11h-12h30 Mme Hortense de Reviers de Mauny : Le Maître du retable de Beaussant. Redécouverte d’un enlumineur angevin du XVe siècle M. Philippe Plagnieux et Inès Villela-Petit
14h15-15h45 M. Pierre Fabry : La Maison de Baux, construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) MM. Olivier Guyotjeannin, Florian Mazel et Jacques Chiffoleau
16h15-17h45 Mme Élisabeth Charron : Le Lion et la Couronne. Les Estouteville, le roi et le royaume de France, vers 1350 – vers 1480  MM. Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

Mercredi 10 juin

9h-10h30 M. Aurélien Arnaud : Les Chemins de l’exode : l’évacuation des collections publiques françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. L’exemple des musées des beaux-arts de Lille, Cambrai et Valenciennes Mme Laurence Bertrand-Dorléac et M. Arnaud Bertinet
11h-12h30 Mme Enora Peronneau-Saint-Jalmes : Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à sens au XVIIIe siècle MM. Olivier Poncet et Raynald Abad
14h15-15h45 Mme Florine Jaosidy : Une mystique du cœur à l’âge baroque. L’exercice des dix jours du père Joseph du Tremblay M. Olivier Poncet et Benoist Pierre
16h15-17h45 M. Nathanaël Valdman : Sur les chemins de l’Empire. Voyages princiers, politique et lien social dans le Saint-Empire (XVIe-XVIIe siècles)  M. Olivier Poncet et Christophe Duhamelle

L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

Entretien avec Pierre-Marie Bartoli, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui vient d’achever sa thèse d’École intitulée Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939, sous la direction de Christophe Gauthier (École nationale des chartes) et de Bertrand Tillier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Loïc Pierrot.

Continuer la lecture de L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

« Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

Entretien avec Pia Rigaldiès, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui vient de soutenir son mémoire portant sur le design italien des années 1964-1974, sous la direction de Philippe Plagnieux (École nationale des chartes), Agnès Callu (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS / CNRS) et Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu le design italien des années 1964-1974 ?

Je dirais que c’est un design contestataire, une culture où la politique et le design sont très liés. On pourrait ajouter que c’est un art pop dans le sens où il est très influencé par le mouvement du Pop art, sans être fondamentalement populaire étant donné que l’on parle ici de pièces de collections et non pas d’un mobilier bon marché. Je trouve que cette ambivalence correspond bien au sujet que j’ai traité.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai choisi ce sujet car j’aime le design et les questions qui en découlent. J’aime me demander pourquoi les différents objets sont conçus comme cela, dans quel but et par quel cheminement intellectuel le créateur est passé pour arriver à ses fins. J’ai également eu le sentiment que ce sujet pouvait s’inscrire dans une véritable démarche de recherche historique en partant notamment du contexte de la ville de Turin, marquée par une très forte industrialisation. Le design et ses enjeux sont littéralement ancrés dans l’ADN de cette ville.

J’avoue avoir aussi été séduite par le lien très fort existant à cette période entre le design et la politique, deux questions qui ne peuvent être dissociées l’une de l’autre ici. Enfin, je cherchais un sujet fortement pluridisciplinaire. Or, le design allie par essence l’histoire de l’art, l’histoire industrielle, sociale et culturelle.

La recherche est aussi une bonne occasion de voyager : j’ai passé six mois à Turin dans le cadre de ma thèse, ce qui a constitué une prise de risque stimulante et le moyen de me créer un réseau de recherche sur place. J’ai été invitée à deux reprises à m’exprimer lors de colloques à Turin1, ce qui est une expérience toujours très enrichissante.

Continuer la lecture de « Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

  1. « Il 68’ alla facoltà di architettura negli archivi della prefettura », conférence inaugurale de la revue Histories of Postwar Architecture, 17 décembre 2018 et «STRUM = “strumento” per la lettura del progetto politico nell’Italia della contestazione» séminaire de l’association italienne des historiens du design (AIS/D), juin 2019 (publication des actes à venir). []