Archives par mot-clé : thèses 2019

Le boudoir, une pièce bien connue ?

Entretien avec Joséphine Grimm, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra en juin 2019 sa thèse intitulée Entre pièce intime et espace fantasmé : formes, décor et usage du boudoir de 1726 à 1802, sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Hugo Forster.1


Comment et pourquoi as-tu choisi de travailler sur le boudoir ?

Le XVIIIe siècle était une période qui m’intéressait particulièrement et, souhaitant intégrer le corps des conservateurs de musée, je me suis rapidement tournée vers le champ de l’histoire de l’art. Mais j’ai voulu que mon sujet soit transversal, qu’il ne se limite pas à cette première discipline et qu’il ait aussi trait à l’histoire sociale ainsi qu’à l’histoire des idées.
S’est alors rapidement imposée l’idée de travailler sur une pièce en particulier, et de m’inscrire ainsi dans une branche relativement récente de l’histoire de l’architecture qui intègre à la fois une analyse purement formelle et l’étude des pratiques d’habitation. D’abord intéressée par des travaux sur les cabinets scientifiques, j’ai été découragée par la complexité des sources et par la bibliographie existante. Grâce à mon directeur de recherche, je me suis alors plutôt tournée vers le boudoir qui, malgré sa grande notoriété, n’avait jamais bénéficié d’une étude approfondie. Continuer la lecture de Le boudoir, une pièce bien connue ?

  1. Illustration d’en-tête : Boudoir d’argent de Marie-Antoinette au Château de Fontainebleau, 1786. []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Soutenances des thèses de la promotion 2019

Les soutenances de thèse de la promotion 2019 des archivistes paléographes auront lieu du 4 au 14 juin 2019. Elles seront présidées par M. Olivier Matteoni, professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans la salle Léopold-Delisle de l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Le vendredi 14 juin se tiendront, à 9h, la réunion plénière du jury, et à 10h30, la réunion du Conseil scientifique. Ces réunions auront lieu en Sorbonne (salle des Commissions, 47, rue des Écoles). À 12 h seront proclamés les résultats.

Mardi 4 juin
10h30-12h M. Léo Davy : Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771)  MM. Guillaume Fonkenell et Dominique Poulot
14h-15h30 M. Emil Joubert : Deux « papyri mythologiques » funéraires de la BnF  Mme Chloé Ragazzoli et M. Youri Volokhine
15h30-17h Mme Aurélie Massie : La police du Châtelet de Paris (vers 1560 – vers 1610). Compétences, identités et pratiques des commissaires et sergents MM. Patrick Arabeyre et Olivier Poncet
17h-18h30 M. Paul Bastier : Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) MM. Olivier Poncet et Olivier Chaline
Mercredi 5 juin
14h-15h30 Mme Marion Lavaux : Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) MM. Alexandre Maral et Alexandre Gady
15h30-17h Mme Anne-Sophie Grollemund : Charles E. Bohlen, l’homme-clé des relations franco-américaines à l’heure du grand malentendu transatlantique (1962-1968) MM. Jean-Pierre Bat et Olivier Forcade
Jeudi 6 juin
9h30-10h30 Mme Hombeline Aubigny : D’une affaire menacée à un commerce florissant : Les premiers pas de la maison de joaillerie Mellerio en république (1870-1914)  M. Éric Anceau et Mme Lydwine Scordia
10h30-12h Mme Hélène Fuchs : C’est mon journal » ? Le bimensuel Femina de la Belle Epoque aux Années folles (1901-1922) MM. Christophe Gauthier et Dominique Kalifa
14h-15h30 M. Jean Bernard : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies des Templiers et des Hospitaliers en Franche-Comté  MM. Philippe Plagnieux et François Blary
Vendredi 7 juin
9h-10h30 Mme Florence Köll : Le « résumé de Paris » ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements  M. Guillaume Fonkenell et Mme Dominique Massounie
10h30-12h Mme Joséphine Grimm : Entre pièce intime et espace fantasmé. Formes, décor et usages du boudoir de 1726 à 1802 M. Guillaume Fonkenell et Mme Dominique Massounie
14h-15h30 Mme Julie Glodt : Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles) MM. Philippe Plagnieux et Alain Rauwel
15h30-17h Mme Axelle Goupy : Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen (1225-1230) Mme Karine Boulanger et M. Philippe Plagnieux
Mardi 11 juin
11h-12h30 Mme Jeanne Sébastien : Des chameaux et des hommes. Les voyages d’Odette du Puigaudeau en Mauritanie (1933-1961) Mmes Hélène Blais et Eve Netchine
14h-15h30 M. Gaëtan Lemaître : Le De Partibus Aedium de Francesco Maria Grapaldo. La pierre et l’eau. Édition critique et traduction du livre I, chapitres I et II. Mme Béatrice Charlet-Mesdijan et M. François Ploton-Nicollet
15h30-17h Mme Constance Langlade de Montgros : « Ad majorem Virginis Mariae gloriam ». Visages d’une tradition confraternelle immaculiste à Saint-Séverin (XIVe – XXe siècles)  MM. Olivier Poncet et Stefano Simiz
17h-18h30 M. Clément Dussart : Les graffitis de la période médiévale et de la première modernité. L’exemple du château de Selles à Cambrai MM. Nicolas Melard, Marc Smith et Mme Cécile Trefford
Mercredi 12 juin
9h-10h30 M. Thomas Martel : Stratégie et politique pendant la guerre du Rif (1921-1926) MM. Jérôme Pellistrandi et Pierre Vermeren
10h30-12h M. Antoine Boustany : L’œuvre des Capucins français à Constantinople. Aux confins des ambitions romaines et des politiques françaises en Orient (1881-1901)  Mmes Chantal Verdeil et Catherine Mayeur- Jaouen
14h-15h30 Mme Aude Ginestet : Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque  M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
15h30-17h Mme Manon Lecaplain : De l’impudeur esthétique à l’obscénité artistique : les premières revues de modèles photographiques de nu à destination des artistes (1902-1914) Mme Sylvie Aubenas et M. Bertrand Tillier
Jeudi 13 juin
14h30-15h30 M. Jérémy Chaponneau : La librairie Millanges à Bordeaux au début du XVIIe siècle. Édition et étude de l’inventaire après décès de Jacques Millanges (1624) Mme Christine Bénévent et M. Jean-Dominique Mellot
15h30-17h Mme Marion Blocquet : L’imprimerie franciscaine de Jérusalem au service de la Terre sainte (1846-1969) Mme Christine Bénévent et M. Vincent Lemire
17h-18h30 Mme Lou Delaveau : Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) Mme Christine Bénévent et M. Michel Pastoureau

 

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

Entretien avec Paul Bastier, élève de quatrième année qui soutiendra au mois de juin prochain sa thèse intitulée « Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) » préparée sous la direction d’Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université, et d’Olivier Poncet, professeur des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy1.

Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ? Avait-il déjà fait l’objet d’études historiques ?

L’expression « chef de guerre » s’inspire du titre d’un ouvrage sur César de Yann Le Bohec mais aussi d’un numéro de la Revue Historique des Armées sur ce thème. De 1744 à 1747 en particulier, Louis XV est véritablement un « chef de guerre » puisqu’il dirige nominalement l’armée royale. Le sous-titre de la thèse tempère ce portrait surprenant de Louis XV en guerrier : il s’agit de montrer l’intrication signifiante entre cérémonial de cour et commandement. C’est drapé dans le cérémonial et l’étiquette que Louis XV tient la main à la direction de la Guerre.

Continuer la lecture de Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

  1. Photo de couverture : Le siège et la prise de Fribourg-en-Brisgau, 1744, Pierre Lenfant, Château de Versailles []