Archives par mot-clé : thèses 2018

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

L’état actuel des recherches au sujet du château de Talmont, en Vendée, site qui fait actuellement l’objet d’un projet de recherches porté par l’Inrap et l’Université de Poitiers, autour de l’opération archéologique programmée réalisée chaque été sous la direction de Teddy Béthus (Inrap Grand Ouest) et Nicolas Prouteau (Maître de conférences, université de Poitiers – Cescm UMR 7302 CNRS), avec autorisation du SRA des Pays de la Loire. Mon travail de recherche s’inscrit dans ce projet de recherches interdisciplinaire, au sujet des programmes tardifs du château, et plus généralement de la période XIIIe-XVe siècle.

L’étude des périodes historiques anciennes, Antiquité et Moyen Âge, connaît des problèmes méthodologiques bien particuliers. Bien des problématiques doivent désormais faire appel au raffinement technique des spécialistes : spécialistes des textes, de l’iconographie, historiens d’art, archéologues… Le danger est désormais celui d’un trop grand cloisonnement disciplinaire qui cantonnerait chacun dans un champ restreint, ce qui serait évidemment néfaste à une approche globale de chaque période. En ce qui concerne le Moyen Âge, le château est objet fétiche1 tant dans l’imaginaire que dans les préoccupations des chercheurs, depuis le XIXe siècle. Aujourd’hui, les approches pluridisciplinaires renouvellent l’approche de ces édifices, dans le sens d’une étude des structures économiques et sociales des sociétés médiévales. Dans cet état d’esprit, les recherches actuelles sur Talmont incluent des approches  complémentaires qui s’enrichissent  mutuellement, archéologie et textes.

Continuer la lecture de Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

  1. LEROUX (Laure). « Du monument à son histoire : aperçu méthodologique des études castrales en France ». Annales de Janua, n°1. [En ligne] Publié le 15 avril 2013 []

Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

Aux origines du territoire de Marseille au Moyen Âge, ou comment Arlulf s’imposa au sein du comitatus Massiliensis à la fin du Xe siècle.

Pour donner un aperçu des questions territoriales dans le pays marseillais, le plus simple et le plus efficace reste de remonter aux origines de la famille vicomtale qui présida aux destinées du comitatus Massiliensis durant près de deux cent cinquante ans. Elle tenait à partir de la deuxième moitié du Xe siècle les trois honneurs constitutifs de l’autorité publique, c’est-à-dire l’episcopatus, l’abbatia de Saint-Victor, qui en dépendait, et la vicomté (comitatus).

Au commencement était Arlulf, obscur personnage de la fidélité du roi de Bourgogne Conrad III, dit le Pacifique. Il apparaît dans les sources en 950, lorsque Conrad lui concéda un important domaine fiscal, la curtis de Trets1. Elle s’étendait le long de la vallée de l’Arc, une rivière orientée est-ouest, courant entre le massif de la Sainte-Victoire et les monts Auréliens, entre Marseille et Aix. Très propice à l’agriculture, alimentant les deux cités en grains, cette curtis présentait également l’avantage d’avoir en son cœur, à Trets, une « turris », c’est-à-dire un ensemble fortifié qui fut probablement une résidence comtale à la fin du siècle précédent. Ce point est remarquable dans la mesure où il n’y en a pas d’autre dans le reste de la Provence orientale – les défenses se concentrant entre Arles et Avignon, là où les comtes avaient leur siège. Ainsi, le domaine concédé à Arlulf, avec tous les droits fiscaux afférents, est de nature à faire de cet homme un personnage incontournable de la politique provençale. Et, en ce milieu du Xe siècle, c’est bien la volonté de Conrad. Continuer la lecture de Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

  1. MGH, Diplomata, Burg., Konrad, Diplome (Placitum, Cartae), n°32, p. 141 []