Archives par mot-clé : thèses 2018

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []

La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Entretien avec Pierre Marchandin, archiviste paléographe (prom. 2018), ayant reçu le prix Auguste Molinier pour sa thèse intitulée Des ailes et des roues. La place des moulins dans le système énergétique parisien médiéval (XIIIe-XVIe siècle), réalisée sous la direction de Mathieu Arnoux, directeur d’études à l’EHESS, et d’Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et archivistique médiévales à l’École des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Je souhaitais travailler sur la ville de Paris au Moyen Âge, mais pas forcément sur un sujet de topographie historique. Je voulais d’abord travailler sur les jardins parisiens et les dispositifs de production alimentaire domestiques, mais le manque trop important de sources rendait le sujet infaisable. Olivier Guyotjeannin m’a mis en contact avec Mathieu Arnoux, directeur du laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED) qui regroupe des chercheurs de plusieurs disciplines travaillant sur la question de la transition énergétique. Ce dernier m’a proposé un sujet sur l’histoire énergétique dans le Paris d’avant la révolution industrielle que j’ai accepté. L’avantage des moulins est qu’ils appartenaient principalement à des seigneurs, ils se retrouvent donc en nombre dans les archives.

Continuer la lecture de La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Publication des positions des thèses 2018

L’École nationale des chartes publie les Positions des thèses 2018 soutenues par les élèves de la promotion 2018 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe. L’ouvrage est disponible sur le site du Comptoir des presses d’universités.

Les Positions des thèses soutenues par les élèves pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe sont publiées annuellement par l’École nationale des chartes depuis 1849.

Elles regroupent des résumés longs des thèses soutenues lors de l’année en cours, dont vous pouvez consultez la liste ici.

Une année après la parution papier, les positions sont mises en ligne sur le site de l’École des chartes. Sont actuellement disponibles les résumés des thèses des promotions 2000 à 2017.

Mise à jour : les positions de thèse de l’année 2018 sont en ligne, à retrouver à l’adresse suivante : http://www.chartes.psl.eu/fr/recherche/bundle/position_de_these/im_field_promotion/2018-427



Soutenances des thèses d’École de la promotion 2018

Les soutenances de thèse de la promotion 2018 des archivistes paléographes auront lieu du 11 au 18 juin 2018. Elles seront présidées par Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Paris-Nanterre, dans la salle Léopold-Delisle de l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Le mardi 19 juin se tiendront, à 9h30, la réunion plénière du jury, et à 10h30, la réunion du Conseil scientifique. Ces réunions auront lieu en Sorbonne (salle des Commissions, 47, rue des Écoles). À 12 h seront proclamés les résultats.

Lundi 11 juin
9h-10h30 Mme Anne-Claire Bourgeon : Soulager l’humanité souffrante. La bienfaisance du duc de Charost en milieu rural (1770-1800) MM. Reynald Abad et Olivier Poncet
10h30-12h Mme Élisabeth Sosson : Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion. La correspondance de Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle, entre 1559 et 1572  MM. Laurent Bourquin et Olivier Poncet
14h15h30 M. Charles Viaut : Du lieu de pouvoir au cadre de vie. Le château de Talmont du XIIIe au XVe siècle MM. Martin Aurell et Nicolas Prouteau
15h30-17h M. Pierre Vey : Du condominium aux territoires. Territorialisation, occupation des sols et réforme de l’Église à Marseille au Moyen Âge (950-1215) MM. Olivier Guyotjeannin et Florian Mazel
17h-18h30 Mme Catherine Koehl : « Vous estes au pays des sçavants et à la source de la science ». Le renouveau de l’abbaye Sainte-Geneviève à travers l’exemple du P. Du Molinet (1620-1687)  Mmes Christine Bénévent et Isabelle Brian
Mercredi 13 juin
9h-10h30 Mme Juliette Gaultier : « Que l’Europe soit esclave tant qu’elle veut, moi du moins je suis libre », édition critique de la correspondance européenne d’Achille Murat (1830-1833)  M. Jacques-Olivier Boudon et Mme Christine Nougaret
10h30-12h Mme Iulia Szekely-Calma : Les disputes de quolibet dans les universités d’Europe centrale (fin du XIVe siècle – début du XVe siècle) Mmes Pascale Bourgain et Olga Weijers
14h-15h30 M. Pierre Marchandin : Des ailes et des roues. La place des moulins dans le système énergétique parisien médiéval (XIIIe-XVIe siècle)  MM. Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin
15h30-17h M. Charles-Yung Baud : Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681) MM. Patrick Arabeyre et Franck Roumy
17h-18h30 Mme Sophie Hachou : Les journaux de René Coty (1936-1945). Un modéré entre deux Républiques M. Olivier Feiertage et Mme Christine Nougaret
Vendredi 15 juin
9h-11h Mme Sophie Gauthier : Au plaisir de Dieu, au service de l’État. L’ambassade près le Saint-Siège de Wladimir d’Ormesson au prisme de son journal (1948-1956)  MM. Jacques-Olivier Boudon et Jean-Dominique Durant
14h-15h30 M. Thomas Chauveau : La modernisation routière en France de 1900 à 1977 MM. Michel Margairaz et Frédéric Tristram
Lundi 18 juin
9h-10h30 M. Pierre Pocard :  « Pour leur peine et salaire d’avoir joué ensemble de leurs instruments ». Organisation et reconnaissance du métier de musicien instrumentiste dans la société urbaine de la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) M. Mathieu Arnoux et Mme Martine Clouzot
10h30-12h Mme Clara Germann : Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien : parcours, réseaux et mémoire (début VIe– fin VIIIe siècle)  Mme Josiane Barbier et M. Olivier Guyotjeannin
14h-15h30 Mme Hélène Huszti : La place de la Hongrie dans l’imaginaire de la France du XVe siècle  Mmes Marie-Madeleine de Cevins et Anne-Marie Legare
15h30-17h M. Jean Hennet : Le Pèlerinage de l’âme en prose et la Peregrinacio anime. Édition critique des réécritures du deuxième Pèlerinage de Guillaume de Digulleville  M. Frédéric Duval et Mme Géraldine Veysseyre

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud