Archives par mot-clé : thèses 2017

Soutenances des thèses d’École de la promotion 2017

Les soutenances des thèses d’École auront lieu du jeudi 1er au jeudi 8 juin 2017, en salle Léopold-Delisle à l’École nationale des chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris, sous la présidence de M. Albert Rigaudière, professeur émérite de l’Université de droit Paris II Panthéon-Assas.

Le vendredi 9 juin se tiendront la réunion plénière du jury (9h) et la réunion du Conseil scientifique (10h) en Sorbonne (salle des Commissions, 47, rue des Écoles), ainsi que la proclamation des résultats à 12h, qui sera suivie par un cocktail.

Les soutenances et la proclamation des résultats sont publiques. En raison du plan Vigipirate alerte attentat, il sera demandé au public de présenter une pièce d’identité et une photocopie du programme pour accéder aux locaux.

Jeudi 1er juin
9h-10h30 Mme Marina NAVAS : Les chansons, les jeux-partis et la poésie didactique de Ramon de Cornet. Édition critique. MM. Fabio ZINELLI et Frédéric DUVAL.
10h30-12h M. Renaud SEYFRIED : Des « ouvriers infidèles » et un commerce « odieux ». Appropriations et contrebande des laines dans la draperie rémoise 1760-1870. M. Philippe MINARD et Mme Liliane HILAIRE-PÉREZ
14h-15h30 Mme Célia CABANE : « Aux plumes d’or » Les maîtres écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle. MM. Reynald ABAD et Marc SMITH

 

Vendredi 2 juin
10h30-12h Mme Anne-Sophie LIENHARD : Les bénédictins et la société féodale. L’exemple du monastère de Neuwiller-lès-Saverne VIIIe-XVe siècles. MM. Benoît TOCK et Olivier GUYOTJEANNIN
15h30-17h Mme Julie DUPRAT : Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle. MM. Erick NOËL et François-Joseph RUGGIU
17h-18h30 M. Xavier de SAINT CHAMAS : Le prisme de l’écrit : vie et Indes de Jacques de Saint Pardoux (1753-1814). M. François-Joseph RUGGIU et Mme Christine NOUGARET

 

 

Mardi 6 juin
9h-10h30 Mme Chloé DEMONET : Le carnet de Sienne de Giuliano da Sangallo : les archives graphiques d’un architecte de la Renaissance. Mme Sabine FROMMEL, MM. Guillaume FONKENELL et Francesco BENELLI
10h30-12h M. Pierre MAULNY : Paul Hay du Chastelet ou la quotidienneté du pouvoir. MM. Yves-Marie BERCÉ et Benoist PIERRE
14h-15h30 Mme Laure MENDOUSSE : Regards vers le mur : les « graffiti » de Brassaï des années 1930 à 2016. MM. Thierry DUFRÊNE et Jean-Michel LENIAUD
15h30-17h M. Adrien BARBÉ : Fenêtre sur Tour : le Tour de France et l’image de la société française, des actualités cinématographiques aux débuts de la télévision (1947-1968). MM. Pascal ORY et Christophe GAUTHIER
17h-18h30 Mme Claire DANIÉLOU : Au générique des années noires. Les vedettes de cinéma en France pendant l’Occupation (1940-1944). MM. Pascal ORY et Christophe GAUTHIER
Mercredi 7 juin
10h30-12h Mme Blandine HUSSER : Beauté du paradoxe. Le cheval barbe dans son destin franco-algérien (1542-1914). M. Éric BARATAY et Mme Hélène BLAIS
15h30-17h Mme Marie TAUPIAC : Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen-Âge : étude des comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419). MM. Olivier MATTEONI et Olivier GUYOTJEANNIN
17h-18h30 M. Matias FERRERA : Fernán González : Comte de Castille devenu héros (Xème siècle – XVème siècle). MM. Denis MENJOT et Olivier GUYOTJEANNIN
Jeudi 8 juin
9h-10h30 M. Romain BENOIT : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon. » Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle. MM. Hervé DRÉVILLON et Olivier PONCET
10h30-12h Mme Lénaïg ROUMEGOU : L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, 1643-1715. MM. Hervé DRĖVILLON et Laurent BOURQUIN
14h-15h30 Mme Marion SOUTET : Jean-François Leblond : un consul diplomate à Venise (1718-1759). MM. Lucien BÉLY et Olivier PONCET
15h30-17h M. Peter NAHON : Langues parlées et liturgie des Israélites d’Aquitaine. MM. Jean-Pierre CHAMBON et Herman Prins SALOMON
17h-18h30 Mme Mathilde HAUSHALTER : Édition de la correspondance du nonce en France Girolamo Grimaldi-Cavalleroni (1641-1644). MM. Alain TALLON et Olivier PONCET

Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Élève archiviste paléographe de 4e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’ENC. 


Devant faire face à de nombreuses dépenses, les officiers militaires de l’Ancien Régime se trouvaient souvent obligés de payer leurs achats à crédit. Que ce soit pour le service ou pour leurs dépenses personnelles, ces officiers désargentés se trouvaient contraints de signer des reconnaissances de dettes. Des documents conservés aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon montrent comment les fournisseurs et particuliers cherchaient à se faire rembourser de ces créances dans les années 1770-1780. Nous y découvrons les tensions qui pouvaient exister entre fournisseurs (marchands) et régiments mais aussi celles qui parcouraient les troupes royales elles-mêmes. Se pose alors aussi la question du moyen de paiement à crédit utilisé par les militaires.
Continuer la lecture de Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Tour de France et actualités filmées

Rencontre avec Adrien Barbé, élève de 3e année, pour parler de sa thèse : « Regarder le Tour, voir la France : l’image de la société française dans le Tour de France des actualités filmées aux débuts de la télévision ». Propos recueillis par Pierre Pocard.


Commençons par le titre de ton projet de thèse : peux-tu analyser les différents aspects qu’il recouvre ?

J’ai voulu montrer avec ce titre, encore provisoire, que la représentation du Tour, à travers l’image animée, délivre plusieurs messages au spectateur et dépasse la simple compétition sportive : on montre la France, à la fois comme paysage et comme société. Il s’agit donc d’abord d’histoire culturelle même si la dimension sportive reste présente. L’objectif est de comprendre en quoi l’image animée a modifié et permis d’asseoir définitivement le mythe du Tour de France. C’est ainsi que je rejoins l’histoire du sport, puisque je traite de l’image que renvoient les champions par leurs exploits. L’image animée permet de passer d’une mythologie, pour reprendre le terme de Roland Barthes1 de l’inconnu et du non-vu, basée sur les journaux et la radio, à une mythologie du visible qui va au-delà du compte-rendu sportif. L’attitude de certains spectateurs actuels, qui regardent le Tour de France pour le paysage et le patrimoine n’est pas récente et s’assoit définitivement dès les années 1950. J’aimerais vraiment montrer en quoi les actualités cinématographiques ont servi de modèle pour le traitement médiatique du Tour jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Tour de France et actualités filmées

  1. Les Mythologies de Roland Barthes (Seuil, 1957), dans lesquelles l’auteur liste et analyse ce qu’il définit comme les « mythes » de son époque, sont une référence incontournable pour la compréhension de la légende du Tour de France, dans le chapitre « Le Tour de France comme une épopée », suivi d’un lexique des coureurs. []

Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de « mégères gendarmicides » au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : « il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps ». Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

« Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie »

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et « voyes de fait » à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches. Continuer la lecture de Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []