Archives par mot-clé : Thèses

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Entretien avec Clément Grit, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Le roi avant la foi. Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610), un politique humaniste au service du Très Chrétien, et lauréat du prix Auguste-Molinier, récompensant chaque année la meilleure thèse de la promotion. Ce travail a été dirigé par MM. Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023).


La figure de Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610) évoque une riche historiographie de la diplomatie à l’époque moderne, bien qu’elle se tienne dans les marges de ces études. Comment t’es-tu progressivement emparé de ton sujet de recherche ?

Dès mes classes préparatoires, j’ai souhaité travailler sur les guerres de Religion, et en particulier sur la diplomatie à l’époque moderne. Je me suis alors déjà tourné vers M. Lucien Bély, spécialiste de ce domaine historiographique et enseignant à Paris-IV, pour sonder l’existence de sujets d’étude encore en friche. Il m’a alors recommandé de travailler sur un évènement que je connaissais mal, à savoir la paix de Lyon de 1601, entre la France et le Duché de Savoie. Il existe à son propos un fonds de lettres et d’ambassades produits par les négociateurs du traité, notamment du point de vue savoyard : la correspondance et les mémoires de René de Lucinge (1553 – 1615), résident du duc Charles-Emmanuel à la cour de France, passé à la postérité comme l’un des principaux artisans de la « légende noire » d’Henri III, décrivant alors Paris comme un lieu de débauche, et faisant le portrait d’un monarque Valois démoniaque pactisant avec les protestants. Les sources relatives à cette figure assez méconnue, valorisées et rendues accessibles par l’association des amis du château des Allymes, fief de Lucinge, étaient particulièrement abondantes. Pour autant, mon projet de recherche a encore eu le temps de mûrir avant que je ne m’y attelle effectivement.

Continuer la lecture de Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska

Entretien avec Jehanne Fleury, archiviste paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le jeudi 1er juin 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Servir la reine. La Maison de la reine Marie Leszczynska (1725-1768). Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ)1. Propos recueillis par Luc Grosshans (AP2).


Comment en es-tu arrivée à Marie Leszczynska ?

De façon assez classique, à vrai dire ! Je savais que je voulais travailler sur le monde de la cour J’avais déjà en tête depuis la prépa l’idée d’un travail de recherche portant sur le règne de Louis XV, parce que j’avais le sentiment qu’il n’était pas assez connu, en tout cas qu’il n’avait pas été aussi étudié que ceux de Louis XIV et de Louis XVI. J’avais particulièrement envie de travailler sur les femmes à la cour, alors je me suis intéressée, dans un premier temps, à la Maison de Mesdames, filles du roi. Marie Leszczynska n’est pas tout de suite celle sur qui j’avais porté mon dévolu ! Quand, au cours de la premi, j’ai contacté Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, j’ai appris qu’un mémoire de master venait d’être soutenu, sous sa direction, portant justement sur la Maison de Mesdames2. M. Olivier Poncet et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier m’ont alors invitée à regarder du côté des archives de la Maison de leur mère, Marie Leszczynska, qu’a priori personne n’avait exploitées en tant que telles. En les découvrant, j’ai pu mesurer l’intérêt qu’elles comportaient et j’ai été très heureuse de ce nouveau sujet de recherche. Continuer la lecture de Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska

  1. Image en bannière : portrait de Marie Leszczynska,par Alexis Simon Belle, vers 1730. Conservé au château de Versailles, MV4439. © Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot. Détail. []
  2. Anaëlle Herrewyn, La Maison de Mesdames, filles de Louis XV, Mémoire de master 2 en histoire, dir. P. Lemaigre-Gaffier, Université de Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), 2020. []

Soutenances des thèses de la promotion 2023

Les soutenances des thèses de la promotion 2023 des archivistes-paléographes auront lieu entre le 25 mai et le 8 juin. Elles seront présidées par M. Franck Collard, professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris 10 – Nanterre, et directeur de l’UFR Sciences Sociales et Administration.

Les soutenances sont ouvertes à tous. Elles se tiendront au 65 rue de Richelieu, dans la salle Léopold-Delisle. Vous pouvez y assister selon le programme ci-dessous :

Continuer la lecture de Soutenances des thèses de la promotion 2023

Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

Entretien avec Adrien Julla-Marcy, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée L’histoire commence à vingt et une heure. Le documentaire historique à la télévision française (1949-1989). Cette thèse a été dirigée par M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

À la fin de ma troisième année de classe préparatoire au lycée Pierre de Fermat, à Toulouse, c’est l’expérience du festival L’histoire à venir qui m’a donné des idées pour la recherche. Cette année-là, le livre collectif Histoire mondiale de la France qui venait de sortir était présenté au festival et j’ai eu la possibilité d’assister à des conférences de Patrick Boucheron, et des historiens et historiennes qui y avaient participé à l’écriture collective du livre, ou à d’autres sommités comme Michèle Zancarini-Fournel. Il y avait comme thématique principale une réflexion sur les enjeux de l’écriture de l’histoire et ces rencontres m’ont permis de m’intéresser pleinement à l’historiographie pour la première fois ; on y discutait des différentes manières de raconter l’histoire, ce qui constitue une des bases du métier d’historien. Après la prépa, j’ai lu un certain nombre de travaux qui traitent des différentes manifestations du roman national et de son écriture, depuis le Dimanche de Bouvines de Duby au Mythe national de Suzanne Citron. L’enseignement de Laurent Avezou, qui est un spécialiste du sujet, a sans doute aussi pesé dans la balance. Une fois à l’école des chartes, lors de mes premiers échanges avec Christophe Gauthier, mon directeur de recherche, nous avons discuté, entre autres sujets toujours liés à cette notion d’écriture, de la possibilité de travailler sur les représentations audiovisuelles de l’histoire, en incluant le cinéma mais aussi les jeux vidéo. C’est finalement l’absence d’une étude exhaustive sur les documentaires historiques à la télévision qui m’a convaincu de choisir ce sujet. L’idée de départ était de travailler sur les représentations historiques, les discours et la mise en image, dans une perspective critique ; au fur et à mesure de mon travail, cet aspect s’est estompé pour s’inscrire plus pleinement dans une histoire institutionnelle et médiatique.

Continuer la lecture de Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

  1. Image de bannière: Rue des Archives, “Une Année comme les autres : 1963”, FR3, 19 novembre 1978. Images de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) []