Archives par mot-clé : Provence médiévale

Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

Aux origines du territoire de Marseille au Moyen Âge, ou comment Arlulf s’imposa au sein du comitatus Massiliensis à la fin du Xe siècle.

Pour donner un aperçu des questions territoriales dans le pays marseillais, le plus simple et le plus efficace reste de remonter aux origines de la famille vicomtale qui présida aux destinées du comitatus Massiliensis durant près de deux cent cinquante ans. Elle tenait à partir de la deuxième moitié du Xe siècle les trois honneurs constitutifs de l’autorité publique, c’est-à-dire l’episcopatus, l’abbatia de Saint-Victor, qui en dépendait, et la vicomté (comitatus).

Au commencement était Arlulf, obscur personnage de la fidélité du roi de Bourgogne Conrad III, dit le Pacifique. Il apparaît dans les sources en 950, lorsque Conrad lui concéda un important domaine fiscal, la curtis de Trets1. Elle s’étendait le long de la vallée de l’Arc, une rivière orientée est-ouest, courant entre le massif de la Sainte-Victoire et les monts Auréliens, entre Marseille et Aix. Très propice à l’agriculture, alimentant les deux cités en grains, cette curtis présentait également l’avantage d’avoir en son cœur, à Trets, une « turris », c’est-à-dire un ensemble fortifié qui fut probablement une résidence comtale à la fin du siècle précédent. Ce point est remarquable dans la mesure où il n’y en a pas d’autre dans le reste de la Provence orientale – les défenses se concentrant entre Arles et Avignon, là où les comtes avaient leur siège. Ainsi, le domaine concédé à Arlulf, avec tous les droits fiscaux afférents, est de nature à faire de cet homme un personnage incontournable de la politique provençale. Et, en ce milieu du Xe siècle, c’est bien la volonté de Conrad. Continuer la lecture de Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

  1. MGH, Diplomata, Burg., Konrad, Diplome (Placitum, Cartae), n°32, p. 141 []