Archives par mot-clé : Proche-Orient

Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Ehsan Behbahani-Nia, étudiant de l’EPHE, est venu parler de l’architecture de la Perse achéménide pour la 8e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir de ses recherches pour son mémoire de M2 à l’EPHE.


Résumé

L’empire perse achéménide constitue un tournant dans l’histoire de l’humanité. Les palais des Grands Rois achéménides en sont l’expression la plus connue, mais ils ont été finalement peu étudiés, dans le cadre d’une approche comparée avec l’architecture gréco-romaine et les autres architectures de l’époque, ainsi qu’en adoptant une démarche d’archéologie du bâti. Nous avons tous entendu le nom Persépolis, et pas uniquement pour le dessin animé: l’architecture de l’ensemble palatial, la grandeur et l’esthétique du site ont attiré l’attention des voyageurs depuis le XVIIe siècle. Quelle est l’origine de cette architecture impressionnante, dont tous les vestiges sont concentrés dans la région de Fars en Iran ? Comment des peuples perses semi-nomades, qui n’étaient pas familiers avec l’architecture en pierre, ont pu faire sortir de terre ces immenses palais au Ier millénaire av. J.-C ? Comment ont-ils construit ces bâtiments dont les vestiges impressionnent encore, 2500 plus tard, et ce malgré plusieurs destructions ? À quoi ressemblaient les chantiers de construction ? La conférence du 24 mai est essentiellement consacrée à la naissance de l’architecture achéménide, pour répondre à ces interrogations.

Abstract

The Achaemenid Persian Empire is a turning point in the history of mankind. The palaces of the Achaemenid Great Kings are the most famous expression, but they were finally little studied, as part of a comparative approach with the Greco-Roman architecture and other architectures of the time, as well as by adopting an architectural archeology approach. We have all heard the name Persepolis, and not just for the cartoon: the architecture of the palatial ensemble, the grandeur and the aesthetics of the site have attracted the attention of travelers since the seventeenth century. What is the origin of this impressive architecture, all vestiges of which are concentrated in the region of Fars in Iran? How semi-nomadic Persian peoples, who were not familiar with the stone architecture, were able to bring out these immense palaces in the first millennium BC? How did they build these buildings whose remains still impress, 2500 later, despite several destructions? What did the construction sites look like? The conference of May 24 is essentially devoted to the birth of the Achaemenid architecture, to answer these questions.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le « dépôt de manuscrits » en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

 Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’ Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’ orientalisme français de la deuxième partie du XXe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14 364 livres, 2 272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000. Continuer la lecture de Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []