Archives par mot-clé : Paris

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Baudelaire : la modernité mélancolique

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire (1822 – 1867), la Bibliothèque nationale de France a consacré ses espaces, du 3 novembre 2021 au 13 février 2022, à cette figure centrale du tournant littéraire du XIXe siècle, poète et critique littéraire, avec l’exposition Baudelaire, la modernité mélancolique.

L’intention primordiale du commissaire principal de l’exposition, Jean-Marc Chatelain1, directeur de la réserve des Livres rares, a été celle de réaliser une exposition qui permettrait de donner une forme visuelle à un propos littéraire.2

Continuer la lecture de Baudelaire : la modernité mélancolique

  1. Commissaires associés : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie (BnF) ; Julien Dimerman, conservateur du département Littérature et art (BnF) ; Andrea Schellino, maître de conférence (Université de Rome III []
  2. Image de bannière : Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, Collection Spoelberch de Lovenjoul. © RMN – Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot []

La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

Hugo Forster (AP3) a réalisé au printemps 2021 un stage de deux mois au sein du Service du Document et des Échanges (SDE), rattaché au Bureau des Bibliothèques et de la Lecture (BBL) du réseau des 72 bibliothèques publiques de la Ville de Paris. Profitant de cette occasion pour explorer les enjeux que soulève un service central tel que le SDE, il propose ici une présentation de la jeune Bibliothèque Numérique parisienne,  base de prêt dont les usages connaissent de profondes mutations depuis le début de la pandémie de Coronavirus.


Dans la conjoncture inédite du confinement du printemps 2020, les pratiques culturelles des Français ont connu des mutations dont on ne sait pas encore à quel point elles s’avèreront pérennes, mais qui auront au moins eu le mérite de mettre au jour quelques clés de lecture des dynamiques en cours, notamment dans le domaine de la lecture numérique.
Sans surprise, la lecture – numérique ou non – a durant la crise sanitaire confirmé sa place centrale dans les loisirs culturels des Français. Là où il y a du nouveau, c’est dans la diversification des usages de la lecture : 20% des « lecteurs » actuels de livres audio numériques ont inauguré leur pratique dans le premier semestre de 2020, et 20% des personnes qui incluaient déjà le livre dans leur paysage culturel habituel ont acheté au moins un équipement permettant la lecture numérique pendant la durée du confinement1.
Continuer la lecture de La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

  1. Pour plus de données statistiques sur la lecture numérique pendant le confinement du printemps 2020 : Baromètre sur les usages du livre numérique : édition spéciale « confinement », enquête menée par OpinionWays et dirigée par le SNE, la SOFIA et la SGDL. []

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème “Art et divertissement”. La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle