Archives par mot-clé : Paléographie

Etude des écritures manuscrites anciennes

Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

Entretien avec Max Hello, archiviste paléographe (promo. 2023), prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art, pour sa thèse intitulée « Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècles) », sous la direction de Charlotte Denoël (BnF, conservatrice en cheffe au département des manuscrits) et Anne-Orange Poilpré (Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Louis Cheminot, AP21.


Pourquoi ce sujet ?

Pour commencer, j’étais très attiré par le haut Moyen Âge de façon générale. Je savais que je voulais faire un sujet “histoire de l’art”, même si je cherchais un sujet un peu hybride – et il s’est avéré hybride en l’occurrence – d’où le choix de travailler plutôt sur des manuscrits. C’est un médium qui m’intéressait beaucoup, qui est très compliqué à aborder – ça rajoute un challenge supplémentaire – et j’ai estimé que, dans le cadre d’un travail de chartiste, c’était intéressant de se confronter à ce type de sources. Puis je suis allé voir Charlotte Denoël, conservatrice en cheffe au Département des Manuscrits médiévaux ; nous avons fait le tour des productions du haut Moyen Âge, ce qui n’est pas compliqué puisqu’il n’y en a que quatre : mérovingienne, insulaire, carolingienne et ottonienne. La production carolingienne est déjà très étudiée ; je ne suis pas germaniste, ce qui rend l’étude des manuscrits ottoniens plus délicates ; quant à la production insulaire, c’est surtout l’apanage des chercheurs anglo-saxons. Il ne restait plus que la production mérovingienne, qui s’est imposée d’elle-même puisque, mine de rien, beaucoup de sources se trouvent en France – c’est quand même plus simple pour un jeune chercheur – et notamment à la BnF. Surtout, il s’agissait de la production la moins connue des quatre, celle qui méritait le plus de recherche finalement, et qui connaissait un certain regain d’intérêt : quand j’ai choisi mon sujet, vers 2019, on était trois ans après la grande rétrospective sur l’art mérovingien du musée de Cluny, codirigée par cette même Charlotte Denoël2. Continuer la lecture de Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

  1. Image de couverture : Varia opera (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 99 Weiss., fol. 1r), Luxeuil, c. 720-730. []
  2. Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, dir. Isabelle Bardiès-Fronty, Charlotte Denoël et Inès Villela-Petiy, Paris, 2016. []

Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La grammatica et les différentes facettes
de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

Journées d’étude des jeunes chercheurs
27 et 28 juin 2023

École nationale des chartes (Salle Delisle)
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

Inscription recommandée, sous réserve des places disponibles
chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

“Aux plumes d’or” : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée “Aux plumes d’or”. Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de “Aux plumes d’or” : les maîtres écrivains au XVIIe siècle