Archives par mot-clé : Ordres militaires

Compte rendu de l’arkhéoconf « Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté » par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf « Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté » par Jean Bernard

Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Entretien avec Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, à propos de la thèse d’École des chartes qu’il soutiendra au mois de juin prochain, sous la direction de Philippe Plagnieux et de François Blary : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies en Franche-Comté. Propos recueillis par Léo Davy.

Continuer la lecture de Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté