Archives par mot-clé : Moyen Âge

Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

Entretien avec Max Hello, archiviste paléographe (promo. 2023), prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art, pour sa thèse intitulée « Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècles) », sous la direction de Charlotte Denoël (BnF, conservatrice en cheffe au département des manuscrits) et Anne-Orange Poilpré (Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Louis Cheminot, AP21.


Pourquoi ce sujet ?

Pour commencer, j’étais très attiré par le haut Moyen Âge de façon générale. Je savais que je voulais faire un sujet “histoire de l’art”, même si je cherchais un sujet un peu hybride – et il s’est avéré hybride en l’occurrence – d’où le choix de travailler plutôt sur des manuscrits. C’est un médium qui m’intéressait beaucoup, qui est très compliqué à aborder – ça rajoute un challenge supplémentaire – et j’ai estimé que, dans le cadre d’un travail de chartiste, c’était intéressant de se confronter à ce type de sources. Puis je suis allé voir Charlotte Denoël, conservatrice en cheffe au Département des Manuscrits médiévaux ; nous avons fait le tour des productions du haut Moyen Âge, ce qui n’est pas compliqué puisqu’il n’y en a que quatre : mérovingienne, insulaire, carolingienne et ottonienne. La production carolingienne est déjà très étudiée ; je ne suis pas germaniste, ce qui rend l’étude des manuscrits ottoniens plus délicates ; quant à la production insulaire, c’est surtout l’apanage des chercheurs anglo-saxons. Il ne restait plus que la production mérovingienne, qui s’est imposée d’elle-même puisque, mine de rien, beaucoup de sources se trouvent en France – c’est quand même plus simple pour un jeune chercheur – et notamment à la BnF. Surtout, il s’agissait de la production la moins connue des quatre, celle qui méritait le plus de recherche finalement, et qui connaissait un certain regain d’intérêt : quand j’ai choisi mon sujet, vers 2019, on était trois ans après la grande rétrospective sur l’art mérovingien du musée de Cluny, codirigée par cette même Charlotte Denoël2. Continuer la lecture de Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

  1. Image de couverture : Varia opera (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 99 Weiss., fol. 1r), Luxeuil, c. 720-730. []
  2. Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, dir. Isabelle Bardiès-Fronty, Charlotte Denoël et Inès Villela-Petiy, Paris, 2016. []

Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

Entretien avec Gwendoline Lemaitre, archiviste-paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le 31 mai 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions. Étude des liens entre paganisme et christianisme irlandais dans les Vies de la triade thaumaturge (VIIe et VIIIe siècles). Cette thèse a été dirigée par M. François Ploton-Nicollet, professeur d’Histoire des textes à l’École Nationale des Chartes (ENC), M. Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne-Université, et Immo Warntjes, professeur associé en histoire du haut Moyen Âge irlandais à Trinity College1Propos recueillis par Max Hello, archiviste paléographe (promo 2023).


Qu’est-ce qui t’a motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

Depuis très longtemps je suis passionnée par l’Irlande et en rentrant à l’Ecole je voulais absolument travailler sur cette région, tout en restant dans la période médiévale qui est la période que je préfère. J’ai commencé à chercher un sujet autour de ces thématiques et j’en ai parlé à plusieurs professeurs à l’École qui m’ont dit que l’Irlande n’était vraiment pas leur domaine de prédilection, jusqu’à en parler à François Ploton-Nicollet qui m’a dit que ce n’était pas son domaine de spécialité mais que, comme il s’agissait du Moyen Âge, a priori mes sources devaient être en latin, et qu’en tant que professeur de latin à l’École il acceptait de me suivre.

En parallèle j’en ai parlé à plusieurs universitaires français et j’ai eu quelques refus, quelquefois un peu virulents d’ailleurs, car ils m’ont dit que ce n’était pas leur sujet. J’ai aussi écrit à un professeur à Trinity College à Dublin, Sean Duffy, et à un professeur à Oxford, Richard Sharpe, qui est décédé aujourd’hui, mais qui m’avait fait une réponse très peu encourageante, et donc sur le coup j’étais un peu refroidie. Puis j’ai reçu une réponse de Dublin, qui, eux, étaient enthousiastes et cela m’a remotivée.

Au départ j’étais partie sur un travail autour de l’identité irlandaise au Moyen Âge, avant l’invasion anglaise, et puis je me suis rendu compte que les sources pour travailler sur ce sujet- là étaient en vieil-irlandais, ce que je ne maîtrisais pas absolument pas à l’époque et que je maîtrise encore très peu aujourd’hui, et j’en ai parlé avec les professeurs de Trinity qui m’ont dit que j’étais peut-être un petit peu jeune et pas assez expérimentée pour un tel travail ; ce sont donc eux, en fait, qui m’ont suggéré de travailler sur les liens entre paganisme et christianisme à partir d’un corpus hagiographique, donc un corpus en latin, qui est une langue beaucoup plus accessible pour moi, et voilà comment j’en suis arrivée à ce sujet.

Continuer la lecture de Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

  1. Image de bannière : statue en bronze de sainte Brigit inaugurée le 1er février 2006 sur le site du monastère de Kildare []

Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La grammatica et les différentes facettes
de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

Journées d’étude des jeunes chercheurs
27 et 28 juin 2023

École nationale des chartes (Salle Delisle)
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

Inscription recommandée, sous réserve des places disponibles
chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

Entretien avec Adrien Isnel, archiviste-paléographe (promo. 2022), qui a soutenu le mercredi 9 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée La Pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403. Cette thèse a été dirigée par M. Philippe Plagnieux, professeur de d’histoire de l’art médiéval à l’École Nationale des Chartes (ENC) et à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Mme. Dominique Vingtain, conservatrice en chef du Palais des Papes et directrice du musée du Petit Palais d’Avignon1Propos recueillis par Max Hello (AP4).


Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans ce sujet-là ?

C’est un ensemble de facteurs. Je savais que je voulais faire de l’histoire de l’art et je n’étais pas du tout certain de la période, beaucoup de pays m’intéressaient et j’avais une hésitation entre d’un côté la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance et de l’autre côté quelque chose autour du XXe siècle, voire contemporain, donc vraiment deux extrêmes. Après m’être entretenu avec mes professeurs, en particulier MM. Crépin-Leblond et Plagnieux, ces derniers m’ont suggéré de faire un classement des siècles et des types d’art ce que je voulais et c’est comme cela que je suis progressivement arrivé à la sculpture du XIVe-XVe siècle. J’ai ensuite commencé à explorer les sujets qui pouvaient être traités et il y a eu plusieurs pistes que j’ai commencé à étudier avant de trouver celle-ci. Il a notamment été question des stalles de l’abbaye de la Chaise-Dieu, de la sculpture sur bois donc : ça aurait été un beau sujet, qui vaudrait la peine d’être traité ! Il est vrai aussi que je viens du Sud, j’ai grandi à Marseille, mais une partie de ma famille vient d’Avignon et est vraiment ancrée dans cette ville, encore aujourd’hui. C’est une ville que j’aime beaucoup : j’aime son patrimoine et j’aime l’histoire de la papauté d’Avignon, donc quand M. Plagnieux m’a dit qu’il y avait peut-être un sujet à y traiter, cela m’a intéressé.

Continuer la lecture de La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

  1. Image de bannière : gisant d’Hugues de Castillon, évêque de Comminges de 1336 à 1352 dans la cathédrale Notre Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges (en Haute-Garonne). []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []