Archives par mot-clé : Moyen Âge

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []

La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Entretien avec Pierre Marchandin, archiviste paléographe (prom. 2018), ayant reçu le prix Auguste Molinier pour sa thèse intitulée Des ailes et des roues. La place des moulins dans le système énergétique parisien médiéval (XIIIe-XVIe siècle), réalisée sous la direction de Mathieu Arnoux, directeur d’études à l’EHESS, et d’Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et archivistique médiévales à l’École des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Je souhaitais travailler sur la ville de Paris au Moyen Âge, mais pas forcément sur un sujet de topographie historique. Je voulais d’abord travailler sur les jardins parisiens et les dispositifs de production alimentaire domestiques, mais le manque trop important de sources rendait le sujet infaisable. Olivier Guyotjeannin m’a mis en contact avec Mathieu Arnoux, directeur du laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED) qui regroupe des chercheurs de plusieurs disciplines travaillant sur la question de la transition énergétique. Ce dernier m’a proposé un sujet sur l’histoire énergétique dans le Paris d’avant la révolution industrielle que j’ai accepté. L’avantage des moulins est qu’ils appartenaient principalement à des seigneurs, ils se retrouvent donc en nombre dans les archives.

Continuer la lecture de La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

La Tenture de saint Étienne

À l’occasion de la réouverture du Musée de Cluny après plusieurs mois de travaux, une exposition est consacrée à la figure magique de la licorne1.  L’une des pièces qui y est exposée est issue du cycle de l’histoire de saint Étienne dont cet article fait découvrir l’histoire2

La Tenture de saint Étienne désigne un ensemble de douze tapisseries historiées. Ses 23 scènes successives racontent l’histoire du saint : son martyre par lapidation, la découverte miraculeuse de son corps en 417 par le prêtre Lucien, les miracles post mortem qui lui sont attribués et la translation de son corps de Jérusalem à Constantinople puis à Rome.

Elle a été commandée par l’évêque Jean III Baillet, évêque d’Auxerre entre 1477 et 1513, dont Étienne est le saint patron, pour orner le chœur de sa cathédrale. Elle y demeure jusqu’en 1777, date à laquelle le chapitre de la cathédrale décide de vendre la tenture à l’Hôtel Dieu d’Auxerre. En 1838, l’Hôtel Dieu vend deux pièces de la tenture qui sont achetés par le Louvre. En 1880, les 10 autres tapisseries sont mises en vente mais l’État s’oppose à ce que la tenture entre dans le domaine privé, c’est donc le Musée de Cluny qui l’achète. Enfin en 1897, le Musée du Louvre met en dépôt ses deux pièces au Musée de Cluny pour recréer le cycle complet3.

Continuer la lecture de La Tenture de saint Étienne

  1. Exposition « Magiques licornes » du 14 juillet 2018 au 25 février 2019 []
  2. Cet article fait suite à un dimanche des étudiants organisé par le musée le 6 mars 2016. Photographies utilisées avec l’aimable autorisation du musée de Cluny []
  3. JOUBERT (Fabienne), La tapisserie médiévale, p. 36-59, 2002, 3e édition, Réunion des Musées nationaux []

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

Le verre. Un Moyen Âge inventif !

Avant la fermeture d’une partie du parcours de visite au printemps prochain, le Musée de Cluny présente, depuis le 20 septembre 2017 et jusqu’au 8 janvier 2018, une exposition consacrée au verre et à l’art de la verrerie. Le Moyen Âge a en effet été une période de grande inventivité technique et stylistique du verre qu’il convient de redécouvrir pour en saisir toute la richesse1.


L’exposition s’organise en trois temps : le verre d’architecture, le verre creux et ses usages, le verre précieux et de précision. Les sources utilisées sont autant archéologiques avec la présence de nombreux exemplaires trouvés lors de fouilles, qu’iconographiques avec les représentations médiévales du verre aussi bien dans les enluminures et drôleries des chroniques, des textes liturgiques, des traités d’alchimie, que dans les gravures et peintures à l’huile. Le verre est la métaphore parfaite des attributs oxymoriques de sa nature : désignant à la fois le matériau issu de l’opération de chauffage du sable et de fondants, et l’objet même, protéiforme, qui est créé à partir de ce matériau. Il est doté de propriétés à la fois dures et fragiles, aux effets de transparence et d’opacité, jouant constamment sur son ambiguïté entre matière et lumière. Ces qualités n’ont pas manqué de susciter l’admiration des médiévaux, qui en ont fait un usage inventif comme le démontre l’exposition.

Continuer la lecture de Le verre. Un Moyen Âge inventif !

  1. Un grand merci à Julie Glodt pour les prises de vues photographiques []