Archives par mot-clé : Moyen Âge

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux

Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Entretien avec François Bouquet, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506) », rédigée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École nationale des chartes, et de Chrystèle Blondeau, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université Paris-Nanterre. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La place dans un Moyen Âge christianisé des œuvres antiques, littéraires comme artistiques, m’intriguait. Si l’art médiéval s’est imposé comme une évidence lors du choix de mon sujet de recherche, il me fallait toutefois déterminer quelle part de l’héritage antique je souhaitais étudier et l’aire géographique sur laquelle me pencher. J’avais été marqué par la lecture de l’Énéide en classe préparatoire et la permanence des écrits classiques au Moyen Âge ainsi que leur adaptation par les artistes m’intéressaient particulièrement. Philippe Plagnieux m’a proposé de mener une étude iconographique en m’attachant à un héros antique, ce qui me permettait de déterminer la fortune de ce personnage au Moyen Âge : en partant des manuscrits médiévaux et tout d’abord des textes, œuvres classiques ou médiévales, je pouvais y examiner les représentations figurées qui en forment une première adaptation, puis élargir à d’autres supports iconographiques. J’ai tout d’abord discuté avec Charlotte Denoël, conservatrice en chef au Département des manuscrits de la BnF, dont la thèse porte sur le culte et l’iconographie de saint André. Par son intermédiaire, j’ai rencontré Chrystèle Blondeau qui a travaillé sur le personnage d’Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne et m’a indiqué qu’Hercule semblait également y occuper une place particulière. C’est autant la richesse et la subtilité du mythe d’Hercule que mon intérêt pour les commandes artistiques de ces ducs flamboyants qui m’ont attiré vers ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Entretien avec Axelle Goupy (promotion 2019), auteure d’une thèse soutenue en juin dernier, intitulée Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen, préparée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École des chartes, et de Karine Boulanger, ingénieure d’études au CNRS et membre du Centre André Chastel. Propos recueillis par Léo Davy. Relecture et photographies de Julie Glodt.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

J’avais été impressionnée par une conférence de Jean-Paul Deremble sur la verrière de saint Lubin à la cathédrale de Chartres, quand j’étais en classe préparatoire. Il expliquait que le vitrail n’est pas une simple transcription des textes bibliques ou légendaires, mais le reflet de la volonté d’un commanditaire, l’évêque ou le chapitre canonial dans le cas présent. C’est une fenêtre ouverte sur une partie de la pensée de cette époque. Travailler sur le vitrail me permettait aussi de me familiariser avec la conservation des monuments historiques, qui est la voie que j’envisage de poursuivre. Par l’intermédiaire de Philippe Plagnieux, Claudine Lautier m’a conseillé de me rendre dans un atelier de restauration pour apprendre à analyser des verrières et en faire la critique d’authenticité. Les vitraux de la cathédrale de Rouen se sont ensuite imposés en raison de leur beauté, d’abord, mais aussi parce qu’ils avaient été très peu étudiés, contrairement aux vitraux contemporains et infiniment plus célèbre de Chartres ou de Bourges.

Continuer la lecture de Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen