Archives par mot-clé : Moyen Âge

Quand les artistes dessinaient les cartes

« […] quand votre plaisir sera ou la nécessité le requerra, vous pourrez facilement, et l’un et l’autre, en peu de temps, en peu de lieu et sans grande dépense, voir à l’œil et toucher du doigt en particulier et en général toute l’étendue, grandeur, force et état de tout le royaume » Dédicace de Nicolas de Nicolay (1517-1583) à la reine Catherine de Médicis de sa Description générale du pays et duché de Berry.


Les Archives nationales présentent, depuis le 25 septembre 2019 et jusqu’au 7 janvier 2020, l’exposition Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen-âge et Renaissance1. Il s’agit de la première exposition entièrement consacrée à cette typologie documentaire que sont les cartes datant de l’époque médiévale et renaissante. En 1987, les Archives nationales avaient organisé une exposition sur la vision et l’aménagement de l’espace français entre le XVIe et le XIXe siècle2. Ces cartes se révèlent être autant des documents d’archives que des œuvres d’art à part entière. L’exposition en présente 97 qui sont originales dont 89 manuscrites, 10 de très grand format (supérieur à 2 mètres), 46 jamais exposées et 28 inédites. Toutes ces cartes ont été réalisées entre le XIVe et le XVIe siècle, principalement sur parchemin. Elles prennent néanmoins des formes variées comme le registre de l’armorial d’Auvergne, de Bourbonnais et du Forest de Guillaume Revel. Tous ces documents proviennent pour un tiers des Archives nationales et de trente-neuf autres institutions culturelles, services d’archives, bibliothèques et musées.

Continuer la lecture de Quand les artistes dessinaient les cartes

  1. Photo de couverture : Figure accordée de Boisbelle et sa terre franche, 1515-1528/1598, parchemin, 80 x 63 cm, Archives départementales du Cher, 4 H 481 n°7 []
  2. Espace français : vision et aménagement, XVIe-XIXe siècle, exposition organisée par la Direction des Archives de France aux Archives nationales, septembre 1987 – janvier 1988, Paris, Archives nationales, 1987. []

Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Entretien avec Julie Glodt, archiviste paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2019 sa thèse intitulée Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles), sous la direction d’Alain Rauwel (EHESS, Université de Bourgogne) et de Philippe Plagnieux (Paris 1, École nationale des chartes). À cette occasion, Julie Glodt a été distinguée par le prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art. Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

En entrant en première année, je voulais étudier l’histoire de l’art médiéval. J’avais une certaine appétence pour les objets mobiliers, notamment ceux pris dans leur contexte. Ce goût me vient notamment de l’observation d’un encensoir mosan conservé au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur lequel figure le groupe de trois Hébreux. Cet objet ne prend son sens que pris dans un contexte : c’est la fumée de l’encens qui fait la fournaise dans laquelle sont pris les trois Hébreux. De là, j’ai voulu travailler sur un objet pris dans un contexte d’usage particulier : celui de la liturgie. Et puis, par un goût pour la « bizarrerie » et pour ce qui n’a été que très peu étudié, j’ai voulu travailler sur les textiles.

Continuer la lecture de Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []