Archives par mot-clé : Monuments historiques

Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena, Grosseto e Arezzo (Italie)1.

C’est dans un coin de Joconde qu’est né l’intérêt pour le Ponte Buriano, ravivé pour les 500 ans de la mort du maître, c’est au creux du paysage vaporeux en sfumato qu’il faut porter son regard, à la gauche de Mona Lisa. Les piles frémissantes d’un pont relient l’épaule du personnage à la montagne qui ferme le tableau, en poursuivant la courbe du drapé rejeté en arrière. D’âpres batailles eurent lieu pour identifier le paysage en général et le pont en particulier : français ? Italien ? Le Ponte Gobbo de Bobbio ? Aujourd’hui, à la suite des travaux de Carlo Starnazzi2, le Ponte Buriano revendique le titre de pont le plus regardé du monde, et un « Museum Leonardo e l’Aretino »3 dédié aux rapports entre Léonard de Vinci et la région d’Arezzo a même ouvert dans la localité le 16 juillet 20164.

Continuer la lecture de Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

  1. Photo de couverture : Le Ponte Buriano (Arezzo), 1240-1277, face ouest. Les becs qui montent presque au niveau du tablier ont été un élément d’identification, de préférence notamment à des ponts français. []
  2. Présentation de Carlo Starnazzi et de ses travaux, suivant des critères géomorphologiques notamment, sur le site dédié au Ponte Buriano http://www.ilpontedellagioconda.it/museo/carlo-starnazzi.html []
  3. Site officiel du Ponte Buriano, page présentant le musée http://www.ilpontedellagioconda.it/museo.html []
  4. Reportage du 12 juillet 2016 par Arezzo Notizie TV sur l’ouverture du « Museum Leonardo e l’Aretino », http://www.arezzotv.net/index.php/tempo-libero/cultura/7378-ponte-buriano-ar-nasce-il-museum-leonardo-e-l-aretino-sabato-16-luglio-l-inaugurazione.html []

Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Entretien avec Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, à propos de la thèse d’École des chartes qu’il soutiendra au mois de juin prochain, sous la direction de Philippe Plagnieux et de François Blary : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies en Franche-Comté. Propos recueillis par Léo Davy.

Continuer la lecture de Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []