Archives par mot-clé : Manuscrit

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La grammatica et les différentes facettes
de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

Journées d’étude des jeunes chercheurs
27 et 28 juin 2023

École nationale des chartes (Salle Delisle)
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

Inscription recommandée, sous réserve des places disponibles
chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

La grammatica et les différentes facettes de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

L’édition annuelle de la journée d’études des jeunes chercheurs et chercheuses (JEJC), organisée par l’association Chroniques chartistes en collaboration avec l’ENC, le centre Jean-Mabillon, les laboratoires IRHT et HTL du CNRS, et le Comité International de Paléographie Latine, aura lieu les 27 et 28 juin 2023 à l’École nationale des chartes. Cette journée est l’occasion pour les étudiant·e·s de master, doctorant·e·s et post-doctorant·e·s de se réunir autour d’une thématique commune. En hommage à Louis Holtz, les JEJC 2023 seront consacrées à l’exploration des liens entre grammaire, transmission des textes et des savoirs et humanités numériques.

chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie