Archives par mot-clé : Histoire religieuse

Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Entretien avec Axelle Goupy (promotion 2019), auteure d’une thèse soutenue en juin dernier, intitulée Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen, préparée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École des chartes, et de Karine Boulanger, ingénieure d’études au CNRS et membre du Centre André Chastel. Propos recueillis par Léo Davy. Relecture et photographies de Julie Glodt.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

J’avais été impressionnée par une conférence de Jean-Paul Deremble sur la verrière de saint Lubin à la cathédrale de Chartres, quand j’étais en classe préparatoire. Il expliquait que le vitrail n’est pas une simple transcription des textes bibliques ou légendaires, mais le reflet de la volonté d’un commanditaire, l’évêque ou le chapitre canonial dans le cas présent. C’est une fenêtre ouverte sur une partie de la pensée de cette époque. Travailler sur le vitrail me permettait aussi de me familiariser avec la conservation des monuments historiques, qui est la voie que j’envisage de poursuivre. Par l’intermédiaire de Philippe Plagnieux, Claudine Lautier m’a conseillé de me rendre dans un atelier de restauration pour apprendre à analyser des verrières et en faire la critique d’authenticité. Les vitraux de la cathédrale de Rouen se sont ensuite imposés en raison de leur beauté, d’abord, mais aussi parce qu’ils avaient été très peu étudiés, contrairement aux vitraux contemporains et infiniment plus célèbre de Chartres ou de Bourges.

Continuer la lecture de Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Entretien avec Julie Glodt, archiviste paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2019 sa thèse intitulée Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles), sous la direction d’Alain Rauwel (EHESS, Université de Bourgogne) et de Philippe Plagnieux (Paris 1, École nationale des chartes). À cette occasion, Julie Glodt a été distinguée par le prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art. Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

En entrant en première année, je voulais étudier l’histoire de l’art médiéval. J’avais une certaine appétence pour les objets mobiliers, notamment ceux pris dans leur contexte. Ce goût me vient notamment de l’observation d’un encensoir mosan conservé au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur lequel figure le groupe de trois Hébreux. Cet objet ne prend son sens que pris dans un contexte : c’est la fumée de l’encens qui fait la fournaise dans laquelle sont pris les trois Hébreux. De là, j’ai voulu travailler sur un objet pris dans un contexte d’usage particulier : celui de la liturgie. Et puis, par un goût pour la « bizarrerie » et pour ce qui n’a été que très peu étudié, j’ai voulu travailler sur les textiles.

Continuer la lecture de Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Continuer la lecture de Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []

Compte rendu de l’arkhéoconf « Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube » par Henri de Mégille

Henri de Mégille, enseignant d’histoire-géographie, diplômé de l’ENS et Paris I (master PISA), est venu parler du long voyage d’Epona pour la 5e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL). Protectrice des cavaliers et des chevaux d’où elle tire son nom, Epona est une divinité gallo-romaine qui émerge entre le Ier et le IIIe siècle ap. J.-C. Des régions éduennes et Trévires jusqu’aux confins du limes danubien, Epona est connue par 438 attestations de culte. Comment expliquer la success story d’une divinité rustique d’origine celte qui, arrivée à Rome, est admise parmi le panthéon impérial ?


Introduction : Le fabuleux destin d’Epona

Epona est une déesse protectrice des cavaliers et des chevaux, qui émerge entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C, et tire son nom du cheval même (du grec ἵππο-, latin equus, celtique epos). Le suffixe -ona serait quant à lui la marque du sacré, d’après le Pseudo-Plutarque, en tant que « déesse qui veille sur les chevaux ». Epona est toujours représentée avec eux, plus que les Dioscures eux-mêmes. Son culte est attesté de la Bourgogne et la Belgique jusqu’au limes danubien en Roumanie, et trouverait son origine dans les régions d’élevage de chevaux de la Gaule lyonnaise, chez les Éduens où il émerge au IIe s.

Statuette d’Epona en bronze, Franche-Comté, époque impériale (Bnf, département des Monnaies, médailles et antiques)

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf « Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube » par Henri de Mégille

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []