Archives par mot-clé : Histoire religieuse

Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

Entretien avec Gwendoline Lemaitre, archiviste-paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le 31 mai 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions. Étude des liens entre paganisme et christianisme irlandais dans les Vies de la triade thaumaturge (VIIe et VIIIe siècles). Cette thèse a été dirigée par M. François Ploton-Nicollet, professeur d’Histoire des textes à l’École Nationale des Chartes (ENC), M. Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne-Université, et Immo Warntjes, professeur associé en histoire du haut Moyen Âge irlandais à Trinity College1Propos recueillis par Max Hello, archiviste paléographe (promo 2023).


Qu’est-ce qui t’a motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

Depuis très longtemps je suis passionnée par l’Irlande et en rentrant à l’Ecole je voulais absolument travailler sur cette région, tout en restant dans la période médiévale qui est la période que je préfère. J’ai commencé à chercher un sujet autour de ces thématiques et j’en ai parlé à plusieurs professeurs à l’École qui m’ont dit que l’Irlande n’était vraiment pas leur domaine de prédilection, jusqu’à en parler à François Ploton-Nicollet qui m’a dit que ce n’était pas son domaine de spécialité mais que, comme il s’agissait du Moyen Âge, a priori mes sources devaient être en latin, et qu’en tant que professeur de latin à l’École il acceptait de me suivre.

En parallèle j’en ai parlé à plusieurs universitaires français et j’ai eu quelques refus, quelquefois un peu virulents d’ailleurs, car ils m’ont dit que ce n’était pas leur sujet. J’ai aussi écrit à un professeur à Trinity College à Dublin, Sean Duffy, et à un professeur à Oxford, Richard Sharpe, qui est décédé aujourd’hui, mais qui m’avait fait une réponse très peu encourageante, et donc sur le coup j’étais un peu refroidie. Puis j’ai reçu une réponse de Dublin, qui, eux, étaient enthousiastes et cela m’a remotivée.

Au départ j’étais partie sur un travail autour de l’identité irlandaise au Moyen Âge, avant l’invasion anglaise, et puis je me suis rendu compte que les sources pour travailler sur ce sujet- là étaient en vieil-irlandais, ce que je ne maîtrisais pas absolument pas à l’époque et que je maîtrise encore très peu aujourd’hui, et j’en ai parlé avec les professeurs de Trinity qui m’ont dit que j’étais peut-être un petit peu jeune et pas assez expérimentée pour un tel travail ; ce sont donc eux, en fait, qui m’ont suggéré de travailler sur les liens entre paganisme et christianisme à partir d’un corpus hagiographique, donc un corpus en latin, qui est une langue beaucoup plus accessible pour moi, et voilà comment j’en suis arrivée à ce sujet.

Continuer la lecture de Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

  1. Image de bannière : statue en bronze de sainte Brigit inaugurée le 1er février 2006 sur le site du monastère de Kildare []

Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Entretien avec Clément Grit, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Le roi avant la foi. Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610), un politique humaniste au service du Très Chrétien, et lauréat du prix Auguste-Molinier, récompensant chaque année la meilleure thèse de la promotion. Ce travail a été dirigé par MM. Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023).


La figure de Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610) évoque une riche historiographie de la diplomatie à l’époque moderne, bien qu’elle se tienne dans les marges de ces études. Comment t’es-tu progressivement emparé de ton sujet de recherche ?

Dès mes classes préparatoires, j’ai souhaité travailler sur les guerres de Religion, et en particulier sur la diplomatie à l’époque moderne. Je me suis alors déjà tourné vers M. Lucien Bély, spécialiste de ce domaine historiographique et enseignant à Paris-IV, pour sonder l’existence de sujets d’étude encore en friche. Il m’a alors recommandé de travailler sur un évènement que je connaissais mal, à savoir la paix de Lyon de 1601, entre la France et le Duché de Savoie. Il existe à son propos un fonds de lettres et d’ambassades produits par les négociateurs du traité, notamment du point de vue savoyard : la correspondance et les mémoires de René de Lucinge (1553 – 1615), résident du duc Charles-Emmanuel à la cour de France, passé à la postérité comme l’un des principaux artisans de la « légende noire » d’Henri III, décrivant alors Paris comme un lieu de débauche, et faisant le portrait d’un monarque Valois démoniaque pactisant avec les protestants. Les sources relatives à cette figure assez méconnue, valorisées et rendues accessibles par l’association des amis du château des Allymes, fief de Lucinge, étaient particulièrement abondantes. Pour autant, mon projet de recherche a encore eu le temps de mûrir avant que je ne m’y attelle effectivement.

Continuer la lecture de Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

Entretien avec Adrien Isnel, archiviste-paléographe (promo. 2022), qui a soutenu le mercredi 9 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée La Pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403. Cette thèse a été dirigée par M. Philippe Plagnieux, professeur de d’histoire de l’art médiéval à l’École Nationale des Chartes (ENC) et à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Mme. Dominique Vingtain, conservatrice en chef du Palais des Papes et directrice du musée du Petit Palais d’Avignon1Propos recueillis par Max Hello (AP4).


Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans ce sujet-là ?

C’est un ensemble de facteurs. Je savais que je voulais faire de l’histoire de l’art et je n’étais pas du tout certain de la période, beaucoup de pays m’intéressaient et j’avais une hésitation entre d’un côté la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance et de l’autre côté quelque chose autour du XXe siècle, voire contemporain, donc vraiment deux extrêmes. Après m’être entretenu avec mes professeurs, en particulier MM. Crépin-Leblond et Plagnieux, ces derniers m’ont suggéré de faire un classement des siècles et des types d’art ce que je voulais et c’est comme cela que je suis progressivement arrivé à la sculpture du XIVe-XVe siècle. J’ai ensuite commencé à explorer les sujets qui pouvaient être traités et il y a eu plusieurs pistes que j’ai commencé à étudier avant de trouver celle-ci. Il a notamment été question des stalles de l’abbaye de la Chaise-Dieu, de la sculpture sur bois donc : ça aurait été un beau sujet, qui vaudrait la peine d’être traité ! Il est vrai aussi que je viens du Sud, j’ai grandi à Marseille, mais une partie de ma famille vient d’Avignon et est vraiment ancrée dans cette ville, encore aujourd’hui. C’est une ville que j’aime beaucoup : j’aime son patrimoine et j’aime l’histoire de la papauté d’Avignon, donc quand M. Plagnieux m’a dit qu’il y avait peut-être un sujet à y traiter, cela m’a intéressé.

Continuer la lecture de La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

  1. Image de bannière : gisant d’Hugues de Castillon, évêque de Comminges de 1336 à 1352 dans la cathédrale Notre Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges (en Haute-Garonne). []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []