Archives par mot-clé : Histoire religieuse

Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

Des sépultures et des saints

Fabien Aguglia, élève archiviste paléographe de quatrième année, nous parle aujourd’hui de sa thèse, intitulée De la sépulture à la sainteté : des tombes privilégiées à l’émergence du culte de saints, à l’époque romane. Propos recueillis par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

La question de la sainteté m’a toujours intéressée, le pourquoi et le comment de personnages qui se dotent de figures de saints. Les vies de saints m’intéressaient tout autant, notamment au haut Moyen Âge, mais ce sujet a déjà été beaucoup travaillé. Finalement, j’ai choisi d’étudier ce sujet par un autre pan, celui de l’histoire de l’art, et j’ai contacté M. Philippe Plagnieux. Ce dernier m’a très vite proposé un sujet sur les sépultures privilégiées à l’époque romane. « Privilégié » désigne ici le fait d’être situé dans un espace architectural, comme une église, une abbaye. On entend par tombeau privilégié celui qui n’est pas avec le commun des mortels dans le cimetière. Signalons par ailleurs qu’il ne s’agit pas forcément d’un tombeau ou d’une sépulture, cela peut aussi désigner une inscription. Jamais de synthèse n’avait été faite sur ce sujet auparavant. Je tenais à réaliser une partie de ma thèse finale sur la vie des saints, et M. Plagnieux n’y voyait pas d’objection. Cela m’a donc permis de travailler différents aspects autour du même thème.

Continuer la lecture de Des sépultures et des saints

La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon

Présentation de la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle (AIU) par Peter Nahon, qui y a effectué un stage de quatre mois au premier semestre 2015.

L’Alliance israélite universelle, sorte de mission laïque créée au milieu du XIXe siècle pour porter la lumière de la civilisation française auprès des Israélites d’Orient par le mérite d’un réseau d’écoles à l’occidentale, est aujourd’hui dépositaire d’une bibliothèque dont les collections lui assurent une renommée mondiale.

Constituée dans ses premières années comme une fonction annexe d’un réseau scolaire rayonnant du Maroc à l’Irak avec presque deux cents établissements, la bibliothèque, inséparable alors des destinées de l’École Normale Israélite Orientale où étaient formés les instituteurs de l’Alliance, prit un essor certain lorsque l’abandon des intérêts français dans les pays du Levant, au milieu du XXe siècle, causa la fermeture de nombre des écoles du réseau. En effet, la bibliothèque, sise au 45 rue La Bruyère, dans quelques pièces d’un hôtel particulier de la Nouvelle-Athènes, obtint alors une préséance sur les autres activités de l’Alliance Israélite Universelle, et connut un essor qui la porta à devenir ce qu’elle est aujourd’hui : la plus grande bibliothèque d’études juives et hébraïques d’Europe.

Continuer la lecture de La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon

Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France. Continuer la lecture de Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)