Archives par mot-clé : Histoire littéraire

Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

Léo Dray, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en septembre dernier un mémoire intitulé Représentations et projections dans la littérature d’anticipation : une approche textométrique pour explorer l’histoire des futurs envisagés. Son travail a été dirigé par Mme. Dinah Ribard (directrice d’études à lEHESS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à lENC) . Léo Dray expose dans cet entretien les enjeux de son travail de recherche, liant histoire littéraire et outils numériques. Propos recueillis par Vincent Sarbach-Pulicani (M1 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année)1.


Quel rôle ont joué tes appétences personnelles dans la définition de ton sujet d’études ? Tes-tu fondé sur des lectures de textes littéraires, avant de temparer davantage de textes critiques et scientifiques sintéressant à leur analyse ?

J’ai intégré le master “Humanités Numériques” de l’ENC en m’intéressant avant tout aux problématiques techniques que soulèvent les outils numériques. Je n’avais encore jamais engagé de véritables recherches scientifiques, et encore moins sur le sujet particulier de la littérature de science-fiction (SF).

Continuer la lecture de Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

  1. Image en bannière : James Rosenquist, U-turn into Tomorrow, 1974. © ADAGP – Paris 2017 / Bridgeman Images) []

Baudelaire : la modernité mélancolique

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire (1822 – 1867), la Bibliothèque nationale de France a consacré ses espaces, du 3 novembre 2021 au 13 février 2022, à cette figure centrale du tournant littéraire du XIXe siècle, poète et critique littéraire, avec l’exposition Baudelaire, la modernité mélancolique.

L’intention primordiale du commissaire principal de l’exposition, Jean-Marc Chatelain1, directeur de la réserve des Livres rares, a été celle de réaliser une exposition qui permettrait de donner une forme visuelle à un propos littéraire.2

Continuer la lecture de Baudelaire : la modernité mélancolique

  1. Commissaires associés : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie (BnF) ; Julien Dimerman, conservateur du département Littérature et art (BnF) ; Andrea Schellino, maître de conférence (Université de Rome III []
  2. Image de bannière : Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, Collection Spoelberch de Lovenjoul. © RMN – Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot []

Le De arte rhetorica (Venise, 1521)

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le quatrième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne l’ouvrage De arte rhetorica, publié à Venise en 1521 par Alde Manuce et Andrea Torresano1. Article rédigé par Alissar Lévy.


In hoc volumine haec continentur. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M.T. Ciceronis de inventione lib. II. Ejusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. IIII. Ejusdem de claris oratoribus, qui dicitur Brutus : lib.I. Ejusdem orator ad Brutum lib. I. Ejusdem topica ad Trebatium lib I. Ejusdem oratoriae partitiones lib. I. Ejusdem de optimo genere oratorum praefatione quaedam. Index rerum notabilium, quae toto opere continentur, per ordinem alphabeti. (Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri mense octobri M. D. XXI).
Venise : Alde Manuce et Andrea Torresano, 1521, in-4.
262 f. ch. : [16] 1-245 [1] ; sign. *-**8, a-k8, l4, m-z8, A-G8, H10.

Page de titre

Entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, les étudiants de la Faculté des arts représentent une part considérable du public de l’imprimé : technologie récente qui se développe principalement dans les villes universitaires, les centres épiscopaux et les carrefours marchands. Beaucoup de libraires-imprimeurs consacrent une part importante de leur production à la publication des textes scolaires, qui peuvent être aisément commercialisés et qui sont pour cette raison avantageux sur le plan financier.

Le libraire-imprimeur humaniste Alde Manuce est l’un des plus célèbres éditeurs de textes scolaires de la Renaissance. Il exerce à Venise de 1494 à 1515, et est connu entre autres pour avoir inventé la typographie italique. Il est reconnaissable par sa marque à l’ancre et au dauphin, et par sa devise qui dit « hâte-toi lentement ». Homme d’érudition, Alde Manuce échange avec nombre d’auteurs savants de son temps, rédige des textes et prépare lui-même des publications destinées aux étudiants de l’université. Il est ainsi à l’origine d’un recueil de textes de Cicéron sur la rhétorique, qu’il imprime pour la première fois en 1514 avec son beau-fils, Andrea Torresano. L’ouvrage est précédé d’une préface d’Alde à Andrea Navagero, poète italien et homme politique qui participe plus tard à la libération de François Ier en 1526, prisonnier de Charles Quint à Madrid2. Comme d’autres publications scolaires de succès, ce recueil de textes sur la rhétorique est plusieurs fois réédité, en 1518, 1521, 1533 et ainsi de suite. L’édition que nous avons ici est celle de 1521.

En effet, même si Venise n’est pas une ville universitaire, elle est un pôle commercial important, qui produit des livres et les diffuse dans toute l’Europe. Les éditions italiennes sont de manière générale connues pour leur qualité esthétique et leurs influences humanistes, préférant par exemple aux caractères gothiques les typographies romaines et italiques. En outre, les libraires-imprimeurs italiens sont les premiers à faire de l’imprimerie un métier à part entière, au même titre que les autres métiers, avec des droits et des devoirs encadrés par les autorités : le « privilège », ancêtre du copyright anglais, apparaît pour la première fois à Venise en 1469, pour interdire, à la demande du libraire-imprimeur, la reproduction d’un matériel d’impression, et plus tard, d’un livre imprimé. Dans cet ouvrage, au bas de la page de titre, une mention rappelle l’existence d’un privilège pontifical successivement accordé par Alexandre VI (le pape Borgia), Jules II et Léon X, interdisant la reproduction des caractères italiques inventés par Alde, utilisés dans cette publication.

Dès le vivant d’Alde Manuce, les éditions aldines sont très prisées. Certains exemplaires de la première édition de ce texte furent par exemple imprimés sur vélin, comme des objets de luxe, à côté des exemplaires plus ordinaires, imprimés sur papier. Ces exemplaires de luxe n’étaient certainement pas destinés aux étudiants, mais à des prestigieux correspondants que le libraire-imprimeur souhaitait présenter. Dans le même temps, des libraires-imprimeurs aux pratiques douteuses contrefaisaient des éditions aldines, en imitant la marque et l’adresse d’Alde Manuce, pour mieux commercialiser des livres d’une moindre qualité, ce qui aurait amené l’imprimeur Vénitien à publier une affiche contenant les instructions pour bien reconnaître ses éditions.

Sur le long terme, les éditions aldines font parfois l’objet d’un véritable entretien bibliophilique, comme en témoigne cet exemplaire aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’École des chartes. Il s’agit en effet à l’origine d’un exemplaire ordinaire, à en croire les mentions manuscrites du XVIe siècle, peut-être apposées par des étudiants, et la reliure en parchemin souple, courante elle aussi sur les livres scolaires. Ensuite, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage intègre la bibliothèque du collectionneur Charles Claude-Marie Casati (1833-1919), qui a fait estamper son nom en lettres dorées sur le plat de la reliure. Or Casati a donné un grand nombre de livres anciens à l’École des chartes et nous savons qu’il ne faisait pas graver son nom sur tous les ouvrages qu’il possédait.

Plat de reliure avec le nom latinisé de Charles Casati

 

 

 

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 2xe 8R178 []
  2. Chevallier Raymond, « Un panorama de l’archéologie espagnole au XVIe siècle : note sur le Voyage en Espagne d’Andrea Navagero (1524-1526) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 27-1, 1991, p. 139-147. []

Louis XIV et le masque de fer

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le troisième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne Louis XIV et le Masque de fer, ou Les princes jumeaux de Jérôme Le Grand (1748-1817), publié en 17921. Article rédigé par Lou Delaveau, archiviste paléographe (prom. 2019) et élève conservatrice des bibliothèques.


Fig. 1. Page de titre (f. A1r). La tâche d’encre, indélébile, n’a pas pu être effacée lors de la restauration entreprise par la bibliothèque.

Continuer la lecture de Louis XIV et le masque de fer

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 8R248 []