Archives par mot-clé : histoire du livre

La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 tournée vers les « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. L’un d’entre eux, l’Alsatia Illustrata de Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771), allie l’histoire alsacienne, l’histoire politique, des gravures et la représentation des divertissements. Article rédigé par Maxime Challon, étudiant de deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et medias.


Le XVIIIe siècle est riche d’histoires provinciales au service de l’historiographie royale : parmi elles, une histoire de Provence (BEnC, FR7) en 1723, une histoire du Languedoc (BEnC, FH16) entre 1730 et 1745, ou l’Alsace illustrée, Alsatia illustrata (BEnC, FH5), de J.-D. Schoepflin, entre 1751 et 1761. Bien que ces histoires ne soient pas destinées à l’évocation du divertissement, celui-ci est tout de même perceptible dans les gravures de l’œuvre de J.-D. Schoepflin. Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) est un Alsacien à l’époque des Lumières, professeur à l’université de Strasbourg dès 1720, contribuant à l’ « âge d’or » de cette université1. En 1740, il devient historiographe de France et du roi. Lorsqu’il publie l’Alsatia illustrata en 1751 et 17612, il attire l’admiration de ses contemporains par l’utilisation de la démonstration mathématique pour toutes ses analyses historiques, permettant ainsi de surpasser ses homologues européens écrivant eux aussi, sur le modèle de l’Italia illustrata de Biondo3 en 1438, l’histoire de leur pays ou de leur ville, d’un point de vue topographique, archéologique et historique.

Continuer la lecture de La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

  1. Voir : Voss, Jürgen, et Bernard Rolling. « Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) : un Alsacien de l’Europe des Lumières ». Société savante d’Alsace, 1999. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb370791963. []
  2. L’écart de dix ans entre la publication des deux volumes s’explique par les longues recherches requises par ce travail, et par l’action de la censure royale sur le deuxième volume qui évoque la période récente de 1648-1761. []
  3. Biondo, Flavio, (1392-1463), historien, humaniste et archéologue de la Renaissance italienne. Il publie l’Italia illustrata en 1438, reprenant ses voyages personnels et décrivant l’histoire des 18 provinces italiennes depuis la République romaine à travers l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie et la littérature, s’inscrivant dans la Renaissance humaniste et la redécouverte de la langue et de la littérature latines. []

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème “Art et divertissement”. La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne