Archives par mot-clé : Histoire du cinéma

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Ce billet complète l’article précédent intitulé « Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique » dans lequel je m’intéressais à l’histoire de ce média, à ses formes et à ses usages.

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

Il m’a paru opportun, dans un but de valorisation, de rendre également compte des ressources disponibles sur le sujet, à la fois des sources primaires et de la bibliographie existante. Ce billet résulte donc de trouvailles – sur les appareils et sur les films fixes en eux-mêmes -, découvertes et interrogations, principalement à partir de bibliothèques numériques et de publications en ligne.

Les appareils de projection

Il faut évidemment s’intéresser aux appareils de visionnement des films fixes pour en comprendre l’usage. Plusieurs collections d’appareils (Pathéorama, Camérafix…) sont identifiables en ligne. L’intérêt, c’est de découvrir, outre l’aspect des visionneuses, qui a fortement varié dans le temps, les caractéristiques techniques de l’objet : dimensions, poids, manière d’insérer la bobine ou encore malette de transport…

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

C’était un drôle d’objet. Une petite boîte de métal aux coins irrégulièrement arrondis, avec une ouverture rectangulaire au milieu et en face d’elle une minuscule lentille, de la taille d’un euro. On devait glisser par le haut un morceau de film – du vrai film, avec perforations – que pressait une roulette de caoutchouc, et en tournant un bouton relié à la roulette le film se déroulait image par image. À vrai dire chaque image représentait une scène différente, de sorte que le spectacle s’apparentait plus à une lecture de diapositives qu’à du home cinema, mais ces scènes étaient des plans, magnifiquement reproduits, de films célèbres, Chaplin, Ben Hur, le Napoléon d’Abel Gance… Si on était riche on pouvait introduire la petite boîte dans une espèce de lanterne magique et projeter sur le mur (ou sur un écran, si on était très riche). Je devais me satisfaire de la version minimale : appuyer l’œil sur la lentille, et regarder. Ce bidule aujourd’hui oublié s’appelait Pathéorama.

Chris Marker, « C’était un drôle d’objet ».
Extrait de La Jetée (1962) de Chris Marker.

D’après la définition donnée de la Cinémathèque Robert-Lynen, les films fixes sont des « rouleaux de pellicule 35 mm (…) qui comportent majoritairement des photos, mais aussi des dessins ou encore des cartes de géographie et parfois accompagnés de textes. Ils étaient destinés à accompagner des cours, des conférences, etc. D’apparence, on pourrait les identifier à des pellicules de type Kodak, mais contrairement à ces dernières, les vues d’un film fixe sont positives et non en négatif »1.

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

  1. Site de la Cinémathèque Robert-Lynen, consulté le 8 mars 2019. []

Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Cinémathèque française, Camille Monnier, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » a élaboré un modèle appuyé sur le RDF comme première pierre de la Bibliothèque virtuelle Chris Marker. Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée ?

En 2012, la Cinémathèque française a acquis les archives du cinéaste et vidéaste Chris Marker, décédé au cours de l’été. Né en 1921, ce dernier a été tour à tour écrivain, éditeur, photographe, cinéaste, vidéaste, développeur d’applications informatiques, créateur d’installations multimédias. Au total 550 cartons de déménagement comprenant des photographies, affiches, disques vinyles, archives papier, éléments audiovisuels, appareils, ouvrages, éléments informatiques, miniatures, VHS et DVD, etc. ont intégré les collections de la Cinémathèque française.

Continuer la lecture de Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française

Culpeper, Virginia. La conservation de l’audiovisuel à la Bibliothèque du Congrès

Le vendredi 14 octobre dernier, dans le cadre de mon stage de 3 mois à Baltimore aux Sheridan Libraries de l’Université Johns Hopkins, j’ai eu la chance de visiter un centre de conservation de la bibliothèque du Congrès dont les missions, l’histoire et l’architecture sont très particulières : le National Audio-Visual Conservation Center (NAVCC) sur le campus de Packard1Il s’agit du principal site sur lequel la bibliothèque du Congrès conserve des documents audiovisuels de formats et supports variés : du film, mais aussi de la vidéo, la télévision, la radio, des enregistrements sonores ainsi que des jeux-vidéos, qui forment une collection forte de près de 6,2 millions de documents.

Continuer la lecture de Culpeper, Virginia. La conservation de l’audiovisuel à la Bibliothèque du Congrès

  1. Du nom de David W. Packard, fils du co-fondateur de la société Hewlett-Packard, mécène très actif pour la conservation des supports d’images animées, qui a financé le site. []

« Rendez-vous d’étoiles à Berlin » dans les actualités filmées, mars 1942

Les actualités cinématographiques sont connues pour être une source privilégiée pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et ont été fréquemment utilisées dans des documentaires télévisés afin de rendre la propagande de guerre mieux connue du grand public1. L’émission télévisée Histoire parallèle, animée par Marc Ferro2, mettait ainsi en regard ces archives audiovisuelles des pays belligérants, en analysant leurs propagandes respectives.

Les journaux d’actualité ont en effet pour spécificité d’avoir été un des médias les plus diffusés pendant la guerre, à une époque où les spectateurs sont particulièrement nombreux à se rendre dans les salles de cinéma. Leur propos est très populaire et propagandiste. Ils sont également au cœur de la culture visuelle des Français pendant la guerre, qui y voient les avancées du conflit à l’international, mais aussi le quotidien de l’Occupation. Au sein de ces récits plus ordinaires et nationaux, la place des célébrités est importante aux yeux des autorités (de Vichy, d’occupation, et pour leurs soutiens) afin de montrer que la vie continue, en utilisant l’image de personnalités populaires. Dans ces conditions, le récit par les actualités filmées de l’unique voyage de propagande en Allemagne des vedettes de cinéma retient toute notre attention.

Continuer la lecture de « Rendez-vous d’étoiles à Berlin » dans les actualités filmées, mars 1942

  1. On peut également penser à Archives de guerre (DVD), édité par Nouveau monde éditions, 2004, avec Marc Ferro au commentaire. []
  2. Émission hebdomadaire programmée sur La Sept puis sur Arte, de mai 1989 à juin 2001. []