Archives par mot-clé : Histoire des sciences

Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Continuer la lecture de Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

La grammatica et les différentes facettes
de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

Journées d’étude des jeunes chercheurs
27 et 28 juin 2023

École nationale des chartes (Salle Delisle)
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

Inscription recommandée, sous réserve des places disponibles
chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs 2023

Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

La grammatica et les différentes facettes de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

L’édition annuelle de la journée d’études des jeunes chercheurs et chercheuses (JEJC), organisée par l’association Chroniques chartistes en collaboration avec l’ENC, le centre Jean-Mabillon, les laboratoires IRHT et HTL du CNRS, et le Comité International de Paléographie Latine, aura lieu les 27 et 28 juin 2023 à l’École nationale des chartes. Cette journée est l’occasion pour les étudiant·e·s de master, doctorant·e·s et post-doctorant·e·s de se réunir autour d’une thématique commune. En hommage à Louis Holtz, les JEJC 2023 seront consacrées à l’exploration des liens entre grammaire, transmission des textes et des savoirs et humanités numériques.

chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

Entretien avec Juliette Curien–Mangel (prom. 2022) qui a soutenu en juin sa thèse d’école intitulée « Le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759-1796). Innovations pédagogiques et formation des élites », sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et de M. Boris Noguès, maître de conférence à l’ENS Lyon.1 Propos recueillis par Arsène Donada–Vidal (élève archiviste-paléographe en 2e année).


Tu as changé de sujet en cours de route, passant d’une étude sur le collège de Juilly au collège de Sorèze. Pourquoi, et comment as-tu vécu ce changement ? Qu’est-ce qui t’a amenée à travailler sur ce sujet ?

Au moment de choisir un sujet de recherche au courant de la première année du cursus d’archiviste-paléographe (AP1) dès novembre 2018, je pensais travailler sur quelque chose de complètement différent : les voyages d’exploration en Afrique au XIXe siècle. J’avais rencontré une professeure et j’étais même allée aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, au printemps, pour y consulter les carnets de voyage de l’explorateur Alfred Dyé (1874 – 1926). J’envisageais donc dans un premier temps de travailler sur le personnage, voire d’éditer ses carnets. En fin de compte, au terme de l’année d’AP1, j’ai un peu regretté d’avoir délaissé la période moderne, avec laquelle j’avais le plus d’affinités.

Continuer la lecture de Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

  1. Image de converture : le clocher Saint Martin et la cour des Rouges de l’abbaye-école de Sorèze en 2008. Photo JYB Devot – Wikimedia Commons []

“Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

Entretien avec Alexandre Couturier (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse  intitulée« “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins (XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) », sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique modernes à l’École nationale des chartes (ENC), et de Joël Coste, directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École pratique des hautes études (EPHE). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Je souhaitais travailler sur l’histoire de la médecine, sans avoir de prédilection pour une période. Lors d’une visite à Rochefort, au Musée de médecine navale, j’ai discuté avec les conservateurs sur place et j’ai pu entrevoir un sujet. Au départ, je voulais travailler sur l’école de chirurgie de Rochefort, qui était un centre de formation dès le début du XVIIIe siècle pour les chirurgiens embarqués sur les navires du Roi. Je voulais m’intéresser au fonctionnement et à la pédagogie de ces écoles, inédites à l’échelle européenne. Toutefois, plusieurs travaux avaient déjà été consacrés à ce sujet et les archives étaient ténues sur ces aspects, ce qui m’a beaucoup fait hésiter. J’ai décidé de continuer de travailler sur la médecine des marins à l’époque moderne et, pour des raisons archivistiques, mes recherches se sont concentrées sur le XVIIIe siècle : les sources sont en effet plus rares et parcellaires pour les périodes antérieures.

Continuer la lecture de “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.