Archives par mot-clé : Histoire des institutions

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème « Art et divertissement ». La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Depuis le 14 septembre 2019 et jusqu’au 18 janvier 2020, les Archives nationales consacrent une exposition à Alphonse Bertillon et à ses inventions sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Intitulée « La science à la poursuite du crime : Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers », cette manifestation se donne pour but de retracer l’évolution des pratiques policières et des méthodes d’identification des individus au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est en effet à ce moment que naît la police scientifique en France. Le commissariat scientifique de l’exposition est assuré par Pierre Piazza, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Cergy-Pontoise.

Continuer la lecture de Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []

68 les archives du pouvoir

Parmi les nombreuses manifestations commémoratives des cinquante ans des événements de mai 68, les Archives nationales organisent simultanément deux expositions anniversaire. Ces deux expositions sont organisées de manière complémentaire sur les deux sites : « L’autorité en crise » du 3 mai au 17 septembre 2018 à l’hôtel de Soubise et « Les voix de la contestation » du 24 mai au 22 septembre 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

Tracts et affiches placardés à l’entrée des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois

Continuer la lecture de 68 les archives du pouvoir

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle