Archives par mot-clé : Histoire de l’art

“Fantin-Latour. À fleur de peau” au Musée du Luxembourg

Du 14 septembre au 12 février 2017, le musée du Luxembourg présentait une exposition intitulée « Fantin-Latour. À fleur de peau ». C’était encore une fois l’occasion, pour le club culture de l’Ecole des chartes, d’organiser une visite. Cependant, une fois n’est pas coutume, c’est une des élèves de première année, Marguerite-Marie Luquet, qui a fait la conférence. Actuellement, l’exposition est présentée au musée de Grenoble.


La progression adoptée est chronologique. Ce n’est pas par simplicité que ce choix a été fait, mais bien pour montrer que Fantin travaille de manière concomitante à plusieurs genres. La scénographie a cherché à transmettre cette idée en perçant les cimaises d’ouvertures, qui permettaient au visiteur de voir des œuvres exposées dans les salles voisines en même temps que les toiles devant lui.

Henri Fantin-Latour, Autoportrait, 1858

L’exposition s’applique à décrypter le tempérament de l’artiste, bien traduit par l’expression « à fleur de peau ». Il est véritablement tiraillé entre un culte voué à la nature, qui le pousse à reproduire le plus fidèlement ce qu’il a devant les yeux, et une tentation onirique, qui donnera naissance à des œuvres d’imagination les plus variées. Les autoportraits (qui ouvrent l’exposition) ont une touche dramatique et trahissent une sensibilité romantique. Il admire d’ailleurs Delacroix et lui dédie un Hommage (salle 3), le premier portrait de groupe caractéristique de son style, le premier à faire scandale.

Continuer la lecture de “Fantin-Latour. À fleur de peau” au Musée du Luxembourg

Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

Entretien avec Clara Roca, élève de quatrième année qui a réalisé une thèse intitulée Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois : de la conception à la réception (1960-fin des années 1980). Propos recueillis par Nola N’Diaye. 

Comment es-tu arrivée à ce sujet ?

Je suis partie de deux idées très vagues : l’étude de l’urbanisme au travers la bande dessinée d’une part, les objets du quotidien comme matériaux à la base d’œuvres d’art d’autre part. Dans le même temps, j’étais très intéressée par le design au sens large.

Diverses rencontres avec des professeurs et des professionnels m’ont permis de voir que le domaine du design était celui où j’aurais le plus de liberté, et il m’est peu à peu apparu que la chaise était un objet idéal à cibler, dans la mesure où il est particulièrement représentatif du travail des designers. Une rencontre avec Agnès Callu a été déterminante : elle m’a confortée dans l’idée de réaliser une étude de cas sur un objet particulier et m’a indiqué qu’il serait nécessaire de m’intéresser à un fonds d’entreprise assez conséquent et intact.

J’ai commencé un travail de prospection en contactant un nombre important d’entreprises de l’ameublement contemporain et j’ai pu faire deux constats : d’une part que la plupart des entreprises travaillant dans la période choisie (de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin des années 1980) avait fait faillite et que d’autre part, leurs archives n’avaient jamais été conservées. Pour pallier l’absence d’archives, il m’a donc fallu entrer en contact avec une société encore active aujourd’hui, ce qui permettait aussi de conduire des entretiens avec des témoins à même de combler le manque d’informations. Roche-Bobois s’est montré tout de suite intéressé, ce qui présentait un double atout : en plus d’avoir un fonds d’archives remarquablement complet, la seconde génération de dirigeants attache beaucoup d’importance à son patrimoine historique.  Continuer la lecture de Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Continuer la lecture de L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure