Archives par mot-clé : Histoire de l’art

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena, Grosseto e Arezzo (Italie)1.

C’est dans un coin de Joconde qu’est né l’intérêt pour le Ponte Buriano, ravivé pour les 500 ans de la mort du maître, c’est au creux du paysage vaporeux en sfumato qu’il faut porter son regard, à la gauche de Mona Lisa. Les piles frémissantes d’un pont relient l’épaule du personnage à la montagne qui ferme le tableau, en poursuivant la courbe du drapé rejeté en arrière. D’âpres batailles eurent lieu pour identifier le paysage en général et le pont en particulier : français ? Italien ? Le Ponte Gobbo de Bobbio ? Aujourd’hui, à la suite des travaux de Carlo Starnazzi2, le Ponte Buriano revendique le titre de pont le plus regardé du monde, et un « Museum Leonardo e l’Aretino »3 dédié aux rapports entre Léonard de Vinci et la région d’Arezzo a même ouvert dans la localité le 16 juillet 20164.

Continuer la lecture de Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

  1. Photo de couverture : Le Ponte Buriano (Arezzo), 1240-1277, face ouest. Les becs qui montent presque au niveau du tablier ont été un élément d’identification, de préférence notamment à des ponts français. []
  2. Présentation de Carlo Starnazzi et de ses travaux, suivant des critères géomorphologiques notamment, sur le site dédié au Ponte Buriano http://www.ilpontedellagioconda.it/museo/carlo-starnazzi.html []
  3. Site officiel du Ponte Buriano, page présentant le musée http://www.ilpontedellagioconda.it/museo.html []
  4. Reportage du 12 juillet 2016 par Arezzo Notizie TV sur l’ouverture du « Museum Leonardo e l’Aretino », http://www.arezzotv.net/index.php/tempo-libero/cultura/7378-ponte-buriano-ar-nasce-il-museum-leonardo-e-l-aretino-sabato-16-luglio-l-inaugurazione.html []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Entretien avec Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, à propos de la thèse qu’il soutiendra au mois de juin prochain : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies en Franche-Comté, réalisée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, et de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.

Continuer la lecture de Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

La Tenture de saint Étienne

À l’occasion de la réouverture du Musée de Cluny après plusieurs mois de travaux, une exposition est consacrée à la figure magique de la licorne1.  L’une des pièces qui y est exposée est issue du cycle de l’histoire de saint Étienne dont cet article fait découvrir l’histoire2

La Tenture de saint Étienne désigne un ensemble de douze tapisseries historiées. Ses 23 scènes successives racontent l’histoire du saint : son martyre par lapidation, la découverte miraculeuse de son corps en 417 par le prêtre Lucien, les miracles post mortem qui lui sont attribués et la translation de son corps de Jérusalem à Constantinople puis à Rome.

Elle a été commandée par l’évêque Jean III Baillet, évêque d’Auxerre entre 1477 et 1513, dont Étienne est le saint patron, pour orner le chœur de sa cathédrale. Elle y demeure jusqu’en 1777, date à laquelle le chapitre de la cathédrale décide de vendre la tenture à l’Hôtel Dieu d’Auxerre. En 1838, l’Hôtel Dieu vend deux pièces de la tenture qui sont achetés par le Louvre. En 1880, les 10 autres tapisseries sont mises en vente mais l’État s’oppose à ce que la tenture entre dans le domaine privé, c’est donc le Musée de Cluny qui l’achète. Enfin en 1897, le Musée du Louvre met en dépôt ses deux pièces au Musée de Cluny pour recréer le cycle complet3.

Continuer la lecture de La Tenture de saint Étienne

  1. Exposition “Magiques licornes” du 14 juillet 2018 au 25 février 2019 []
  2. Cet article fait suite à un dimanche des étudiants organisé par le musée le 6 mars 2016. Photographies utilisées avec l’aimable autorisation du musée de Cluny []
  3. JOUBERT (Fabienne), La tapisserie médiévale, p. 36-59, 2002, 3e édition, Réunion des Musées nationaux []