Archives par mot-clé : Histoire culturelle

Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

Léo Dray, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en septembre dernier un mémoire intitulé Représentations et projections dans la littérature d’anticipation : une approche textométrique pour explorer l’histoire des futurs envisagés. Son travail a été dirigé par Mme. Dinah Ribard (directrice d’études à lEHESS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à lENC) . Léo Dray expose dans cet entretien les enjeux de son travail de recherche, liant histoire littéraire et outils numériques. Propos recueillis par Vincent Sarbach-Pulicani (M1 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année)1.


Quel rôle ont joué tes appétences personnelles dans la définition de ton sujet d’études ? Tes-tu fondé sur des lectures de textes littéraires, avant de temparer davantage de textes critiques et scientifiques sintéressant à leur analyse ?

J’ai intégré le master “Humanités Numériques” de l’ENC en m’intéressant avant tout aux problématiques techniques que soulèvent les outils numériques. Je n’avais encore jamais engagé de véritables recherches scientifiques, et encore moins sur le sujet particulier de la littérature de science-fiction (SF).

Continuer la lecture de Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

  1. Image en bannière : James Rosenquist, U-turn into Tomorrow, 1974. © ADAGP – Paris 2017 / Bridgeman Images) []

Baudelaire : la modernité mélancolique

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire (1822 – 1867), la Bibliothèque nationale de France a consacré ses espaces, du 3 novembre 2021 au 13 février 2022, à cette figure centrale du tournant littéraire du XIXe siècle, poète et critique littéraire, avec l’exposition Baudelaire, la modernité mélancolique.

L’intention primordiale du commissaire principal de l’exposition, Jean-Marc Chatelain1, directeur de la réserve des Livres rares, a été celle de réaliser une exposition qui permettrait de donner une forme visuelle à un propos littéraire.2

Continuer la lecture de Baudelaire : la modernité mélancolique

  1. Commissaires associés : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie (BnF) ; Julien Dimerman, conservateur du département Littérature et art (BnF) ; Andrea Schellino, maître de conférence (Université de Rome III []
  2. Image de bannière : Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, Collection Spoelberch de Lovenjoul. © RMN – Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot []

Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642)

Entretien avec Marguerite-Marie Luquet (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse intitulée « Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642) », sous la direction de Thierry Crépin-Leblond, chargé de cours à l’École des chartes et conservateur en chef du patrimoine, directeur du Musée de la Renaissance au château d’Écouen, ainsi que Guillaume Fonkenell, chargé de cours à l’Ecole des Chartes et conservateur chargé de la sculpture et architecture au château d’Écouen. Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP2).


Pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Tout est parti d’abord d’une envie : je rêvais de pouvoir travailler dans un domaine touchant à l’histoire de l’art. Après les écrits du concours, un voyage m’a ouvert les yeux : j’ai visité les châteaux de la Loire et j’ai rapidement compris que je voulais travailler dans le domaine de l’architecture ou bien sur un sujet qui touche à la vie de château. A la rentrée à l’École des Chartes, j’ai immédiatement voulu en parler avec M. Crépin-Leblond, qui connaît parfaitement le champ d’étude que je voulais traiter. Par un coup de chance, j’ai rencontré le fils des propriétaires du château de Monceaux-lès-Meaux à l’orchestre de PSL qui m’a ébloui avec l’histoire de cette demeure dont je n’avais entendu parler que pour la surprise de Meaux qui s’y est déroulée en 1567.

Continuer la lecture de Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642)

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée “Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle”, soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle