Archives par mot-clé : histoire culturelle

Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Le De arte rhetorica (Venise, 1521)

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le quatrième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne l’ouvrage De arte rhetorica, publié à Venise en 1521 par Alde Manuce et Andrea Torresano1. Article rédigé par Alissar Lévy.


In hoc volumine haec continentur. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M.T. Ciceronis de inventione lib. II. Ejusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. IIII. Ejusdem de claris oratoribus, qui dicitur Brutus : lib.I. Ejusdem orator ad Brutum lib. I. Ejusdem topica ad Trebatium lib I. Ejusdem oratoriae partitiones lib. I. Ejusdem de optimo genere oratorum praefatione quaedam. Index rerum notabilium, quae toto opere continentur, per ordinem alphabeti. (Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri mense octobri M. D. XXI).
Venise : Alde Manuce et Andrea Torresano, 1521, in-4.
262 f. ch. : [16] 1-245 [1] ; sign. *-**8, a-k8, l4, m-z8, A-G8, H10.

Page de titre

Entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, les étudiants de la Faculté des arts représentent une part considérable du public de l’imprimé : technologie récente qui se développe principalement dans les villes universitaires, les centres épiscopaux et les carrefours marchands. Beaucoup de libraires-imprimeurs consacrent une part importante de leur production à la publication des textes scolaires, qui peuvent être aisément commercialisés et qui sont pour cette raison avantageux sur le plan financier.

Le libraire-imprimeur humaniste Alde Manuce est l’un des plus célèbres éditeurs de textes scolaires de la Renaissance. Il exerce à Venise de 1494 à 1515, et est connu entre autres pour avoir inventé la typographie italique. Il est reconnaissable par sa marque à l’ancre et au dauphin, et par sa devise qui dit « hâte-toi lentement ». Homme d’érudition, Alde Manuce échange avec nombre d’auteurs savants de son temps, rédige des textes et prépare lui-même des publications destinées aux étudiants de l’université. Il est ainsi à l’origine d’un recueil de textes de Cicéron sur la rhétorique, qu’il imprime pour la première fois en 1514 avec son beau-fils, Andrea Torresano. L’ouvrage est précédé d’une préface d’Alde à Andrea Navagero, poète italien et homme politique qui participe plus tard à la libération de François Ier en 1526, prisonnier de Charles Quint à Madrid2. Comme d’autres publications scolaires de succès, ce recueil de textes sur la rhétorique est plusieurs fois réédité, en 1518, 1521, 1533 et ainsi de suite. L’édition que nous avons ici est celle de 1521.

En effet, même si Venise n’est pas une ville universitaire, elle est un pôle commercial important, qui produit des livres et les diffuse dans toute l’Europe. Les éditions italiennes sont de manière générale connues pour leur qualité esthétique et leurs influences humanistes, préférant par exemple aux caractères gothiques les typographies romaines et italiques. En outre, les libraires-imprimeurs italiens sont les premiers à faire de l’imprimerie un métier à part entière, au même titre que les autres métiers, avec des droits et des devoirs encadrés par les autorités : le « privilège », ancêtre du copyright anglais, apparaît pour la première fois à Venise en 1469, pour interdire, à la demande du libraire-imprimeur, la reproduction d’un matériel d’impression, et plus tard, d’un livre imprimé. Dans cet ouvrage, au bas de la page de titre, une mention rappelle l’existence d’un privilège pontifical successivement accordé par Alexandre VI (le pape Borgia), Jules II et Léon X, interdisant la reproduction des caractères italiques inventés par Alde, utilisés dans cette publication.

Dès le vivant d’Alde Manuce, les éditions aldines sont très prisées. Certains exemplaires de la première édition de ce texte furent par exemple imprimés sur vélin, comme des objets de luxe, à côté des exemplaires plus ordinaires, imprimés sur papier. Ces exemplaires de luxe n’étaient certainement pas destinés aux étudiants, mais à des prestigieux correspondants que le libraire-imprimeur souhaitait présenter. Dans le même temps, des libraires-imprimeurs aux pratiques douteuses contrefaisaient des éditions aldines, en imitant la marque et l’adresse d’Alde Manuce, pour mieux commercialiser des livres d’une moindre qualité, ce qui aurait amené l’imprimeur Vénitien à publier une affiche contenant les instructions pour bien reconnaître ses éditions.

Sur le long terme, les éditions aldines font parfois l’objet d’un véritable entretien bibliophilique, comme en témoigne cet exemplaire aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’École des chartes. Il s’agit en effet à l’origine d’un exemplaire ordinaire, à en croire les mentions manuscrites du XVIe siècle, peut-être apposées par des étudiants, et la reliure en parchemin souple, courante elle aussi sur les livres scolaires. Ensuite, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage intègre la bibliothèque du collectionneur Charles Claude-Marie Casati (1833-1919), qui a fait estamper son nom en lettres dorées sur le plat de la reliure. Or Casati a donné un grand nombre de livres anciens à l’École des chartes et nous savons qu’il ne faisait pas graver son nom sur tous les ouvrages qu’il possédait.

Plat de reliure avec le nom latinisé de Charles Casati

 

 

 

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 2xe 8R178 []
  2. Chevallier Raymond, « Un panorama de l’archéologie espagnole au XVIe siècle : note sur le Voyage en Espagne d’Andrea Navagero (1524-1526) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 27-1, 1991, p. 139-147. []

L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

Entretien avec Pierre-Marie Bartoli, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui vient d’achever sa thèse d’École intitulée Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939, sous la direction de Christophe Gauthier (École nationale des chartes) et de Bertrand Tillier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Loïc Pierrot.

Continuer la lecture de L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

« Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

Entretien avec Pia Rigaldiès, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui vient de soutenir son mémoire portant sur le design italien des années 1964-1974, sous la direction de Philippe Plagnieux (École nationale des chartes), Agnès Callu (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS / CNRS) et Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu le design italien des années 1964-1974 ?

Je dirais que c’est un design contestataire, une culture où la politique et le design sont très liés. On pourrait ajouter que c’est un art pop dans le sens où il est très influencé par le mouvement du Pop art, sans être fondamentalement populaire étant donné que l’on parle ici de pièces de collections et non pas d’un mobilier bon marché. Je trouve que cette ambivalence correspond bien au sujet que j’ai traité.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai choisi ce sujet car j’aime le design et les questions qui en découlent. J’aime me demander pourquoi les différents objets sont conçus comme cela, dans quel but et par quel cheminement intellectuel le créateur est passé pour arriver à ses fins. J’ai également eu le sentiment que ce sujet pouvait s’inscrire dans une véritable démarche de recherche historique en partant notamment du contexte de la ville de Turin, marquée par une très forte industrialisation. Le design et ses enjeux sont littéralement ancrés dans l’ADN de cette ville.

J’avoue avoir aussi été séduite par le lien très fort existant à cette période entre le design et la politique, deux questions qui ne peuvent être dissociées l’une de l’autre ici. Enfin, je cherchais un sujet fortement pluridisciplinaire. Or, le design allie par essence l’histoire de l’art, l’histoire industrielle, sociale et culturelle.

La recherche est aussi une bonne occasion de voyager : j’ai passé six mois à Turin dans le cadre de ma thèse, ce qui a constitué une prise de risque stimulante et le moyen de me créer un réseau de recherche sur place. J’ai été invitée à deux reprises à m’exprimer lors de colloques à Turin1, ce qui est une expérience toujours très enrichissante.

Continuer la lecture de « Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

  1. « Il 68’ alla facoltà di architettura negli archivi della prefettura », conférence inaugurale de la revue Histories of Postwar Architecture, 17 décembre 2018 et «STRUM = “strumento” per la lettura del progetto politico nell’Italia della contestazione» séminaire de l’association italienne des historiens du design (AIS/D), juin 2019 (publication des actes à venir). []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle