Archives par mot-clé : histoire culturelle

« Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

Entretien avec Pia Rigaldiès, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui vient de soutenir son mémoire portant sur le design italien des années 1964-1974, sous la direction de Philippe Plagnieux (École nationale des chartes), Agnès Callu (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS / CNRS) et Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu le design italien des années 1964-1974 ?

Je dirais que c’est un design contestataire, une culture où la politique et le design sont très liés. On pourrait ajouter que c’est un art pop dans le sens où il est très influencé par le mouvement du Pop art, sans être fondamentalement populaire étant donné que l’on parle ici de pièces de collections et non pas d’un mobilier bon marché. Je trouve que cette ambivalence correspond bien au sujet que j’ai traité.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai choisi ce sujet car j’aime le design et les questions qui en découlent. J’aime me demander pourquoi les différents objets sont conçus comme cela, dans quel but et par quel cheminement intellectuel le créateur est passé pour arriver à ses fins. J’ai également eu le sentiment que ce sujet pouvait s’inscrire dans une véritable démarche de recherche historique en partant notamment du contexte de la ville de Turin, marquée par une très forte industrialisation. Le design et ses enjeux sont littéralement ancrés dans l’ADN de cette ville.

J’avoue avoir aussi été séduite par le lien très fort existant à cette période entre le design et la politique, deux questions qui ne peuvent être dissociées l’une de l’autre ici. Enfin, je cherchais un sujet fortement pluridisciplinaire. Or, le design allie par essence l’histoire de l’art, l’histoire industrielle, sociale et culturelle.

La recherche est aussi une bonne occasion de voyager : j’ai passé six mois à Turin dans le cadre de ma thèse, ce qui a constitué une prise de risque stimulante et le moyen de me créer un réseau de recherche sur place. J’ai été invitée à deux reprises à m’exprimer lors de colloques à Turin1, ce qui est une expérience toujours très enrichissante.

Continuer la lecture de « Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

  1. « Il 68’ alla facoltà di architettura negli archivi della prefettura », conférence inaugurale de la revue Histories of Postwar Architecture, 17 décembre 2018 et «STRUM = “strumento” per la lettura del progetto politico nell’Italia della contestazione» séminaire de l’association italienne des historiens du design (AIS/D), juin 2019 (publication des actes à venir). []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Entretien avec Julie Glodt, archiviste paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2019 sa thèse intitulée Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles), sous la direction d’Alain Rauwel (EHESS, Université de Bourgogne) et de Philippe Plagnieux (Paris 1, École nationale des chartes). À cette occasion, Julie Glodt a été distinguée par le prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art. Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

En entrant en première année, je voulais étudier l’histoire de l’art médiéval. J’avais une certaine appétence pour les objets mobiliers, notamment ceux pris dans leur contexte. Ce goût me vient notamment de l’observation d’un encensoir mosan conservé au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur lequel figure le groupe de trois Hébreux. Cet objet ne prend son sens que pris dans un contexte : c’est la fumée de l’encens qui fait la fournaise dans laquelle sont pris les trois Hébreux. De là, j’ai voulu travailler sur un objet pris dans un contexte d’usage particulier : celui de la liturgie. Et puis, par un goût pour la « bizarrerie » et pour ce qui n’a été que très peu étudié, j’ai voulu travailler sur les textiles.

Continuer la lecture de Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne