Archives par mot-clé : Histoire contemporaine

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

C’était un drôle d’objet. Une petite boîte de métal aux coins irrégulièrement arrondis, avec une ouverture rectangulaire au milieu et en face d’elle une minuscule lentille, de la taille d’un euro. On devait glisser par le haut un morceau de film – du vrai film, avec perforations – que pressait une roulette de caoutchouc, et en tournant un bouton relié à la roulette le film se déroulait image par image. À vrai dire chaque image représentait une scène différente, de sorte que le spectacle s’apparentait plus à une lecture de diapositives qu’à du home cinema, mais ces scènes étaient des plans, magnifiquement reproduits, de films célèbres, Chaplin, Ben Hur, le Napoléon d’Abel Gance… Si on était riche on pouvait introduire la petite boîte dans une espèce de lanterne magique et projeter sur le mur (ou sur un écran, si on était très riche). Je devais me satisfaire de la version minimale : appuyer l’œil sur la lentille, et regarder. Ce bidule aujourd’hui oublié s’appelait Pathéorama.

Chris Marker, « C’était un drôle d’objet ».
Extrait de La Jetée (1962) de Chris Marker.

D’après la définition donnée de la Cinémathèque Robert-Lynen, les films fixes sont des « rouleaux de pellicule 35 mm (…) qui comportent majoritairement des photos, mais aussi des dessins ou encore des cartes de géographie et parfois accompagnés de textes. Ils étaient destinés à accompagner des cours, des conférences, etc. D’apparence, on pourrait les identifier à des pellicules de type Kodak, mais contrairement à ces dernières, les vues d’un film fixe sont positives et non en négatif »1.

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

  1. Site de la Cinémathèque Robert-Lynen, consulté le 8 mars 2019. []

68 les archives du pouvoir

Parmi les nombreuses manifestations commémoratives des cinquante ans des événements de mai 68, les Archives nationales organisent simultanément deux expositions anniversaire. Ces deux expositions sont organisées de manière complémentaire sur les deux sites : « L’autorité en crise » du 3 mai au 17 septembre 2018 à l’hôtel de Soubise et « Les voix de la contestation » du 24 mai au 22 septembre 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

Tracts et affiches placardés à l’entrée des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois

Continuer la lecture de 68 les archives du pouvoir

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

« Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, sur le site de Paris Hôtel de Soubise, depuis le 17 mai et jusqu’au 18 septembre 2017, une exposition consacrée aux catastrophes matérielles connues par les archives au cours des différentes bouleversements politiques intervenus depuis plus de deux siècles dans l’histoire de France.


Le parcours de l’exposition s’organise chronologiquement, chacun des cinq espaces marquant les grandes césures de l’histoire de France de l’époque contemporaine : la Révolution et l’Empire, la Révolution de 1848 et la Commune de Paris de 1871, la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerre, la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et l’après-guerre, qui ont chacun entraîné de lourdes conséquences pour le patrimoine écrit. Cette histoire chaotique est récente au sein de l’historiographie et l’exposition offre un état de la situation et ouvre des pistes de recherches.

Continuer la lecture de « Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien

Jeanne Sébastien, récemment diplômée de master et élève archiviste paléographe, a accepté de nous parler de la thèse d’École qu’elle prépare, intitulée « Les voyages d’Odette du Puigaudeau en Mauritanie (1933-1961) ». Propos recueillis par Léo Davy.


Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Je souhaitais d’abord travailler sur le thème du voyage et j’ai pensé à un membre de ma famille qui a été explorateur chez les Inuits, mais je me suis confrontée au manque d’archives et à la difficile accessibilité du peu qui existait. J’ai ensuite pensé au Club des explorateurs et j’ai appris qu’il existait, au département des Cartes et plans de la BnF, un fonds d’archives inexploité concernant l’exploratrice Odette du Puigaudeau (1894-1991) qui a voyagé en Mauritanie et y a mené des missions ethnographiques pendant plusieurs décennies du XXe siècle.

Il existait déjà une biographie rédigée par Monique Vérité, ancienne conservatrice de la BnF, à partir des entretiens qu’elle a eus avec elle dans les dernières années de sa vie. Elle a ainsi pu convaincre Odette du Puigaudeau de léguer ses archives privées à la Société de Géographie (dont les archives sont conservées à la BnF depuis 1942). Cette biographie a été un point de départ mais le propos se concentrait surtout sur le récit de vie, sans réelle contextualisation des enjeux historiques et interrogations problématisées. Continuer la lecture de Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien