Archives par mot-clé : Histoire

Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []