Archives par mot-clé : Expositions

Le verre. Un Moyen Âge inventif !

Avant la fermeture d’une partie du parcours de visite au printemps prochain, le Musée de Cluny présente, depuis le 20 septembre 2017 et jusqu’au 8 janvier 2018, une exposition consacrée au verre et à l’art de la verrerie. Le Moyen Âge a en effet été une période de grande inventivité technique et stylistique du verre qu’il convient de redécouvrir pour en saisir toute la richesse1.


L’exposition s’organise en trois temps : le verre d’architecture, le verre creux et ses usages, le verre précieux et de précision. Les sources utilisées sont autant archéologiques avec la présence de nombreux exemplaires trouvés lors de fouilles, qu’iconographiques avec les représentations médiévales du verre aussi bien dans les enluminures et drôleries des chroniques, des textes liturgiques, des traités d’alchimie, que dans les gravures et peintures à l’huile. Le verre est la métaphore parfaite des attributs oxymoriques de sa nature : désignant à la fois le matériau issu de l’opération de chauffage du sable et de fondants, et l’objet même, protéiforme, qui est créé à partir de ce matériau. Il est doté de propriétés à la fois dures et fragiles, aux effets de transparence et d’opacité, jouant constamment sur son ambiguïté entre matière et lumière. Ces qualités n’ont pas manqué de susciter l’admiration des médiévaux, qui en ont fait un usage inventif comme le démontre l’exposition.

Continuer la lecture de Le verre. Un Moyen Âge inventif !

  1. Un grand merci à Julie Glodt pour les prises de vues photographiques []

Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

Depuis le 19 juin et jusqu’au 13 octobre 2017, les Archives départementales de la Corrèze présentent une exposition inédite « Le loup en Corrèze », qui vient retracer de l’Ancien régime au milieu du XXe siècle le parcours de cet animal et des hommes qui y ont été confrontés.


« Para lo lop, petiòta, para lo lop ! Para lo lop, que n’empòrta l’anhelon ! »1. En Corrèze, le loup est partout : au rocher du loup, à Peyrelevade, mais aussi dans la maison du loup d’Espartignac, ou encore dans le nom des fleurs, puisque la digitale pourpre y est appelée la gola de lop (la gueule de loup) et la parisette à quatre feuilles, l’estrangla-lops (l’étrange-loup).

Fruit d’un partenariat entre le parc animalier des Monts de Guéret « Les loups de Chabrières », le musée archéologique et du patrimoine Marius Vazeille à Meymac, le musée du pays d’Ussel et les Archives départementales de Corrèze (AD19), l’exposition « Le Loup en Corrèze, de la ‘male bête’ à l’animal » retrace la présence de cet animal dont les déplacements ont rythmé la chronique locale jusqu’au milieu du XXe siècle2. Documents d’archives aux murs, objets divers, vidéo de présentation du loup par les Monts de Guéret, kakémonos richement illustrés ponctuent cette petite mais complète exposition, au sommet des collines de Tulle.

Continuer la lecture de Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

  1. « Prend garde au loup, petite, prend garde au loup ! Prend garde au loup, qu’il n’emporte l’agnelet ! » []
  2. Le dernier loup de Corrèze a été tué à 1918 à Meilhards, et le dernier loup aperçu à Saint-Hilaire-Luc en 1947. []

“Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945)” aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, sur le site de Paris Hôtel de Soubise, depuis le 17 mai et jusqu’au 18 septembre 2017, une exposition consacrée aux catastrophes matérielles connues par les archives au cours des différentes bouleversements politiques intervenus depuis plus de deux siècles dans l’histoire de France.


Le parcours de l’exposition s’organise chronologiquement, chacun des cinq espaces marquant les grandes césures de l’histoire de France de l’époque contemporaine : la Révolution et l’Empire, la Révolution de 1848 et la Commune de Paris de 1871, la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerre, la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et l’après-guerre, qui ont chacun entraîné de lourdes conséquences pour le patrimoine écrit. Cette histoire chaotique est récente au sein de l’historiographie et l’exposition offre un état de la situation et ouvre des pistes de recherches.

Continuer la lecture de “Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945)” aux Archives nationales

Compte-rendu d’exposition sur “Sièges en société” au Mobilier national, par Clara Roca

Au Mobilier national1 est présentée, jusqu’au 24 septembre 2017, une exposition intitulée « Sièges en société, du Roi-Soleil à Marianne ». Organisée en deux parties correspondant spatialement aux deux galeries de l’ancienne Manufacture des Gobelins, elle aborde dans un premier temps la technique du siège et aspire dans un second temps à replacer le siège dans un certain contexte social. Elle présente ce faisant une partie de l’importante collection de sièges de l’institution.

Continuer la lecture de Compte-rendu d’exposition sur “Sièges en société” au Mobilier national, par Clara Roca

  1. Galerie des Gobelins, 42, avenue des Gobelins, Paris XIIIe. []

“Fantin-Latour. À fleur de peau” au Musée du Luxembourg

Du 14 septembre au 12 février 2017, le musée du Luxembourg présentait une exposition intitulée « Fantin-Latour. À fleur de peau ». C’était encore une fois l’occasion, pour le club culture de l’Ecole des chartes, d’organiser une visite. Cependant, une fois n’est pas coutume, c’est une des élèves de première année, Marguerite-Marie Luquet, qui a fait la conférence. Actuellement, l’exposition est présentée au musée de Grenoble.


La progression adoptée est chronologique. Ce n’est pas par simplicité que ce choix a été fait, mais bien pour montrer que Fantin travaille de manière concomitante à plusieurs genres. La scénographie a cherché à transmettre cette idée en perçant les cimaises d’ouvertures, qui permettaient au visiteur de voir des œuvres exposées dans les salles voisines en même temps que les toiles devant lui.

Henri Fantin-Latour, Autoportrait, 1858

L’exposition s’applique à décrypter le tempérament de l’artiste, bien traduit par l’expression « à fleur de peau ». Il est véritablement tiraillé entre un culte voué à la nature, qui le pousse à reproduire le plus fidèlement ce qu’il a devant les yeux, et une tentation onirique, qui donnera naissance à des œuvres d’imagination les plus variées. Les autoportraits (qui ouvrent l’exposition) ont une touche dramatique et trahissent une sensibilité romantique. Il admire d’ailleurs Delacroix et lui dédie un Hommage (salle 3), le premier portrait de groupe caractéristique de son style, le premier à faire scandale.

Continuer la lecture de “Fantin-Latour. À fleur de peau” au Musée du Luxembourg