Archives par mot-clé : Expositions

La rétrospective Greco

Cette rétrospective, que l’on peut découvrir au Grand Palais depuis le 16 octobre et qui court jusqu’au 10 février prochain, est la première grande exposition jamais consacrée en France à ce personnage, à la fois peintre, sculpteur et architecte. Né en 1541 en Crète, Domenico Theotokopoulos, dit El Greco, fait son premier apprentissage dans la tradition byzantine avant de parfaire sa formation à Venise puis à Rome. Mais c’est en Espagne que son art s’épanouit et s’implante durablement à partir de la décennie 1570. Attiré par les promesses du chantier de l’Escorial, l’artiste importe dans la péninsule la couleur du Titien, les audaces du Tintoret et la force plastique de Michel-Ange. Cette éloquente synthèse, originale mais cohérente par rapport à sa trajectoire, donne à Greco, mort quatre ans après Caravage (1614), une place particulière dans l’histoire de la peinture : celle d’un des derniers grands maîtres du maniérisme et du premier grand peintre du Siècle d’Or. L’exposition se concentre essentiellement sur sa production picturale, la plus riche, et nous offre un bel aperçu de cette expérience de l’altérité que l’artiste a pu éprouver tout au long de ses voyages et dont il a su assimiler, avec un talent certain, toutes les subtilités. Lors d’un parcours chronologique de son œuvre, le visiteur pourra toucher du doigt la lente maturation d’un artiste dont le génie vient à s’exprimer dans les dernières années de sa vie et qui, à bien des égards, inspirera la modernité des avant-gardes européennes au tournant des XIXeet XXesiècles.

Exposition organisée par la Rmn – Grand Palais, le musée du Louvre et l’Art Institute de Chicago.

Compte-rendu d’exposition écrit par Lisa Lafontaine (AP3) et Max Hello (AP2).


Un regard sur les fonds :

Cette exposition, organisée sous l’égide du commissariat de Guillaume Kientz1, associé à Charlotte Chastel-Rousseau2 et avec la contribution de Rebecca Long3, réunit quelques soixante-seize œuvres issues de prêts aussi bien de collectionneurs que d’institutions publiques.

Continuer la lecture de La rétrospective Greco

  1. Curator of European Art, Kimbell Art Museum, Fort Worth, Etats-Unis. []
  2. Conservatrice de la peinture espagnole et portugaise, Département des Peintures, musée du Louvre. []
  3. Patrick G. and Shirley W. Ryan Associate Curator of European Painting and Sculpture before 1750, The Art Institute of Chicago. []

Mobile/Immobile : les mobilités en question aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, depuis le 16 janvier et jusqu’au 29 avril, leur nouvelle exposition intitulée « Mobile/Immobile. Artistes et chercheurs explorent nos modes de vie »1. Comme celle consacrée l’année dernière à Mai 68, elle s’articule autour des deux sites, à Paris et à Pierrefitte-sur-Seine. De manière inédite, sa conception a été réalisée en collaboration avec le Forum Vies Mobiles, institut de recherche crée en 2011 par la SNCF. Cet institut encadre des recherches, publie des ouvrages et organise des événements dans le domaine scientifique et artistique prenant pour thème la mobilité dans la vie contemporaine. Il s’engage ainsi particulièrement dans l’étude et la valorisation des transports et des modes de vie adaptés aux nouveaux enjeux environnementaux .

Continuer la lecture de Mobile/Immobile : les mobilités en question aux Archives nationales

  1. Photo de couverture : © Elinor Whidden / La Montagne immobile []

68 les archives du pouvoir

Parmi les nombreuses manifestations commémoratives des cinquante ans des événements de mai 68, les Archives nationales organisent simultanément deux expositions anniversaire. Ces deux expositions sont organisées de manière complémentaire sur les deux sites : « L’autorité en crise » du 3 mai au 17 septembre 2018 à l’hôtel de Soubise et « Les voix de la contestation » du 24 mai au 22 septembre 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

Tracts et affiches placardés à l’entrée des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois

Continuer la lecture de 68 les archives du pouvoir

Napoléon stratège

Les élèves et étudiants de l’École des chartes ont bénéficié, dans le cadre du Club Culture, d’une visite commentée de l’exposition « Napoléon stratège » par Grégory Spourdos, chargé d’études documentaires au département moderne et commissaire de l’exposition. Celle-ci est présentée au Musée de l’Armée depuis le 6 avril et jusqu’au 22 juillet 2018. Compte-rendu par Cécile Calliès, élève de première année.

D’une manière générale, notre guide a décortiqué la disposition et le contenu de chaque salle pour faire ressortir à la fois le concept directeur de l’exposition et le travail fourni par le comité scientifique, les architectes et les commissaires.

Continuer la lecture de Napoléon stratège

« Un érotisme de géant »

Ce sont les mots employés par le marchand d’art Daniel-Henri Kahnweiler pour parler de l’œuvre de Picasso, dans une lettre que l’on découvre au détour d’une salle de l’exposition 1932. Année érotique (10 octobre 2017 – 11 février 2018) au Musée Picasso. Le club culture de l’École nationale des chartes a eu le plaisir de proposer aux élèves qui étaient présents ce jeudi 7 décembre une visite commentée par François Dareau, chargé de recherches au musée.

Le parti-pris de l’exposition est audacieux, voire presque provocateur. Il s’agit de présenter la production artistique de Pablo Picasso de manière strictement chronologique pour l’année 1932, du 2 janvier au 22 décembre. Les commissaires s’amusent à présenter ce choix d’exposition comme « le plus stupide du monde ». À première vue en effet, le principe chronologique peut paraître déroutant, tant nous avons l’habitude d’expositions aux parcours assez thématiques. Toutefois, cet accrochage chronologique permet de mettre en lumière des aspects fondamentaux de l’œuvre de Picasso.

Continuer la lecture de « Un érotisme de géant »