Archives par mot-clé : époque moderne

Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « “Le résumé de Paris” ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

PalaisRoyal01
Robert, Hubert (1733-1808), L’incendie de l’Opéra, vu des jardins du Palais-Royal, le 8 juin 1781, ca. 1781, huile sur toile, 84,5x114cm, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, P1081

Le Musée Carnavalet avait quant à lui organisé une exposition sur le sujet en 19883, mais celle-ci abordait la parcelle avec un point de vue fort généraliste qui laissait champ libre à une nouvelle étude sur le Palais-Royal comme centre d’attractions. Tout un fonds d’archives n’avait pas été exploité (la sous-série DQ10 aux archives de Paris) : j’ai pu prendre ces nouvelles informations en compte pour étayer ou au contraire infirmer des hypothèses tenues jusqu’ici. La connaissance des années 1790 à 1810 manquait en grande partie à l’étude du Palais-Royal.

Sur quelles sources as-tu construit ta recherche ?

Un grand arc de mon travail a consisté à établir un état exhaustif de l’iconographie du Palais-Royal entre 1780 et 1815. J’ai pour cela utilisé des ressources en ligne basiques type Gallica, mais ai surtout exploré les recueils topographiques d’estampes de la BnF. Les papiers des princes aux Archives Nationales (R4 281 à R4 299) m’ont fourni de très nombreux documents de gestion : entre autres, des baux permettant de connaître les loyers pratiqués, ou bien des états des lieux d’un grand intérêt pour comprendre l’évolution des immeubles et des appartements qu’ils abritent. La sous-série Z1J, qui contient les mémoires, expertises, toisés et devis des greffiers des bâtiments du Roi, a quant à elle été précieuse pour les descriptions de l’avancement des travaux ou l’évolution de l’état de délabrement de certaines parties des bâtiments. Aux archives de Paris, les archives des Biens nationaux, plus particulièrement la sous-série DQ10, fut extrêmement riche en informations pour ce qui est du fonctionnement quotidien de l’enclos après la mort du prince à son origine.

Continuer la lecture de Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []
  3. Le Palais Royal, Paris, Edition Paris-Musées, 1988 (Catalogue d’exposition : Paris, musée Carnavalet, 9 mai-4 septembre 1988). []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Continuer la lecture de Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []

Un nouvel inventaire pour le vieux Montferrand : un exemple de rétro-saisie d’un inventaire sommaire aux Archives départementales du Puy-de-Dôme

Louis Borel de Bretizel (AP2) a réalisé un stage de trois mois au sein des Archives départementales du Puy-de-Dôme auprès de leur directeur, Pierre-Frédéric Brau. Parmi les missions qui lui ont été confiées figure la rétro-saisie d’un inventaire sommaire des archives des consuls de la ville de Montferrand.


Si vous avez déjà visité Clermont-Ferrand, heureux êtes-vous si vous avez poussé jusqu’à la vieille ville de Montferrand ! Tracée selon un plan hippodamien, celle-ci s’élève sur une colline à l’est de Clermont et compte encore nombre d’hôtels du XVIe siècle. Moins connu sans doute que le charme de ses rues, son fonds d’archives est un des plus riches et des mieux conservés parmi les archives communales françaises et possède de nombreux atouts susceptibles d’intéresser les chercheurs. Encore faut-il que l’instrument de recherche qui lui donne accès soit complet et performant : au vu de l’état du fonds et d’un Inventaire sommaire existant, mais inachevé, les Archives départementales du Puy-de-Dôme se sont lancées dans un chantier intéressant de rétro-saisie et de remise à niveau de son instrument de recherche. Avant d’en exposer la méthode et l’intérêt, nous survolerons brièvement l’histoire de cette ville et le destin de ses archives.

Continuer la lecture de Un nouvel inventaire pour le vieux Montferrand : un exemple de rétro-saisie d’un inventaire sommaire aux Archives départementales du Puy-de-Dôme

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne