Archives par mot-clé : époque moderne

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Énc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Élève archiviste paléographe de 4e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’ENC. 


Devant faire face à de nombreuses dépenses, les officiers militaires de l’Ancien Régime se trouvaient souvent obligés de payer leurs achats à crédit. Que ce soit pour le service ou pour leurs dépenses personnelles, ces officiers désargentés se trouvaient contraints de signer des reconnaissances de dettes. Des documents conservés aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon montrent comment les fournisseurs et particuliers cherchaient à se faire rembourser de ces créances dans les années 1770-1780. Nous y découvrons les tensions qui pouvaient exister entre fournisseurs (marchands) et régiments mais aussi celles qui parcouraient les troupes royales elles-mêmes. Se pose alors aussi la question du moyen de paiement à crédit utilisé par les militaires.
Continuer la lecture de Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments