Archives par mot-clé : époque moderne

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271
Continuer la lecture de Dessiner pour bâtir

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Énc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)