Archives par mot-clé : époque moderne

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Énc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Élève archiviste paléographe de 4e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’ENC. 


Devant faire face à de nombreuses dépenses, les officiers militaires de l’Ancien Régime se trouvaient souvent obligés de payer leurs achats à crédit. Que ce soit pour le service ou pour leurs dépenses personnelles, ces officiers désargentés se trouvaient contraints de signer des reconnaissances de dettes. Des documents conservés aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon montrent comment les fournisseurs et particuliers cherchaient à se faire rembourser de ces créances dans les années 1770-1780. Nous y découvrons les tensions qui pouvaient exister entre fournisseurs (marchands) et régiments mais aussi celles qui parcouraient les troupes royales elles-mêmes. Se pose alors aussi la question du moyen de paiement à crédit utilisé par les militaires.
Continuer la lecture de Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

Marion Humbert, archiviste-paléographe de quatrième année et conservatrice stagiaire à l’INP en section archives nous présente aujourd’hui sa thèse intitulée Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle. Propos recueillis par Alice Laforêt.

Avant toute chose, une question très simple : comment en vient-on à travailler sur l’histoire de la bière et des brasseurs ?

Le choix de ce sujet de thèse s’est fait complètement par hasard ! Je souhaitais travailler sur le XVIIIe siècle, éventuellement sur le jansénisme. J’en ai donc parlé à Nicolas Lyon-Caen, l’un des spécialistes du jansénisme au XVIIIe siècle, qui m’a signalé que la communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle était encore un domaine inexploré… Par ailleurs, ce sujet s’inscrit dans une historiographie en plein renouveau. L’étude des communautés de métiers à l’époque moderne a fait peau neuve, depuis les travaux de Steven Kaplan. Les boulangers, les bijoutiers, les chapeliers ou les marchands de vin ont déjà fait l’objet de recherches.1 Multiplier les études monographiques sur diverses communautés permettra sans doute de faire un jour une grande synthèse sur le sujet !

Continuer la lecture de Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

  1. Citons notamment Kaplan (Steven), Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIII e siècle, Paris, Fayard, 1996 ; Gaumy (Tiphaine), Le chapeau à Paris. Couvre-chefs, économie et société, des guerres de religion au Grand Siècle, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction d’Olivier Poncet, Paris, École nationale des chartes, 2015 ; Surun (Michel), Marchands de vin en gros à Paris au xviiie siècle, Paris, l’Harmattan, 2007. []

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Continuer la lecture de L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure