Archives par mot-clé : époque moderne

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271

L’exposition s’organise en trois sections qui traite chacune d’un aspect témoignant des évolutions majeures qu’a connu cette profession au cours d’un siècle de grands travaux architecturaux. Par effet de conjonction, les travaux de construction se multiplient grâce à une monarchie de plus en plus volontaire car souhaitant afficher sa puissance au moyen des arts, une Église impliquée dans la Contre-Réforme qui construit ou rénove de nombreux édifices, et une noblesse de robe enrichie qui aspire à jouir d’habiter dans des hôtels particuliers et des résidences de campagne dans un goût nouveau.

Portrait de Jules Hardouin-Mansart, comte de Sagonne, Gérard Édelinck d’après Hyacinthe Rigaud, 1704 ou 1706, Papier, eau-forte et burin, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, Na 64, fol. 111

La première partie, intitulée « Métier : être architecte », traite de la professionnalisation croissante à l’œuvre depuis la fin du XVIe siècle. En effet le métier d’architecte ne bénéficie pas d’une définition juridique règlementant et encadrant des praticiens dans une corporation, à la différence des maîtres artisans. Le port du titre d’architecte n’est pas limité par des conditions d’âge, de formation ou d’expérience. Philibert Delorme (vers 1514-1570) et Jean Bullant (vers 1515-1578) ont été les premiers en France à acquérir un statut inédit au sein de la profession, reconnaissant leurs qualités intellectuelles de concepteur et de maître d’œuvre. Au siècle suivant Jacques Lemercier (1585-1654), Louis Le Vau (1612-1670), François Mansart (1598-1666) et Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) sont les architectes les plus connus, accédant au privilège du portrait et aux gratifications du roi comme Jules Hardouin-Mansart qui obtient d’être anobli. Ainsi pour former une identité professionnelle cohérente une formation commune est nécessaire, d’où le développement d’un enseignement académique. En 1666 est créée l’Académie de France à Rome qui reçoit les architectes en formation, effectuant leur voyage en Italie pour y parfaire leurs connaissances des monuments antiques, renaissants et en construction. En 1671 c’est l’Académie royale d’architecture qui est créée, chargée d’élaborer les principes théoriques de l’architecture, de débattre des questions relatives, et de former des futurs professionnels. François Blondel (1618-1686) y donne des cours, qui sont publiés en 1675, et une seconde fois en 1698, et qui ont durablement marqué la discipline et participé à la Querelle des Anciens et des Modernes. Ces textes participent au processus de diffusion des connaissances par la publication de traités pédagogiques, de plus en plus illustrés par la gravure, qui rompent avec la tradition de tenir secret les techniques professionnelles, et qui participent au renouvellement théorique de la matière.

Les édifices antiques de Rome dessinés et mesurés très exactement, Antoine Desgodetz, Paris, 1682, École nationale supérieure des Beaux-Arts, LES. 1582

La deuxième section, « Dessin : l’expression du projet » présente comment le dessin est devenu un instrument majeur de la conquête d’une reconnaissance professionnelle par les architectes. Peu d’exemplaires sont conservés pour le XVIe siècle mais leur nombre croît tout au long du XVIIe siècle. Le dessin connaît lui aussi une révolution dans sa nature : à la Renaissance il a intégré les nouveaux modes de représentation en perspective et en couleurs, et au XVIIe siècle sa réalisation est de plus en plus réglementée par l’enseignement académique. Des instruments de mathématique et de dessin, issus de collections privées, sont exposés pour en rendre compte. Le dessin devient dès lors autant un outil de travail, le fondement du projet architectural du maître, qu’une œuvre graphique réalisée avec grand soin, où s’affirme la personnalité artistique de l’architecte. Pourtant leur attribution à un maître architecte n’est pas si aisée, et ainsi la paternité d’un projet, même porté par l’administration royale, n’est pas certaine. Ce n’est qu’à partir du règne de Louis XIII que les dessins sont de plus en plus souvent attribuables et, sous la direction de Jules Hardouin-Mansart comme premier architecte du roi, une véritable bureaucratie organisée est mise en place pour la confection des dessins, ouvrant la voie à son uniformisation au XVIIIe siècle.

Relevé de l’église du Rédempteur à Venise, Robert de Cotte, [1689], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis brun, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, VF-7 (2), fol. 52

Enfin la troisième section, « Chantier : l’architecte à pied d’œuvre », s’intéresse au rôle tenu par l’architecte dans la conduite de la concrétisation du projet dont chacune des étapes est décrite au moyen des archives qu’elles ont conduit à produire. L’architecte est en effet responsable, pour le maître d’ouvrage, du bon déroulement du chantier : il effectue ainsi des visites régulières, règle les problèmes techniques, et inspecte les travaux finis pour s’assurer de la qualité du travail des ouvriers. Il réalise les dessins qui peuvent être complétés de maquettes en bois ou en carton qui permettent de donner une meilleure idée du projet et des problèmes de sa réalisation. Un seul exemplaire original du XVIIe siècle est actuellement connu, celui de la façade de l’église Saint Gervais-Saint-Protais de Paris due à Salomon de Brosse (vers 1565-1626). Les relevés sont les archives les plus précises produites par les architectes car ils donnent l’état d’un bâtiment à une date donnée, avec son aménagement, ses dimensions toisées, et parfois des commentaires descriptifs, constituant des sources uniques et précieuses pour la connaissance de bâtiments altérés ou disparus.

Relevé général du Palais du Luxembourg, Antoine Desgodetz, 1696, Archives nationales, O/1/1687/B, pièce 724

L’exposition se conclut sur une présentation chronologique d’un chantier type du règne de Louis XIV, celui du collège Mazarin dit des Quatre-Nations, actuel siège de l’Institut de France. En effet les archives le concernant sont d’une richesse particulièrement grande, documentant toutes les phases de la réalisation du projet, mené par l’architecte Louis le Vau. Il est en effet commun de posséder les archives produites lors de la conception du projet, puis des contrôles effectués une fois la construction achevée, mais il est rare de posséder celles qui ont été produites pendant le chantier lui-même, ce qui en fait un exemple particulièrement intéressant pour saisir le rôle de l’architecte au XVIIe siècle.

Cojannot (Alexandre) et Gady (Alexandre), Dessiner pour bâtir. Le métier d’architecte au XVIIe siècle, Paris, co-édition Le Passage-Archives nationales, 352 pages, 286 illustrations.

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Énc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []