Archives par mot-clé : Époque contemporaine

Baudelaire : la modernité mélancolique

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire (1822 – 1867), la Bibliothèque nationale de France a consacré ses espaces, du 3 novembre 2021 au 13 février 2022, à cette figure centrale du tournant littéraire du XIXe siècle, poète et critique littéraire, avec l’exposition Baudelaire, la modernité mélancolique.

L’intention primordiale du commissaire principal de l’exposition, Jean-Marc Chatelain1, directeur de la réserve des Livres rares, a été celle de réaliser une exposition qui permettrait de donner une forme visuelle à un propos littéraire.2

Continuer la lecture de Baudelaire : la modernité mélancolique

  1. Commissaires associés : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie (BnF) ; Julien Dimerman, conservateur du département Littérature et art (BnF) ; Andrea Schellino, maître de conférence (Université de Rome III []
  2. Image de bannière : Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, Collection Spoelberch de Lovenjoul. © RMN – Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot []

Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

Entretien avec Lisa Lafontaine (prom. 2021) qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’école intitulée “Le naturel inimitable : les origines de la photographie au Muséum d’histoire naturelle (1840-1880)”, sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC), et d’Éléonore Challine, maître de conférences en Histoire de la photographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Max Hello.


Qu’est-ce qui t’as motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

On m’a très souvent demandé si c’était mon goût et mes connaissances en histoire de la photographie qui m’avaient poussée dans un tel projet ; en réalité, c’est plutôt l’inverse. En première année, je savais que je souhaitais travailler en histoire contemporaine, et le XIXe siècle m’a toujours intéressée. En revanche, je ne savais pas encore dans quelle direction je souhaitais m’orienter. J’avais déjà une certaine appétence pour les sciences et je dirais, plus globalement, que je voulais faire de l’histoire des sciences. Je trouve qu’il y a un côté très rationnel et très méthodique dans ce domaine, que l’on peut retrouver dans l’expertise chartiste, et c’est ce que je désirais rapprocher, mais appliqué à un sujet et à des sources qui sortent quelque peu des sentiers battus.

Continuer la lecture de Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

  1. Image de couverture : PHO41(23), Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 190 × 270 mm, © Muséum national d’histoire naturelle. []

Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Manon Lecaplain est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle soutiendra en 2019 sa thèse d’École des chartes sur les premières revues de modèles photographiques à destination des artistes (1902-1914), sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’Ecole des chartes et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 et historien des images. Elle est aussi régulièrement suivie par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF. Elle partage, avec enthousiasme, ce qui fait le sel de ses recherches. Propos recueillis par Pia Rigaldiès. 

Peux-tu nous parler de la genèse de ce sujet ? 

Je voulais travailler sur un sujet pluridisciplinaire, qui touchait à la condition de la femme, ou à la marginalité au tournant des XIXe et XXe siècles. J’avais d’abord pensé à l’iconographie des bordels mais c’est quelque chose qui a déjà été fait. J’ai été voir des conservateurs au département des Estampes de la BnF, sur les conseils de M. Gauthier, qui m’ont sorti les boîtes de trois revues : Le Nu esthétique, Mes Modèles et Le Nu académique, qui font aujourd’hui partie de mon corpus. J’ai trouvé le format très intéressant : ce sont des catalogues de poses qui prennent la forme de magazines bon marché, vendus entre 25 centimes et 2,50 francs pour les plus chers. Les photographies m’ont semblé assez intéressantes : les boîtes contenaient des photographies très académiques, et j’avais en tête les mutations de l’art du début du XXe siècle, ce qui me paraissait à l’époque paradoxal. Mais je me suis rendue compte par la suite qu’il y avait beaucoup de mises en scène et de montages.

Continuer la lecture de Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes