Archives par mot-clé : édition de texte

Documents littéraires et non littéraires (chartes, comptes, etc.)

La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)


Élève archiviste-paléographe de 3e année, Pierre Pocard prépare une thèse d’École intitulée : Faire corps et s’intégrer, les communautés professionnelles de ménestrels à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), sous la direction de Martine Clouzot (Université de Bourgogne) et Olivier Guyotjeannin (Ecole des chartes).


Si elle a été étudiée pour son apport à l’histoire politique et à l’histoire du crime1, l’affaire Wourdreton n’a pour ainsi dire pas suscité de commentaire de la part de ceux qui se sont penchés sur l’histoire des jongleurs et des ménestrels. Cette sombre affaire politico-judiciaire qui sert a posteriori de justification à la confiscation des terres françaises de Charles le Mauvais auprès du public2 met pourtant au premier plan le valet d’un joueur de harpe, Robert Wourdreton, suspecté en 1385 d’avoir tenté d’empoisonner le roi et ses oncles à la demande du roi de Navarre. Les sources sont assez abondantes mais présentent de grandes divergences : le Religieux de Saint Denis raconte en effet l’affaire, avec le lot de déformations inhérent à une écriture de l’histoire au service du pouvoir, et l’on dispose également de l’interrogatoire de Robert Wourdreton3, selon une procédure extraordinaire. Ce dernier donne un récit circonstancié et une description unique de l’exercice du métier de ménestrel à la fin du XIVe siècle, moment clé dans le processus de professionnalisation des musiciens, qui se spécialisent dans la pratique instrumentale et se constituent en corporations.

Continuer la lecture de Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)

  1. COLLARD (Franck), « le récit d’un crime et ses métamorphoses, l’affaire Wourdreton/Delstein, 1385 », in Un Moyen Âge pour aujourd’hui, mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p 415-423 []
  2. CHARON (Philippe), Princes et principautés au Moyen Âge, l’exemple de la principauté d’Evreux, Paris : École des chartes, 2014, p. 707-709. Je tiens à remercier l’auteur de  m’avoir indiqué que cette affaire pourrait m’intéresser dans mes recherches sur les jongleurs à la fin du Moyen Âge []
  3. Arch. Nat. J 619 n°11 []