Archives par mot-clé : édition de texte

Documents littéraires et non littéraires (chartes, comptes, etc.)

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Achille Murat est né en 1801. C’est le fils aîné de Joachim, roi de Naples, et de Caroline Bonaparte, sœur de Napoléon Ier. À l’issue des Cent jours, il perd son titre de prince héritier du royaume de Naples et se voit exilé. Après avoir été retenu en captivité en Autriche, il demande, en 1822, à partir pour les États-Unis, où il passera le reste de sa vie. Achille ne peut en effet pas revenir en France, en raison de la loi d’exil des Bonaparte. Sa correspondance est ainsi son lien avec l’ancien monde et sa famille, restée en Europe. Aux États-Unis, il construit une vie en dehors de l’Empire, se marie avec une américaine, devient planteur et avocat. Achille  accepte la fin de l’Empire, sait qu’il n’est plus prince et ne sera jamais roi. Il garde malgré tout un œil sur la politique en Europe et espère pouvoir revenir un jour et jouer un rôle en Italie, pas en France. C’est cette tension entre ce qu’il a été, ce qu’il est et ce qu’il veut être qui rend sa correspondance intéressante.

L’édition porte-t-elle sur l’ensemble de la correspondance ou sur un corpus plus restreint ? Quels fonds as-tu exploités ?

J’ai choisi d’éditer la correspondance d’Achille entre 1830 et 1833. Cela représente un corpus d’environ 500 lettres, qui proviennent majoritairement de son registre de correspondance conservé à la BnF, qui couvre les années 1830-1835 (NAF 20942). Pendant ces trois années, Achille effectue un voyage en Europe, au Royaume-Uni, en Belgique et au Portugal. Le manuscrit de la BnF est un recueil de minutes de la correspondance active (lettres envoyées), élaboré par Achille lui-même. Achille copie ou fait copier par un secrétaire toutes les lettres qu’il envoie, non pas en vue de leur diffusion mais dans un but utilitaire. La masse de sa correspondance le contraint en effet, s’il ne veut pas se perdre, à garde une trace de ce qu’il a envoyé. J’ai également recherché les lettres originales et les ai consultées quand cela était possible : certaines sont conservées aux Archives Nationales, dans le fonds Murat, où l’on trouve également quelques copies utiles1 du début du XXe siècle, issues de fonds non-identifiés, mais a priori authentiques. Il y a également quelques lettres à la Bibliothèque Thiers, et surtout à la bibliothèque de l’Université de Stanford, en Californie, qui conserve bon nombre d’originaux de la correspondance d’Achille, aussi bien active que passive. La dispersion des fonds rend difficile voire impossible de parvenir à l’exhaustivité pour tous les correspondants. Compte tenu de l’apport informationnel de la correspondance passive, j’ai décidé de l’éditer également. La correspondance entre Achille Murat et sa mère Caroline Bonaparte entre 1830 et 1833 a ainsi pu être presque intégralement rétablie.

Pourquoi Achille Murat entreprend-il ce voyage en Europe ? Envisage-t-il de rentrer en France ?

Le voyage est motivé par la Révolution de juillet 1830. Achille est dans un premier temps favorable à Louis-Philippe, par intérêt personnel et par un calcul politique qui s’avère par la suite erroné. Il voit Louis-Philippe comme un potentiel homme providentiel, et pense qu’il va entrer en guerre avec l’Autriche et ainsi libérer l’Italie, où il pourra retrouver un rôle politique. Il estime également que le règne de Louis Philippe marquera, par opposition à la Restauration, le retour de la liberté. Mais Achille est vite déçu dans ses ambitions de participer au nouveau régime. La politique étrangère de Louis-Philippe est assez timorée, la guerre contre l’Autriche n’a pas lieu. Bien plus, le nouveau roi ne souhaite pas le retour d’Achille et des Bonaparte et ne lève pas leur exil. Mais il est déjà trop tard puisqu’Achille est déjà parti pour l’Europe. Comme souvent dans sa vie, il se rêve un grand destin, et sa tentative de le provoquer se solde par une désillusion.

Quel est le contenu des lettres que tu as éditées ?

Les lettres ont un contenu qui varie selon les étapes du voyages. On trouve ainsi, au cours des six premiers mois, beaucoup de correspondance politique, surtout avec des opposants à Louis Philippe. Les négociations pour obtenir le droit de revenir en France occupent aussi une place non-négligeable. Par ailleurs, tout au long des trois années du voyage, les dynamiques familiales constituent la trame de fond de la correspondance d’Achille. Beaucoup de lettres évoquent également ses difficultés financières. Achille a toujours besoin d’argent car sa plantation ne fait pas recette et que sa vie à Londres lui coûte extrêmement cher.

Quel est le positionnement politique d’Achille Murat ?

Achille est bonapartiste, bien entendu, mais plus d’un point de vue doctrinal et idéologique que dynastique. Contrairement à beaucoup d’autres Bonaparte, il ne donnerait certainement pas tout pour sa famille. Mais il est bonapartiste en ce qu’il croit que la France a besoin d’un homme providentiel, d’un grand chef, est très attaché à la liberté et à l’héritage de l’Empire, mais ne pense pas que le pouvoir doive obligatoirement revenir à un Bonaparte. Il na qu’une connaissance indirecte de Napoléon Ier, puisqu’il a quitté la France pour  l’Italie à l’âge de sept ans. Il ne parle de lui qu’une seule fois dans la correspondance que j’ai éditée, pour le comparer avec Napoléon II, dont il doute beaucoup de la capacité à gouverner. Le grand projet d’Achille est l’Empire républicain, dont il espère être le régent. Achille fréquente les milieux bonapartistes au début de son voyage, à Londres et participe, avec l’espoir de devenir régent en France au nom de Napoléon II, à des complots, qui échouent tous. Il s’éloigne toutefois rapidement des bonapartistes, même s’il reste en contact avec eux. Dans le fond, Achille est républicain, et c’est sans doute pour cela qu’il se plaît aux États-Unis, qu’il y trouve une place, et devient citoyen américain, avant même son mariage avec une américaine.

Il a également des ambitions politiques en Italie, sans qu’elles soient bien définies et sans qu’il ait beaucoup de contacts là-bas.  Il se rêve unificateur de l’Italie aux dépends des Bourbons, une ambition que son père, Joachim Murat, partageait déjà et avait tenté de réaliser à travers la proclamation qu’il avait faite à Rimini, en 1815 encourageant les Italiens de toute la péninsule à s’unir.

Achille Murat semble avoir un rapport complexe avec chacun des pays où il a vécu. Se sent-il plus Français, Italien ou Américain ?

S’il est né en France, Achille ny a que très peu vécu et ne semble donc pas très attaché à sa terre natale, d’où il est, comme tous les Bonaparte, exilé. S’il s’intéresse à la politique française, c’est avant tout pour obtenir, par une voie dérivée, un rôle en Italie. De manière générale, c’est par la politique qu’il se rattache à chaque pays. Même s’il se sent italien, Achille est très fier d’avoir obtenu la nationalité américaine. C’est aux États-Unis, qu’il a des droits civiques, dont il privé en Europe, et qu’il peut se sentir pleinement libre. Il indique ainsi régulièrement dans la signature de ses lettres qu’il est « citoyen américain ».  Le sentiment d’appartenance à une nation chez Achille est donc assez perturbé et toujours incomplet, ce qui se retrouve dans la langue des lettres, qui varie beaucoup, entre le français, l’anglais et l’italien, à chaque fois avec une maîtrise assez approximative. Avec un même correspondant, Achille peut écrire dans des langues différentes. L’italien semble plus la langue des lettres familiales et de l’expression des sentiments et l’anglais celle de la gestion, mais on ne peut guère établir de règle.

Quelles difficultés as-tu rencontrées dans ton travail ?

La dispersion des fonds a été le principal problème et m’a même conduite à des déplacements en Belgique et aux États-Unis. L’existence du volume de minutes a été un outil très précieux pour le premier établissement de l’édition. Comme pour toute correspondance, il est très difficile de parvenir à l’exhaustivité, ce qui est assez frustrant. Par ailleurs, ce type de document passe sous silence les échanges oraux et donne donc une vision assez déformée de la sociabilité d’une personne. Dans le cas d’Achille, on ne dispose par exemple que de très peu de lettres destinées à son épouse et une partie de ses tractations politiques était trop sensible pour passer par l’écrit.

 

  1. Les copies utiles sont les seules à permettre de connaître l’existence d’une lettre, quand l’originale et la minute ont été perdues. []

Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)


Élève archiviste-paléographe de 3e année, Pierre Pocard prépare une thèse d’École intitulée : Faire corps et s’intégrer, les communautés professionnelles de ménestrels à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), sous la direction de Martine Clouzot (Université de Bourgogne) et Olivier Guyotjeannin (Ecole des chartes).


Si elle a été étudiée pour son apport à l’histoire politique et à l’histoire du crime1, l’affaire Wourdreton n’a pour ainsi dire pas suscité de commentaire de la part de ceux qui se sont penchés sur l’histoire des jongleurs et des ménestrels. Cette sombre affaire politico-judiciaire qui sert a posteriori de justification à la confiscation des terres françaises de Charles le Mauvais auprès du public2 met pourtant au premier plan le valet d’un joueur de harpe, Robert Wourdreton, suspecté en 1385 d’avoir tenté d’empoisonner le roi et ses oncles à la demande du roi de Navarre. Les sources sont assez abondantes mais présentent de grandes divergences : le Religieux de Saint Denis raconte en effet l’affaire, avec le lot de déformations inhérent à une écriture de l’histoire au service du pouvoir, et l’on dispose également de l’interrogatoire de Robert Wourdreton3, selon une procédure extraordinaire. Ce dernier donne un récit circonstancié et une description unique de l’exercice du métier de ménestrel à la fin du XIVe siècle, moment clé dans le processus de professionnalisation des musiciens, qui se spécialisent dans la pratique instrumentale et se constituent en corporations.

Continuer la lecture de Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)

  1. COLLARD (Franck), « le récit d’un crime et ses métamorphoses, l’affaire Wourdreton/Delstein, 1385 », in Un Moyen Âge pour aujourd’hui, mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p 415-423 []
  2. CHARON (Philippe), Princes et principautés au Moyen Âge, l’exemple de la principauté d’Evreux, Paris : École des chartes, 2014, p. 707-709. Je tiens à remercier l’auteur de  m’avoir indiqué que cette affaire pourrait m’intéresser dans mes recherches sur les jongleurs à la fin du Moyen Âge []
  3. Arch. Nat. J 619 n°11 []