Archives par mot-clé : Édition de texte

Documents littéraires et non littéraires (chartes, comptes, etc.)

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2021

DES SOURCES À SAISIR :
TEMPORALITÉS ET USAGES DE SOURCES À LA MARGE

Continuer la lecture de Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2021

La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle