Archives par mot-clé : École des chartes

Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2021

Des sources à saisir :
temporalités et usages de sources à la marge

Journées d’étude de jeunes chercheurs
MERCREDI 23 JUIN 2021

Rencontre scientifique en distanciel (Zoom)
https://zoom.us/j/91499757504

 

9h : Accueil des participants en ligne.

9h15 : Introduction de la journée par les membres du comité d’organisation.

9h20 : Mots d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes, et de Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes.

Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2021

Retour sur cinq années d’activité des Chroniques chartistes

La participation de deux anciens membres de l’équipe des Chroniques chartistes, Claire Daniélou (prom. 2017) et Léo Davy (prom. 2019), au premier atelier ThENC@ portant sur “Les thèses d’École entre archives et projets” le 16 mars 2021, a donné l’occasion de faire un point sur cinq années de publication d’articles au sein de ce carnet de recherche Hypothèses. Nous publions ici le texte de cette intervention pour mémoire, également disponible sur HAL. Nous tenons ainsi à remercier Amandine Postec et Camille Dégez-Selves, directrice adjointe et directrice de la Bibliothèque de l’École des chartes, pour leur invitation.


Créé en 2015, Chroniques chartistes est un carnet de recherches, animé collectivement par une équipe d’élèves et de désormais anciens élèves (ce n’était pas le cas à sa création), hébergé par la plateforme de blogs scientifiques Hypotheses.org d’Open Edition. Lors du dépôt de candidature pour l’ouverture du blog, nous avions défini ce dernier de la manière suivante :

Carnet de recherche collectif des élèves et des étudiants de master de l’École nationale des chartes. L’objectif est de valoriser nos travaux à travers la publication de présentations de nos recherches personnelles en histoire et en histoire de l’art, d’articles sur les institutions culturelles et patrimoniales, avec une attention particulière aux sources de l’histoire.

Cette description reste à peu de choses près toujours valable aujourd’hui1.

Continuer la lecture de Retour sur cinq années d’activité des Chroniques chartistes

  1. Elle est d’ailleurs toujours lisible sur la notice du blog dans le catalogue d’OpenEdition : https://www.openedition.org/15808 []

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2020

 

FORMULER L’HYPOTHESE, ETABLIR LA PREUVE :
DU TRAVAIL SUR LES SOURCES A L’ECRITURE DE L’HISTOIRE

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXe siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Continuer la lecture de Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2020