Archives par mot-clé : École des chartes

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2021

DES SOURCES À SAISIR :
TEMPORALITÉS ET USAGES DE SOURCES À LA MARGE

 

Les sources représentent le support de toute entreprise de recherche en sciences humaines et sociales. Elles désignent l’ensemble des documents sélectionnés par le chercheur qui lui permettent de construire et étayer son discours scientifique, en tant qu’ils permettent l’émission d’hypothèses ou qu’ils apparaissent comme des preuves permettant de les confirmer ou de les réfuter[1]. Dans un souci d’objectivité et de scientificité, le chercheur croise ses sources et en questionne aussi bien le contenu que la forme, multipliant ainsi ses approches méthodologiques. Parmi ces sources, certaines semblent a priori insaisissables ou à la marge du fait de leur nature et des usages particuliers qu’elles supposent. Pourtant, les traces orales, sonores, visuelles, éphémères, rares et uniques nous proposent, pour toutes les périodes historiques, de nouvelles réflexions et interprétations des passés et de la manière dont ils nous parviennent. Ainsi, cette rencontre organisée entre les jeunes chercheurs de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études se propose-t-elle d’interroger ces sources à saisir au prisme de leurs temporalités multiples, des moyens et des méthodes qu’elles supposent. Le caractère insaisissable de ces sources peut leur être intrinsèque – ainsi en est-il de l’éphémère ou de la source immatérielle. Mais il peut aussi être le fait des différences d’usage qu’implique l’inscription de la source dans des temporalités diverses, et notamment de la divergence des regards que portent sur elle les hommes du passé et les chercheurs. Ces usages sont historiquement situés et constituent un marqueur du rapport particulier d’une société à sa propre histoire. Il s’agit, en outre, de questionner les outils et les méthodologies auxquels ces derniers peuvent recourir pour les saisir ou, autrement dit, les définir, les collecter, les appréhender, les comprendre et les exploiter.

L’histoire se définit comme discipline scientifique au XIXe siècle en fondant sa légitimité sur l’étude de la source écrite. Ce n’est que tardivement que les sources orales sont invoquées dans le paysage historiographique états-unien, anglais, puis français au début du XXe siècle[2]. Ces sources peuvent être orales par leur nature même – lorsqu’elles sont le fruit d’enregistrements – ou, pour des périodes plus anciennes notamment, prendre la forme d’une trace écrite ou visuelle derrière laquelle l’oralité est parfois perceptible. Dans ce second cas, tout le travail de l’historien consiste à croiser des sources de types différents afin de saisir une culture orale disparue[3]. Quant aux sources issues d’enregistrement, elles demeurent longtemps l’apanage des ethnologues, sociologues, géographes et historiens de la culture populaire[4], avant d’intéresser, à partir des années 1970-80, les institutions, les administrations, les ministères ou les associations[5]. L’oralité pose néanmoins des problèmes d’objectivité, de juridiction et d’éthique, en tant qu’elle pose la question de la variabilité et de la subjectivité du témoignage (lui-même provoqué ou non) et celle des collecteurs et conditions de collecte (enregistrement, vidéo) qui dépendent de la pérennité ou de l’obsolescence des outils techniques employés (magnétophone, caméra, outils numériques et informatiques). L’ajout de l’image au son a, en outre, permis d’apporter des connaissances factuelles sur l’environnement du témoin, sur sa personnalité et sur les conditions de son témoignage et ainsi « d’affiner la “critique de sincérité” appliquée aux témoins[6] ». Ces sources orales, sonores et audio-visuelles, se doivent d’être analysées avec un certain recul critique à l’aune d’un système de référentiels[7] qui garantira une certaine « stabilité[8] » des documents de travail.

À ces sources s’ajoutent, au rang des sources à saisir, les éphémères, que John E. Pemberton définit en 1971 comme des « documents dont la production est liée à un événement particulier ou à une question d’actualité, et qui ne sont pas destinés à survivre aux circonstances de leur message[9] », et que Nicolas Petit rapproche de l’occasionnel et du « non-livre » puisqu’ils ne sont pas destinés à passer à la postérité mais bien plutôt, en tant qu’« imprimés jetables[10] », à être détruits ou recyclés[11]. Il peut s’agir de documents volants (prospectus, tracts), ou de l’ordinaire (journaux, faire-part, cartes postales, almanachs mais aussi affiches ou graffitis). Scripturaux quoique liés à l’oralité, les éphémères troublent le chercheur puisqu’ils programment par essence « [leur] propre oubli[12] ». Néanmoins, force est de constater que malgré leur évanescence, les éphémères témoignent massivement de la culture visuelle, de la vie sociale et des soulèvements populaires dans un temps et un espace donnés. Par des choix de collecte, de conservation, d’archivage et de catalogage, certains éphémères se patrimonialisent[13]. Ces fossiles d’éphémères sont issus d’une sédimentation opérée par ceux qui sont à l’origine de cette patrimonialisation (collectionneurs, archivistes…) : le message immédiat est cristallisé et les chercheurs peuvent le saisir, modifiant son horizon temporel. À l’heure du numérique, une réflexion doit également être menée sur les moyens contemporains des chercheurs pour collecter et conserver la trace de nouveaux éphémères, instantanés et dématérialisés – comme les tweets ou stories des réseaux sociaux – et qui constituent toujours une source féconde pour écrire une histoire politique et sociale.

Enfin, ces sources à saisir peuvent se définir par leur rareté, voire leur caractère unique. Ainsi, certaines sources tiennent-elles leur rareté du fait qu’elles ont été particulièrement confrontées à la destruction accidentelle ou intentionnelle. Sans pour autant trahir une mauvaise intention, c’est plutôt l’évolution du rapport des hommes à leurs documents que révèlent ces actions de destruction, dont résulte un paysage documentaire parcellaire que l’historien peine à rendre intelligible. D’où la nécessité pour le chercheur, au-delà des biais suscités par les aspects quantitatifs, de se poser la question de la raison de la conservation des sources auxquelles il s’intéresse. La source rare ou unique peut aussi l’être parce qu’elle a été conçue pour être unique dans sa forme ou pour être originale dans sa conception. Il faut alors tenter de ressaisir l’intention perdue des hommes du passé, voire de reconstruire la raison de documents parfois délaissés[14]. Ces sources peuvent par conséquent surprendre le chercheur autant qu’elles le désarment. Marginales tant par leur forme que leur contenu, elles sont parfois le fruit de découvertes fortuites[15], des rescapées de la destruction ou des accidents de conservation, et contrastent avec notre « obsession contemporaine de la conservation[16] » où tout est désormais susceptible de devenir un objet patrimonial.

En s’appuyant sur ce corpus de sources à saisir – dont la définition n’est ici volontairement pas exhaustive – et sur les problématiques temporelles et méthodologiques qu’elles soulèvent, cette journée d’étude invite les jeunes chercheurs à exposer, à partir de leurs travaux, leurs propres sources à la marge, leurs approches scientifiques et leurs utilisations des outils méthodologiques pour s’en saisir. Quels ont été les critères de définition, de sélection et de hiérarchisation de son corpus de sources ? Quelle proportion occupent les sources à la marge dans ce corpus ? Peuvent-elles se substituer complètement aux sources textuelles ou nécessitent-elles un croisement des sources ? Le jeune chercheur doit-il élaborer une nouvelle grille de lecture, un nouveau questionnaire et de nouveaux outils méthodologiques pour les définir, les collecter, les appréhender et les exploiter ? Quel rôle les sources à la marge ont-elles joué dans la problématisation de leur objet d’étude ? Ont-elles déconstruit des a priori et sont-elles à l’origine de remises en perspective de sujets de recherche ? Peuvent-elles être un objet d’étude en soi pour pallier les manques de l’histoire sociale minoritaire ? Comment les humanités numériques peuvent-elles contribuer à intégrer les sources à la marge dans l’écriture des sciences sociales ? A contrario, quel rôle peut avoir l’évolution des outils numériques pour saisir les sources à la marge et quels problèmes cela pose-t-il ?

Cette journée d’étude interdisciplinaire s’adresse à tous les jeunes chercheurs, masterants ou doctorants, issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, de la littérature et des langues, sans restriction temporelle ou géographique. Elle se tiendra le 23 juin 2021 à l’École nationale des chartes. Les propositions de communication doivent comprendre un titre et un résumé (350-500 mots en anglais ou en français), une brève bio-bibliographie et des informations de contact. Elles doivent être envoyées au plus tard le 21 février 2021 à l’adresse : chroniques.chartistes @ chartes.psl.eu

Le comité d’organisation répondra aux propositions avant le 1er mars 2021. Une aide financière peut être proposée aux participants afin de couvrir les frais de voyage et d’hébergement dans la mesure du possible. La publication d’un volume des actes de la journée est prévue.

Comité d’organisation sous le comité scientifique de Christine  Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes : Émilien Arnaud (ENC), Juliette Curien-Mangel (ENC), Lucence Ing (ENC, ED 472 – Centre Jean Mabillon), Mélisande Krypiec (ENC), Camille Napolitano (EPHE, ED 472, EA 7347) et Loïc Pierrot (ENC/ENS).


[1] Se référer aux actes des journées d’études Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, organisées les 28 et 29 octobre 2020 au Campus Condorcet et à l’École nationale des chartes.
[2] Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 29-147.
[3] Voir notamment Waquet Françoise, Parler comme un livre. L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècles), Paris, Albin Michel, 2003 ; Corbin Alain, Les Cloches et la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994 ; de manière plus générale, se référer au développement du mouvement des sound studies décrit dans Le Guern Philippe, « Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son », Revue de la BNF, 2017/2 (n°55), p. 21-29.
[4] Waquet Françoise, op. cit. p. 8.
[5] Songeons, notamment, au Act Up Oral History Project débuté en 2002. Voir également Descamps Florence, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La gazette des archives, n°196, 2004, p. 95-122, p. 95-96.
[6] Ibid.
[7] Descamps Florence, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 09 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3921
[8] Waquet Françoise, op. cit., p. 27.
[9] Belin Olivier et Ferran Florence, « Les éphémères, un continent à explorer », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, Fabula/Colloques, 2016 [En ligne], mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 12 novembre 2020. URL : https://www.fabula.org/colloques/document3097.php
[10] John Lewis, Collecting printed ephemera (1976) cité dans Ibid.
[11] On sait que certains éphémères, mis au rebut, ont été utilisés pour renforcer des plats de reliures dont la restauration a permis la mise au jour.
[12] Petit Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre (xve-xviiie siècles), Paris, Klincksieck, 1997, p. 16.
[13] Belin Olivier et Ferran Florence, « Le fonds Deloyne… », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, op. cit.
[14] C’est ainsi, par exemple, que le projet interdisciplinaire POLIMA (« Pouvoirs des listes au Moyen Âge »), lancé en 2014, s’attache à étudier l’écriture médiévale des listes en tentant de caractériser des formes de classement du savoir et de contribuer à une histoire des rationalités pratiques et intellectuelles.
[15] On pense notamment aux inscriptions du menuisier Joachim Martin sous le plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, retrouvées au début des années 2000 à l’occasion de travaux de rénovation, qui constituent pour l’historien une forme de témoignage unique de la vie quotidienne d’une société villageoise montagnarde au début de la IIIe République (Boudon Jacques-Olivier, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2019).
[16] Morsel Joseph, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, Société des études médiévales du Québec, 2000, p. 4.

Image de couverture : The Circulating Library (1830), lithographie de George Spratt imprimée à Londres chez G. E. Madeley  © The Board of Trustees of the Science Museum, London.

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2020

 

FORMULER L’HYPOTHESE, ETABLIR LA PREUVE :
DU TRAVAIL SUR LES SOURCES A L’ECRITURE DE L’HISTOIRE

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXe siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que le recours facile à la citation dont la nature probatoire est problématique. À l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. En histoire contemporaine, les archives orales renouvellent ces interrogations en raison de la valeur toute particulière qu’a acquis le témoignage depuis l’avènement de « l’ère du témoin ». Quant au philologue, sa tentative de remonter le courant de l’histoire jusqu’au moment de la naissance d’un texte ne peut que se nourrir d’hypothèses et se fonder sur la probabilité plutôt que sur la vérité. Enfin, l’environnement numérique rend encore plus complexe la résistance des hypothèses et l’administration de la preuve face au développement de l’ « infox » et à la rapidité de sa circulation qui entrent en contradiction avec le temps nécessaire à la vérification. En outre, la valeur probante des données et leur pérennisation dans le temps sont devenues le souci majeur des archivistes et sera celui des historiens du futur.

Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude (Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », 1980). La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents (Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, 1954). De la même manière en philologie, un aller-retour continu entre le peu de données matérielles et la foule de pistes différentes qu’elles ouvrent s’impose pour reconstruire les rapports existants entre les différents témoins d’un ouvrage, en choisir une version plutôt qu’une autre, en identifier l’auteur, la date et le milieu de composition, afin de se rapprocher le plus possible de l’original. L’histoire d’un ouvrage se définit alors petit à petit et se compose en grande partie des suggestions stratifiées et des hypothèses multiples que les chercheurs ont faites au fil du temps dans l’effort même de la reconstruire. C’est pourquoi l’historien assume la responsabilité d’organiser ses sources dans une hiérarchie d’importance, il les commente et en juge la fiabilité, en retouche certains aspects ou bien essaie d’en expliquer les incohérences, sur la base de son goût et de ses compétences.

Les représentations des études historiques sont dominées par la figure du chercheur travaillant sur ses « sources », qu’il convient de remettre en question. L’image de la source est celle du cours d’eau s’écoulant paisiblement entre un point de départ et un point d’arrivée : il en ressort l’idée d’une linéarité du travail historique. Cette fiction résiste mal à la réalité et aux problèmes concrets de la recherche scientifique. Elle passe aussi sous silence le fait que le chercheur est l’artisan de son questionnaire et de ses sources. Il leur donne leur statut et leur orientation selon sa méthode et ses intérêts. Mais en définissant sa source, l’historien construit sa preuve : il est alors susceptible de se faire à la fois juge et partie. Aborder la question du régime de la preuve revient à interroger intimement le régime de vérité du discours historique. En effet, s’il est vrai que les sources peuvent amener l’historien à reconstruire son questionnaire et à reformuler ses hypothèses, il a pu arriver au cours de l’histoire que des chercheurs manipulent la documentation, soit en voulant la faire parler, soit en la falsifiant. Dès lors, c’est le rapport entre preuve et vérité dans l’interprétation historique qui s’ouvre à la discussion (Victor Ferry, Traité de rhétorique à usage des historiens, 2015).

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? Quels sont les critères de sélection et de hiérarchisation des preuves ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

La journée d’études aura lieu les 3 et 4 juin 2020. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 13 janvier 2020 à l’adresse suivante : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu
Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :
• Nom, prénom et courriel ;
• Titre de la communication et résumé en 400 mots maximum ;
• Une brève bio-bibliographie

Comité d’organisation sous le comité scientifique d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Nicole Bergk-Pinto (ENC), Marie Bolot (ENC), Alice Crowther (EPHE), Léo Davy (ENC), Elisa Lonati (EPHE), Camille Napolitano (EPHE), Loïc Pierrot (ENC), Andrea Pistoia (EPHE), Olimpia Ratto-Vaquer (EPHE), Emmanuel Roumier (ENC/EPHE).


Image de couverture : Hypothèses sur les positions du soleil Atlas céleste, Andreas Cellarius, 1708, Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie,  XH-30-FOL, planche 17.