Archives par mot-clé : Données

Journée d’études le 14 octobre 2017 « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques »

L’Association des Diplômés et des Étudiants du Master de l’École des Chartes (ADEMEC) organise le samedi 14 octobre 2017, avec l’appui de l’École nationale des chartes, une journée d’étude sur le thème « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques ».

La matinée de la journée d’étude sera consacrée à la présentation de projets qui associent les Humanités numériques et les données patrimoniales. L’après-midi laissera place à une table ronde qui traitera de l’interaction entre la recherche en humanités numériques et les institutions patrimoniales, et abordera les différents enjeux liés à leur collaboration.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.

 


Programme prévisionnel

                 Accueil à l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris)                     à partir de 9 heures
9h30 Introduction : Histoire du master Technologies numériques appliquées à l’histoire, présentation du nouveau master « Humanités numériques » ouvert par PSL et la place de ces masters dans les humanités numériques par Michelle Bubenicek (directrice de l’Enc), Jean-Baptiste Camps (responsable du master Humanités numériques de PSL et ancien responsable du master TNAH), Florence Clavaud (conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, ancienne responsable du master TNAH), Thibault Clérice (actuel responsable pédagogique du master TNAH).
10h-10h45 Les bibliothèques universitaires et les données de la recherche: l’exemple de l’Université Bordeaux Montaigne par Julien Baudry, conservateur des bibliothèques, responsable des services aux chercheurs et productions numériques chez Université Bordeaux Montaigne.
10h45-11h15 Quelles nouvelles approches pour la presse ancienne numérisée ? L’exemple d’Europeana NewsPapers par Jean-Philippe Moreux, expert en numérisation à la BnF et Pierre-Carl Langlais, docteur en sciences de l’information et de la communication au Celsa Paris-Sorbonne et post-doctorant pour le projet Giranium en humanités numériques.
11h15-11h30 Pause
11h30-12h15  Les données au service de la recherche en histoire de l’art et de l’architecture : le projet Les Caves de Paris, présenté par Grégory Chaumet, ingénieur d’études à Paris-Sorbonne et enseignant à l’EPSAA (École professionnelle supérieure d’arts graphiques et d’architecture).
 12h30-14h Pause déjeuner
 14h-15h30 Table ronde animée par Gautier Poupeau, data architect à l’INA

Participants:

  • Françoise Banat-Berger, conservatrice générale du patrimoine, directrice des Archives nationales,
  • Emmanuelle Bermès, conservatrice des bibliothèques, adjointe scientifique et technique au Directeur des Services et Réseaux à la BnF,
  • Antoine Courtin, responsable de la cellule d’ingénierie documentaire à l’INHA,
  • Jean-Luc Minel, Professeur des Universités, Directeur du laboratoire MoDyCo, Président du Conseil Scientifique de la TGIR HUMA-NUM,
  • Claude Mussou, Responsable de l’Inathèque à l’Ina.
 15h30-15h45  Pause
 15h45-17h15 Conférence conclusive par Paul Bertrand, professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’Université Catholique de Louvain (UCL).
17h30 Clôture de la journée d’études.

 

L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, au sein des Départements des Manuscrits et Livres Anciens de la bibliothèque et en collaboration étroite avec le Service Informatique et Systèmes d’Information, Mylène Ravereau, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (prom. 2016) a créé la future bibliothèque numérique de l’institution. Elle s’est notamment concentrée sur la mise à disposition des documents numériques pour les lecteurs et la mise en place un système de préservation pour les données numériques créées.

Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée?

La BIS a commencé la numérisation d’œuvres dès 2000. Cette pratique était principalement envisagée comme la suite logique du microfilmage. Le but était à la fois de moderniser le service de reproduction offert aux lecteurs et de poursuivre une politique de sauvegarde des collections, fondée sur la création de supports de substitution pour ne plus communiquer les œuvres trop fragiles ou rares.

La politique de numérisation a pris un tour nouveau à partir de 2007 avec l’acquisition d’une caméra couleur et la naissance d’un projet de valorisation relatif aux sources de l’histoire de l’Université de Paris. Cependant, il manquait à la bibliothèque un outil pour diffuser les données produites dans ce cadre et ce manque est devenu plus aigu après la réouverture de la BIS dans ses locaux historiques en 20131. Plusieurs solutions pour la mise en ligne des fichiers ont alors été envisagées, et c’est finalement le logiciel de gestion de bibliothèque numérique Omeka qui a été choisi au début de l’année 2016.
Continuer la lecture de L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

  1. Des travaux de rénovations de la Bibliothèque de la Sorbonne ont eu lieu de septembre 2010 à novembre 2013. Sur ce sujet, voir l’article de Pascale ISSARTEL, « La bibliothèque de la Sorbonne ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, n° 3, p. 69-76. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0069-011>. ISSN 1292-8399. []