Archives par mot-clé : Chanoines

La Tenture de saint Étienne

À l’occasion de la réouverture du Musée de Cluny après plusieurs mois de travaux, une exposition est consacrée à la figure magique de la licorne1.  L’une des pièces qui y est exposée est issue du cycle de l’histoire de saint Étienne dont cet article fait découvrir l’histoire2

La Tenture de saint Étienne désigne un ensemble de douze tapisseries historiées. Ses 23 scènes successives racontent l’histoire du saint : son martyre par lapidation, la découverte miraculeuse de son corps en 417 par le prêtre Lucien, les miracles post mortem qui lui sont attribués et la translation de son corps de Jérusalem à Constantinople puis à Rome.

Elle a été commandée par l’évêque Jean III Baillet, évêque d’Auxerre entre 1477 et 1513, dont Étienne est le saint patron, pour orner le chœur de sa cathédrale. Elle y demeure jusqu’en 1777, date à laquelle le chapitre de la cathédrale décide de vendre la tenture à l’Hôtel Dieu d’Auxerre. En 1838, l’Hôtel Dieu vend deux pièces de la tenture qui sont achetés par le Louvre. En 1880, les 10 autres tapisseries sont mises en vente mais l’État s’oppose à ce que la tenture entre dans le domaine privé, c’est donc le Musée de Cluny qui l’achète. Enfin en 1897, le Musée du Louvre met en dépôt ses deux pièces au Musée de Cluny pour recréer le cycle complet3.

Continuer la lecture de La Tenture de saint Étienne

  1. Exposition « Magiques licornes » du 14 juillet 2018 au 25 février 2019 []
  2. Cet article fait suite à un dimanche des étudiants organisé par le musée le 6 mars 2016. Photographies utilisées avec l’aimable autorisation du musée de Cluny []
  3. JOUBERT (Fabienne), La tapisserie médiévale, p. 36-59, 2002, 3e édition, Réunion des Musées nationaux []

Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France. Continuer la lecture de Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

Pierre Le Baud est assis, en train d’écrire, sans doute dans une mise en abyme de sa tâche d’historiographe de Bretagne, en regard du texte. Son vêtement montre bien qu’il s’agit d’un clerc, mais il se fait plus représenter en tant que lettré qu’en tant que chanoine1, tenant à la double nature du chanoine séculier, chargé de l’office divin et engagé dans le siècle.

Il s’agit d’une des rares représentations de chanoine de collégiale de la Bretagne médiévale, si ce n’est la seule.

Continuer la lecture de Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

  1. Pour une représentation classique de chanoine, voir le célèbre tableau de Van Eyck, La Madone au chanoine Van der Paele, où le chanoine est paré des attributs de sa fonction, celui de magister de la collégiale Saint-Donatien de Bruges : il porte un bréviaire, des lunettes, une aumusse de fourrure. []