Archives par mot-clé : Centre Jean Mabillon

Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2020

Formuler l’hypothèse, établir la preuve :
du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Journées de jeunes chercheurs
28 et 29 octobre 2020

 

MERCREDI 28 OCTOBRE

Centre de colloques du Campus Condorcet
salle 100, place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers cedex

9h : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC ; Présentation générale par les organisateurs

10hConférence inaugurale par Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

 

10h45 : L’historien face à la question de la preuve juridique

Modérateur : Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

10h50 : Enora Peronneau Saint-Jalmes : Les archives du viol au XVIIIe siècle : de la preuve juridique à   l’hypothèse historique.

11h25 : Allan Deneuville : Forensic Architecture, constituer l’archive, établir la preuve.

11h50   : Discussion

12h20  : Pause déjeuner

 

14h30 : Les interprétations à l’épreuve de la recomposition et du silence des documents

Modérateur : Marc H. Smith (ENC/EPHE)

14h35 : Pierre Fabry : De l’usage des preuves juridiques comme sources historiques.   Écriture et réécriture de l’histoire en Provence médiévale.

15h00 : Nadège Corbière : La question in aula et le problème d’identification des questions   universitaires médiévales.

15h25 : Rémi Demoen : Consigner la parole municipale : les registres délibératifs   amboisiens face aux évènements de la Conjuration de 1560.

15h50  : Discussion

16h20 : Fin de la première journée

 

JEUDI 29 OCTOBRE

École nationale des chartes
salle Léopold-Delisle
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

9h30 : Accueil

9h55 : Quelles hypothèses et preuves possibles en histoire de   l’art ?

Modérateur : Nathalie Montel (École des Ponts Paris Tech)

10h00  : Baptiste Roelly : La preuve par le style ? Histoire de l’art et probatio diabolica à l’exemple de Hans Leu le Jeune.

10h25  : Olimpia Ratto Vaquer : Les dessins de Giuliano Da Sangallo comme source d’investigation pour les antiquités : relecture et re-analyse des   reliefs et des représentations.

10h50 : Joséphine Grimm : Éclairer la réalité d’une pièce : démystifier et redéfinir le boudoir du XVIIIe siècle.

11h15 Camille Napolitano : Écrire une histoire de l’architecture à l’épreuve de l’éphémérité. Les pavillons d’expositions universelles et internationales.

11h40  Discussion

12h10  Pause déjeuner

 

14h30 : Réécriture de l’histoire et déconstruction des preuves

Modérateur : Jean-Marie Moeglin (EPHE)

14h35 : Julien Régibeau et Alexandre Goderniau : Méthode indiciaire et cas limite : deux approches des sources de la   première Modernité pour faire pièce à l’usage de la source comme exemple.

15h00 : José Simoes : Déconstruire la mémoire des espaces. Approche scientifique et méthodologique d’un travail autour de l’historiographie médiévale.

15h25  : Discussion                    

15h55  : Conclusion

 

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Marie Bolot (ENC); Alice Crowther (EPHE) ; Léo Davy (INP) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Camille Napolitano (EPHE) ; Loïc Pierrot (ENC) ; Andrea Pistoia (EPHE) ; Olimpia Ratto Vaquer (EPHE) ; Emmanuel Roumier (CJM).

Image d’illustration : Portrait d’un chercheur ou Archimède, Domenico Fetti, 1620, Dresde, Musée Alte Meister.

Programme de la journée d’étude jeunes chercheurs ENC-EPHE

Les élèves et étudiants de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études organisent les 20 et 21 mai 2019 une journée d’études de jeunes chercheurs sur le thème : « Tradition, transition, innovation ». Elle se tiendra dans la salle Delisle de l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude jeunes chercheurs ENC-EPHE

Appel à communication : Journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2019


« Tradition, transition, innovation »


« Comme la vie elle-même, l’histoire nous apparaît un spectacle fuyant, mouvant, fait de l’entrelacement de problèmes inextricablement mêlés et qui peut prendre, tour à tour, cent visages divers et contradictoires » (Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris : Flammarion, 2013, p. 20).

Tradition, transition et innovation. Ces trois mots touchent à l’évolution même des sociétés humaines depuis leurs origines et dans tous les aspects que celles-ci ont développés : organisation sociale, politique et institutions, idées religieuses et philosophiques, économie, arts et cultures, sciences et techniques, littératures et langages. Ils sont donc directement et entièrement en prise avec l’histoire. Leur succession pourrait laisser croire qu’ils résument grossièrement les différentes phases temporelles traversées par ces sociétés : passé, présent, futur. Or, c’est bien leur sens problématique qu’il s’agit d’interroger. Ces termes posent en effet des questions de la transmission et de la valeur de l’héritage qu’un individu, qu’une génération, ou qu’un pays transmettent. Ils interrogent donc les modes de réappropriation et d’adaptation, les notions de changement, de continuité, de progrès et de rupture, les courants novateurs et précurseurs et les forces de résistance ou d’opposition à l’œuvre. Ce sont également les multiples variations, parallèles et superposées, du temps qui entrent dans ce jeu complexe, tel que Fernand Braudel l’a mis en valeur au moyen des concepts de longue durée et de temporalité étagée. Ces évolutions peuvent se dérouler sur des siècles entiers, rester sourds aux oreilles des contemporains, et n’être révélés que par le travail a posteriori de l’historien, ou se manifester autour d’une chronologie resserrée de quelques mois ou années et marquer profondément la postérité. Le chercheur en histoire est lui-même au carrefour de ces questions : fils de son temps, ses intérêts, ses méthodes et ses références auront quelque incidence sur son travail. C’est donc à une réflexion sur le sens que peut revêtir une querelle des Anciens et des Modernes que cette journée invite.

Par ailleurs, il n’y a rien de plus concerné par cette réflexion que la dimension littéraire et philologique des textes, parce que les auteurs ont toujours relevé le défi de la comparaison avec leurs modèles, ainsi qu’avec la postérité. On est constamment confrontés à une tradition, nani gigantum humeris insidentes comme le disait Bernard de Chartres au XIIe siècle : qu’on la transmette ou qu’on la refuse, il s’agit de la renouveler. Cela vaut par exemple pour l’héritage de la littérature classique. Sa reprise, avec d’autres modèles, tels que la Bible ou les Pères de l’Eglise, croise les enjeux historiques de toutes les époques. Chaque étape entraîne de nouvelles innovations, d’autant plus quand l’évolution touche le changement de langage, comme pour le latin et les langues vulgaires, qui s’entremêlent et s’hybrident à partir du Moyen Âge. Quelle que ce soit la nature de l’échange, le rapport entre le passé, le présent et le futur se joue entre deux dimensions : la transmission intellectuelle et la transmission matérielle. Les textes sont copiés, souvent remaniés, ils voyagent avec les érudits, assurant la circulation des idées et un lien constant avec les ancêtres. C’est ainsi que la tradition se constitue, se déroule au fil des siècles, se réinvente dans une chaîne qui arrive jusqu’à nous.
Il en est exactement de même pour les œuvres d’art, sous n’importe quelle forme et quel que soit le contexte de création : l’évolution des matériaux, des techniques, des méthodes d’enseignement, du goût des commanditaires et du public, la diffusion des modèles et la mobilité des artistes concourent, chacun, à définir les modalités de la réception des traditions, de déroulement des transitions et d’élaboration des innovations dans un nœud particulièrement complexe, mais stimulant à comprendre.

Cette journée d’études interdisciplinaire est organisée par l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon de l’École des chartes et de l’école doctorale de l’EPHE. Elle est à destination de tous les jeunes chercheurs. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées. Les journées auront lieu les lundi 20 et mardi 21 mai 2019, dans les locaux de l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 14 janvier 2019 à l’adresse suivante :

chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.


Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :
• Nom, prénom et courriel ;
• Titre de la communication et résumé en 400 mots maximum ;
• Cinq mots clés ;
• Une brève bio-bibliographie.

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de Frédéric Duval et de Patrick Arabeyre, directeur et directeur adjoint du Centre Jean-Mabillon : Linda Papi (EPHE), Elisa Lonati (EPHE), Alice Crowther (EPHE), Angela Cossu (EPHE), Laura Endress (CJM), Nicole Bergk-Pinto (CJM), Zhihuan Zhou (EPHE), Emmanuel Roumier (CJM), Léo Davy (ENC), Ewen Thual (ENC). 

Les sources inédites en histoire : programme des journées d’étude

L’équipe des Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon ont le plaisir de vous présenter le programme de leurs journées d’étude des vendredi 25 et samedi 26 mai 2018.

Autour de la question des sources inédites en histoire, nous nous interrogerons sur les types de sources exploitées par les historiens et sur les méthodes à mettre en œuvre pour appréhender ou pour éditer des sources historiques, à travers les exemples des recherches en cours de jeunes chercheuses et chercheurs.

Annonce à retrouver sur Calenda et programme ci-dessous.

Continuer la lecture de Les sources inédites en histoire : programme des journées d’étude

« Les sources inédites en histoire », journée de jeunes chercheur.se.s

L’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean Mabillon organisent, avec le concours de l’École nationale des chartes et du Centre Jean-Mabillon, une journée d’étude qui se propose d’aborder la question des sources inédites en histoire et de permettre à de jeunes chercheur.se.s de réfléchir ensemble à un des enjeux méthodologiques de leur travail.

Elle se tiendra à l’École nationale des chartes les 25 et 26 mai 2018, en salle Jules Quicherat.

Le présent appel à communication s’adresse aux archivistes paléographes diplômé.e.s ou en formation, aux étudiant.e.s et diplômé.e.s des masters de l’École nationale des chartes et aux doctorant.e.s du Centre Jean-Mabillon. Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er décembre 2017 aux adresses mentionnées dans le texte joint à cette annonce.