Archives par mot-clé : Calligraphie

Exposer des millénaires d’art chinois au Musée de Shanghai

C’est au sud de l’immense Place du Peuple que le bâtiment actuel du Musée de Shanghai a été élevé dans les années 1990. Haut de trois étages, ses milliers de pièces sont exposées dans onze galeries thématiques, aux côtés desquelles trois autres salles hébergent des expositions temporaires.

A l’ouest du Fleuve Jaune (Huangpu) et du Bund, cette promenade de banques et autres édifices coloniaux massifs de l’Entre-deux-guerres, vitrine de la concession internationale — qui fait face à la vitrine de la Chine contemporaine sur l’autre rive, Pudong et ses tours gigantesques et illuminées au crépuscule —, la Place du Peuple est une trouée carrée au cœur de Shanghai, un parc vert ponctué de modernes bâtiments prestigieux d’un blanc immaculé, entourés à l’horizon par une forêt de gratte-ciels. Ainsi, des architectes ont pu dessiner ces édifices qui composent un cœur culturel de la métropole, le Musée de Shanghai, le Musée d’urbanisme de Shanghai, le Grand Théâtre et la Salle de concert, qui gravitent autour de la Mairie. Le Musée de Shanghai est en face de cette dernière, séparés seulement par une avenue de drapeaux rouges aux cinq étoiles. Continuer la lecture de Exposer des millénaires d’art chinois au Musée de Shanghai

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle