Archives par mot-clé : BnF

Bibliothèque nationale de France

Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

 Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’ Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’ orientalisme français de la deuxième partie du XXe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14 364 livres, 2 272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000. Continuer la lecture de Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []

La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

Au sein de la littérature médiévale de langue d’oc, la vida est un texte en prose racontant la vie d’un troubadour. La majorité de ces œuvres fut rédigée au XIIIe siècle, après l’apogée de la littérature occitane. Nombre d’entre elles ont été copiées dans les manuscrits dits « chansonniers provençaux ». Ces compilations de lyrique occitane, dont une grande partie est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, furent pour la plupart composées en Italie du Nord au XIIIe siècle et au XIVe siècle. L’Italie fut en effet la principale terre d’élection des faidits ou « exilés », seigneurs méridionaux, parmi lesquels de nombreux troubadours, qui durent quitter leur terre après la croisade des albigeois. C’est pour cette raison qu’au bas Moyen Âge, l’Italie est devenue le centre de gravité de la littérature de langue d’oc, tant en ce qui concerne la composition que la compilation de textes antérieurs.

Parmi ces recueils, le chansonnier provençal I, probablement réalisé en Vénétie dans le dernier quart du XIIIe siècle1, de même que son « jumeau », le chansonnier provençal K, lui aussi conservé à la BnF.  Au sein des nombreuses vidas et œuvres de troubadours des XIIe et XIIIe siècles, on trouve notamment celle de Savary de Mauléon, seigneur poitevin du XIIIe siècle, sans doute composée par le troubadour Uc de Saint-Circq2.

Continuer la lecture de La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

  1. CAMPS (Jean-Baptiste), Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, 2 t. , ENSSIB, 2010, t. 2, p. 8-9 []
  2. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), « Savary de Mauléon, chevalier troubadour poitevin, traîtrise et société aristocratique », in Le Moyen-Âge, revue d’histoire et de philologie, n°2, 1999, t. CV, p. 290 []

La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

La collection Rondel est emblématique et fondatrice du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. À son origine se trouve Auguste Rondel (1858-1934), homme d’affaires marseillais collectionneur d’ouvrages et de documents sur le théâtre et plus généralement les arts du spectacle à partir de 1890. Il cherche à établir une collection la plus vaste possible sur le domaine, organisée et classée avec méthode pour servir au mieux la recherche et l’acquisition de connaissances, avec une certaine intuition. Il donne sa collection à l’État en 1920 (plus de 300 000 documents) puis continue à la gérer et à l’enrichir jusqu’à sa mort en 1934.

L’ampleur et l’originalité constitutive de cette collection en font une source très intéressante pour qui s’intéresse aux arts vivants du spectacle à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’histoire du cinéma.

ASP-BnF : R Supp.505, détail : l'étiquette ronde caractéristique de la collection Rondel (source Gallica/BnF)
ASP-BnF : R Supp.505, Elle et Lui (1938), film de L. McCarey, détail : l’étiquette ronde (et un peu ogresque) caractéristique de la collection Rondel, qui rappelle les masques du théâtre antique (source Gallica/BnF)

Continuer la lecture de La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

Pierre Le Baud est assis, en train d’écrire, sans doute dans une mise en abyme de sa tâche d’historiographe de Bretagne, en regard du texte. Son vêtement montre bien qu’il s’agit d’un clerc, mais il se fait plus représenter en tant que lettré qu’en tant que chanoine1, tenant à la double nature du chanoine séculier, chargé de l’office divin et engagé dans le siècle.

Il s’agit d’une des rares représentations de chanoine de collégiale de la Bretagne médiévale, si ce n’est la seule.

Continuer la lecture de Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

  1. Pour une représentation classique de chanoine, voir le célèbre tableau de Van Eyck, La Madone au chanoine Van der Paele, où le chanoine est paré des attributs de sa fonction, celui de magister de la collégiale Saint-Donatien de Bruges : il porte un bréviaire, des lunettes, une aumusse de fourrure. []