Archives par mot-clé : BnF

Bibliothèque nationale de France

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Achille Murat est né en 1801. C’est le fils aîné de Joachim, roi de Naples, et de Caroline Bonaparte, sœur de Napoléon Ier. À l’issue des Cent jours, il perd son titre de prince héritier du royaume de Naples et se voit exilé. Après avoir été retenu en captivité en Autriche, il demande, en 1822, à partir pour les États-Unis, où il passera le reste de sa vie. Achille ne peut en effet pas revenir en France, en raison de la loi d’exil des Bonaparte. Sa correspondance est ainsi son lien avec l’ancien monde et sa famille, restée en Europe. Aux États-Unis, il construit une vie en dehors de l’Empire, se marie avec une américaine, devient planteur et avocat. Achille  accepte la fin de l’Empire, sait qu’il n’est plus prince et ne sera jamais roi. Il garde malgré tout un œil sur la politique en Europe et espère pouvoir revenir un jour et jouer un rôle en Italie, pas en France. C’est cette tension entre ce qu’il a été, ce qu’il est et ce qu’il veut être qui rend sa correspondance intéressante.

L’édition porte-t-elle sur l’ensemble de la correspondance ou sur un corpus plus restreint ? Quels fonds as-tu exploités ?

J’ai choisi d’éditer la correspondance d’Achille entre 1830 et 1833. Cela représente un corpus d’environ 500 lettres, qui proviennent majoritairement de son registre de correspondance conservé à la BnF, qui couvre les années 1830-1835 (NAF 20942). Pendant ces trois années, Achille effectue un voyage en Europe, au Royaume-Uni, en Belgique et au Portugal. Le manuscrit de la BnF est un recueil de minutes de la correspondance active (lettres envoyées), élaboré par Achille lui-même. Achille copie ou fait copier par un secrétaire toutes les lettres qu’il envoie, non pas en vue de leur diffusion mais dans un but utilitaire. La masse de sa correspondance le contraint en effet, s’il ne veut pas se perdre, à garde une trace de ce qu’il a envoyé. J’ai également recherché les lettres originales et les ai consultées quand cela était possible : certaines sont conservées aux Archives Nationales, dans le fonds Murat, où l’on trouve également quelques copies utiles1 du début du XXe siècle, issues de fonds non-identifiés, mais a priori authentiques. Il y a également quelques lettres à la Bibliothèque Thiers, et surtout à la bibliothèque de l’Université de Stanford, en Californie, qui conserve bon nombre d’originaux de la correspondance d’Achille, aussi bien active que passive. La dispersion des fonds rend difficile voire impossible de parvenir à l’exhaustivité pour tous les correspondants. Compte tenu de l’apport informationnel de la correspondance passive, j’ai décidé de l’éditer également. La correspondance entre Achille Murat et sa mère Caroline Bonaparte entre 1830 et 1833 a ainsi pu être presque intégralement rétablie.

Pourquoi Achille Murat entreprend-il ce voyage en Europe ? Envisage-t-il de rentrer en France ?

Le voyage est motivé par la Révolution de juillet 1830. Achille est dans un premier temps favorable à Louis-Philippe, par intérêt personnel et par un calcul politique qui s’avère par la suite erroné. Il voit Louis-Philippe comme un potentiel homme providentiel, et pense qu’il va entrer en guerre avec l’Autriche et ainsi libérer l’Italie, où il pourra retrouver un rôle politique. Il estime également que le règne de Louis Philippe marquera, par opposition à la Restauration, le retour de la liberté. Mais Achille est vite déçu dans ses ambitions de participer au nouveau régime. La politique étrangère de Louis-Philippe est assez timorée, la guerre contre l’Autriche n’a pas lieu. Bien plus, le nouveau roi ne souhaite pas le retour d’Achille et des Bonaparte et ne lève pas leur exil. Mais il est déjà trop tard puisqu’Achille est déjà parti pour l’Europe. Comme souvent dans sa vie, il se rêve un grand destin, et sa tentative de le provoquer se solde par une désillusion.

Quel est le contenu des lettres que tu as éditées ?

Les lettres ont un contenu qui varie selon les étapes du voyages. On trouve ainsi, au cours des six premiers mois, beaucoup de correspondance politique, surtout avec des opposants à Louis Philippe. Les négociations pour obtenir le droit de revenir en France occupent aussi une place non-négligeable. Par ailleurs, tout au long des trois années du voyage, les dynamiques familiales constituent la trame de fond de la correspondance d’Achille. Beaucoup de lettres évoquent également ses difficultés financières. Achille a toujours besoin d’argent car sa plantation ne fait pas recette et que sa vie à Londres lui coûte extrêmement cher.

Quel est le positionnement politique d’Achille Murat ?

Achille est bonapartiste, bien entendu, mais plus d’un point de vue doctrinal et idéologique que dynastique. Contrairement à beaucoup d’autres Bonaparte, il ne donnerait certainement pas tout pour sa famille. Mais il est bonapartiste en ce qu’il croit que la France a besoin d’un homme providentiel, d’un grand chef, est très attaché à la liberté et à l’héritage de l’Empire, mais ne pense pas que le pouvoir doive obligatoirement revenir à un Bonaparte. Il na qu’une connaissance indirecte de Napoléon Ier, puisqu’il a quitté la France pour  l’Italie à l’âge de sept ans. Il ne parle de lui qu’une seule fois dans la correspondance que j’ai éditée, pour le comparer avec Napoléon II, dont il doute beaucoup de la capacité à gouverner. Le grand projet d’Achille est l’Empire républicain, dont il espère être le régent. Achille fréquente les milieux bonapartistes au début de son voyage, à Londres et participe, avec l’espoir de devenir régent en France au nom de Napoléon II, à des complots, qui échouent tous. Il s’éloigne toutefois rapidement des bonapartistes, même s’il reste en contact avec eux. Dans le fond, Achille est républicain, et c’est sans doute pour cela qu’il se plaît aux États-Unis, qu’il y trouve une place, et devient citoyen américain, avant même son mariage avec une américaine.

Il a également des ambitions politiques en Italie, sans qu’elles soient bien définies et sans qu’il ait beaucoup de contacts là-bas.  Il se rêve unificateur de l’Italie aux dépends des Bourbons, une ambition que son père, Joachim Murat, partageait déjà et avait tenté de réaliser à travers la proclamation qu’il avait faite à Rimini, en 1815 encourageant les Italiens de toute la péninsule à s’unir.

Achille Murat semble avoir un rapport complexe avec chacun des pays où il a vécu. Se sent-il plus Français, Italien ou Américain ?

S’il est né en France, Achille ny a que très peu vécu et ne semble donc pas très attaché à sa terre natale, d’où il est, comme tous les Bonaparte, exilé. S’il s’intéresse à la politique française, c’est avant tout pour obtenir, par une voie dérivée, un rôle en Italie. De manière générale, c’est par la politique qu’il se rattache à chaque pays. Même s’il se sent italien, Achille est très fier d’avoir obtenu la nationalité américaine. C’est aux États-Unis, qu’il a des droits civiques, dont il privé en Europe, et qu’il peut se sentir pleinement libre. Il indique ainsi régulièrement dans la signature de ses lettres qu’il est « citoyen américain ».  Le sentiment d’appartenance à une nation chez Achille est donc assez perturbé et toujours incomplet, ce qui se retrouve dans la langue des lettres, qui varie beaucoup, entre le français, l’anglais et l’italien, à chaque fois avec une maîtrise assez approximative. Avec un même correspondant, Achille peut écrire dans des langues différentes. L’italien semble plus la langue des lettres familiales et de l’expression des sentiments et l’anglais celle de la gestion, mais on ne peut guère établir de règle.

Quelles difficultés as-tu rencontrées dans ton travail ?

La dispersion des fonds a été le principal problème et m’a même conduite à des déplacements en Belgique et aux États-Unis. L’existence du volume de minutes a été un outil très précieux pour le premier établissement de l’édition. Comme pour toute correspondance, il est très difficile de parvenir à l’exhaustivité, ce qui est assez frustrant. Par ailleurs, ce type de document passe sous silence les échanges oraux et donne donc une vision assez déformée de la sociabilité d’une personne. Dans le cas d’Achille, on ne dispose par exemple que de très peu de lettres destinées à son épouse et une partie de ses tractations politiques était trop sensible pour passer par l’écrit.

 

  1. Les copies utiles sont les seules à permettre de connaître l’existence d’une lettre, quand l’originale et la minute ont été perdues. []

Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

Nola N’Diaye, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016), a réalisé son stage de fin d’études au département Audiovisuel de la BnF, au sein du labex Arts H2H. Elle revient ici sur les enjeux des missions qui lui ont été confiées et qui ont fait l’objet d’un mémoire intitulé Décrire pour préserver. Construction et déclinaison d’un modèle de données pour l’art numérique. Propos recueillis par Alice Laforêt.


Avant toute chose, peux-tu revenir sur la notion d’art numérique, et sur la place de l’art numérique dans les collections de la BnF ?

On commence à parler d’art numérique dès les années 1940-1950. Les expérimentations les plus anciennes dans ce domaine datent en effet de la création des premiers programmes informatiques. La définition même de cet art a rapidement constitué un sujet de débat, puisque de nombreux domaines lui ont été assimilés, comme l’art vidéo (certaines œuvres de Bill Viola par exemple). Plusieurs termes (art « numérique », art « médiatique ») se font concurrence, et l’identité de ce champ de la création artistique ne va pas de soi ! Une définition admise de l’art numérique est celle d’un art issu de la programmation, une forme de création à laquelle on aboutit par un traitement automatisé de l’information1. Cela exclut notamment l’art vidéo.

Figure 1 : Computer Composition with Lines, Michael Noll (1964)

Partant de cette définition, le projet au sein duquel s’inscrivait mon stage prenait en compte trois corpus différents d’œuvres d’art numérique :
– Tout d’abord, un corpus de CD-ROM, créé par le dépôt légal. Ce corpus avait déjà été analysé lors de la première année du projet. Son contenu était extrêmement divers, puisqu’on y trouve tant des CD-ROM récapitulant des expositions que des photos, des vidéos avec des artistes ou des programmes interactifs.
– Le deuxième corpus est un ensemble d’œuvres issues d’artistes du Living Arts ayant été produits par le Cube2. Il s’agit d’œuvres davantage interactives, qui datent des années 2000 et 2010.
– Enfin, le troisième corpus regroupe des œuvres issues du laboratoire INREV du département Art et technologies de l’image de Paris 8. Continuer la lecture de Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

  1. Cette définition a notamment été théorisée par Edmond Couchot dans COUCHOT (Edmond), HILLAIRE (Norbert), L’art numérique : Comment la technologie vient au monde de l’art, Paris, Flammarion, 2003 (Champs Art) []
  2. Le Cube est un centre de création numérique, pionnier dans le domaine du « living art » []

« Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

Le 13 février 2017 prend fin l’exposition Les Temps Mérovingiens organisée au Musée du monde médiéval, à Cluny, avec le concours de la BnF. Ouverte le 26 octobre 2016, celle-ci prend la forme d’un parcours circulaire et chronologique, et a l’ambition de faire changer notre regard sur cette époque grâce aux cent-cinquante pièces exposées.

Loin d’une époque de chaos et de barbarie qui aurait pris place à la chute de l’Empire romain d’Occident, le visiteur découvre plutôt une continuité, une évolution, qui se déroule entre la lente fragmentation de l’Europe occidentale en divers royaumes encore imprégnés de la culture romaine et l’avènement de Pépin le Bref en 751. Le panneau d’accueil l’affirme d’ailleurs : il n’y a pas de césure nette entre l’Antiquité et le Moyen Âge, et les Temps Mérovingiens sont, dans l’espace de la Gaule, un moment de transition entre deux empires, romain et carolingien. Continuer la lecture de « Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

Atelier Ademec, le 24 novembre 2016 : Présentation du projet ReLire à la BnF

bandeauademec_2Les ateliers de l’Ademec font leur rentrée le jeudi 24 novembre 2016, avec comme première présentation, un atelier animé par Alexandra Adamova (prom. 2013) consacré au projet ReLire !

Il aura lieu à l’ENC, 65 rue de Richelieu 75002, le jeudi 26 mai à 18h30 à 19h45, en salle informatique (3e étage).



« ReLire (Registre des livres indisponibles en réédition électronique) est un projet géré par la Bibliothèque nationale de France (BnF) à la suite de la modification du Code de la propriété intellectuelle (CPI) du 1er mars 2012. Il met en place un mécanisme de gestion collective des droits numériques des livres indisponibles du XXe siècle, publiés en France avant le 1er janvier 2001, sous droits, mais qui ne sont plus exploités commercialement. Ces livres pourront faire l’objet d’une numérisation et d’une exploitation au format numérique, sauf opposition des auteurs, des éditeurs et des ayants droit, sans réexamen de chaque contrat d’édition. Les auteurs, éditeurs et ayants droit peuvent demander à sortir du dispositif dans des conditions définies par la loi du 1er mars 2012. L’exploitation des livres donne lieu à une rémunération des auteurs et des éditeurs d’origine1 ».

Chargée de projets, Alexandra Adamova nous présentera le projet, les enjeux et difficultés qu’il implique.

Pour en savoir plus sur le projet et préparer d’éventuelles questions : https://relire.bnf.fr/accueil.

L’atelier est ouvert aux adhérents de l’association et aux non-adhérents (qui doivent s’acquitter d’un droit d’entrée symbolique de 2€ par personne).
Pour toute question, contactez-nous via le site de l’Ademec 
ou sur notre adresse email : ademec.association@gmail.com.


Image à la Une : https://relire.bnf.fr/liens

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/ReLIRE []

Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

 Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’ Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’ orientalisme français de la deuxième partie du XXe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14 364 livres, 2 272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000. Continuer la lecture de Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []