Archives par mot-clé : BnF

Bibliothèque nationale de France

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Manon Lecaplain est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle soutiendra en 2019 sa thèse d’École des chartes sur les premières revues de modèles photographiques à destination des artistes (1902-1914), sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’Ecole des chartes et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 et historien des images. Elle est aussi régulièrement suivie par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF. Elle partage, avec enthousiasme, ce qui fait le sel de ses recherches. Propos recueillis par Pia Rigaldiès. 

Peux-tu nous parler de la genèse de ce sujet ? 

Je voulais travailler sur un sujet pluridisciplinaire, qui touchait à la condition de la femme, ou à la marginalité au tournant des XIXe et XXe siècles. J’avais d’abord pensé à l’iconographie des bordels mais c’est quelque chose qui a déjà été fait. J’ai été voir des conservateurs au département des Estampes de la BnF, sur les conseils de M. Gauthier, qui m’ont sorti les boîtes de trois revues : Le Nu esthétique, Mes Modèles et Le Nu académique, qui font aujourd’hui partie de mon corpus. J’ai trouvé le format très intéressant : ce sont des catalogues de poses qui prennent la forme de magazines bon marché, vendus entre 25 centimes et 2,50 francs pour les plus chers. Les photographies m’ont semblé assez intéressantes : les boîtes contenaient des photographies très académiques, et j’avais en tête les mutations de l’art du début du XXe siècle, ce qui me paraissait à l’époque paradoxal. Mais je me suis rendue compte par la suite qu’il y avait beaucoup de mises en scène et de montages.

Continuer la lecture de Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

Nola N’Diaye, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016), a réalisé son stage de fin d’études au département Audiovisuel de la BnF, au sein du labex Arts H2H. Elle revient ici sur les enjeux des missions qui lui ont été confiées et qui ont fait l’objet d’un mémoire intitulé Décrire pour préserver. Construction et déclinaison d’un modèle de données pour l’art numérique. Propos recueillis par Alice Laforêt.


Avant toute chose, peux-tu revenir sur la notion d’art numérique, et sur la place de l’art numérique dans les collections de la BnF ?

On commence à parler d’art numérique dès les années 1940-1950. Les expérimentations les plus anciennes dans ce domaine datent en effet de la création des premiers programmes informatiques. La définition même de cet art a rapidement constitué un sujet de débat, puisque de nombreux domaines lui ont été assimilés, comme l’art vidéo (certaines œuvres de Bill Viola par exemple). Plusieurs termes (art « numérique », art « médiatique ») se font concurrence, et l’identité de ce champ de la création artistique ne va pas de soi ! Une définition admise de l’art numérique est celle d’un art issu de la programmation, une forme de création à laquelle on aboutit par un traitement automatisé de l’information1. Cela exclut notamment l’art vidéo.

Figure 1 : Computer Composition with Lines, Michael Noll (1964)

Partant de cette définition, le projet au sein duquel s’inscrivait mon stage prenait en compte trois corpus différents d’œuvres d’art numérique :
– Tout d’abord, un corpus de CD-ROM, créé par le dépôt légal. Ce corpus avait déjà été analysé lors de la première année du projet. Son contenu était extrêmement divers, puisqu’on y trouve tant des CD-ROM récapitulant des expositions que des photos, des vidéos avec des artistes ou des programmes interactifs.
– Le deuxième corpus est un ensemble d’œuvres issues d’artistes du Living Arts ayant été produits par le Cube2. Il s’agit d’œuvres davantage interactives, qui datent des années 2000 et 2010.
– Enfin, le troisième corpus regroupe des œuvres issues du laboratoire INREV du département Art et technologies de l’image de Paris 8. Continuer la lecture de Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

  1. Cette définition a notamment été théorisée par Edmond Couchot dans COUCHOT (Edmond), HILLAIRE (Norbert), L’art numérique : Comment la technologie vient au monde de l’art, Paris, Flammarion, 2003 (Champs Art) []
  2. Le Cube est un centre de création numérique, pionnier dans le domaine du « living art » []

“Les Temps Mérovingiens”, au Musée du Moyen Âge de Cluny

Le 13 février 2017 prend fin l’exposition Les Temps Mérovingiens organisée au Musée du monde médiéval, à Cluny, avec le concours de la BnF. Ouverte le 26 octobre 2016, celle-ci prend la forme d’un parcours circulaire et chronologique, et a l’ambition de faire changer notre regard sur cette époque grâce aux cent-cinquante pièces exposées.

Loin d’une époque de chaos et de barbarie qui aurait pris place à la chute de l’Empire romain d’Occident, le visiteur découvre plutôt une continuité, une évolution, qui se déroule entre la lente fragmentation de l’Europe occidentale en divers royaumes encore imprégnés de la culture romaine et l’avènement de Pépin le Bref en 751. Le panneau d’accueil l’affirme d’ailleurs : il n’y a pas de césure nette entre l’Antiquité et le Moyen Âge, et les Temps Mérovingiens sont, dans l’espace de la Gaule, un moment de transition entre deux empires, romain et carolingien. Continuer la lecture de “Les Temps Mérovingiens”, au Musée du Moyen Âge de Cluny