Archives par mot-clé : Bibliothèques

Le De arte rhetorica (Venise, 1521)

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le quatrième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne l’ouvrage De arte rhetorica, publié à Venise en 1521 par Alde Manuce et Andrea Torresano1. Article rédigé par Alissar Lévy.


In hoc volumine haec continentur. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M.T. Ciceronis de inventione lib. II. Ejusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. IIII. Ejusdem de claris oratoribus, qui dicitur Brutus : lib.I. Ejusdem orator ad Brutum lib. I. Ejusdem topica ad Trebatium lib I. Ejusdem oratoriae partitiones lib. I. Ejusdem de optimo genere oratorum praefatione quaedam. Index rerum notabilium, quae toto opere continentur, per ordinem alphabeti. (Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri mense octobri M. D. XXI).
Venise : Alde Manuce et Andrea Torresano, 1521, in-4.
262 f. ch. : [16] 1-245 [1] ; sign. *-**8, a-k8, l4, m-z8, A-G8, H10.

Page de titre

Entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, les étudiants de la Faculté des arts représentent une part considérable du public de l’imprimé : technologie récente qui se développe principalement dans les villes universitaires, les centres épiscopaux et les carrefours marchands. Beaucoup de libraires-imprimeurs consacrent une part importante de leur production à la publication des textes scolaires, qui peuvent être aisément commercialisés et qui sont pour cette raison avantageux sur le plan financier.

Le libraire-imprimeur humaniste Alde Manuce est l’un des plus célèbres éditeurs de textes scolaires de la Renaissance. Il exerce à Venise de 1494 à 1515, et est connu entre autres pour avoir inventé la typographie italique. Il est reconnaissable par sa marque à l’ancre et au dauphin, et par sa devise qui dit « hâte-toi lentement ». Homme d’érudition, Alde Manuce échange avec nombre d’auteurs savants de son temps, rédige des textes et prépare lui-même des publications destinées aux étudiants de l’université. Il est ainsi à l’origine d’un recueil de textes de Cicéron sur la rhétorique, qu’il imprime pour la première fois en 1514 avec son beau-fils, Andrea Torresano. L’ouvrage est précédé d’une préface d’Alde à Andrea Navagero, poète italien et homme politique qui participe plus tard à la libération de François Ier en 1526, prisonnier de Charles Quint à Madrid2. Comme d’autres publications scolaires de succès, ce recueil de textes sur la rhétorique est plusieurs fois réédité, en 1518, 1521, 1533 et ainsi de suite. L’édition que nous avons ici est celle de 1521.

En effet, même si Venise n’est pas une ville universitaire, elle est un pôle commercial important, qui produit des livres et les diffuse dans toute l’Europe. Les éditions italiennes sont de manière générale connues pour leur qualité esthétique et leurs influences humanistes, préférant par exemple aux caractères gothiques les typographies romaines et italiques. En outre, les libraires-imprimeurs italiens sont les premiers à faire de l’imprimerie un métier à part entière, au même titre que les autres métiers, avec des droits et des devoirs encadrés par les autorités : le « privilège », ancêtre du copyright anglais, apparaît pour la première fois à Venise en 1469, pour interdire, à la demande du libraire-imprimeur, la reproduction d’un matériel d’impression, et plus tard, d’un livre imprimé. Dans cet ouvrage, au bas de la page de titre, une mention rappelle l’existence d’un privilège pontifical successivement accordé par Alexandre VI (le pape Borgia), Jules II et Léon X, interdisant la reproduction des caractères italiques inventés par Alde, utilisés dans cette publication.

Dès le vivant d’Alde Manuce, les éditions aldines sont très prisées. Certains exemplaires de la première édition de ce texte furent par exemple imprimés sur vélin, comme des objets de luxe, à côté des exemplaires plus ordinaires, imprimés sur papier. Ces exemplaires de luxe n’étaient certainement pas destinés aux étudiants, mais à des prestigieux correspondants que le libraire-imprimeur souhaitait présenter. Dans le même temps, des libraires-imprimeurs aux pratiques douteuses contrefaisaient des éditions aldines, en imitant la marque et l’adresse d’Alde Manuce, pour mieux commercialiser des livres d’une moindre qualité, ce qui aurait amené l’imprimeur Vénitien à publier une affiche contenant les instructions pour bien reconnaître ses éditions.

Sur le long terme, les éditions aldines font parfois l’objet d’un véritable entretien bibliophilique, comme en témoigne cet exemplaire aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’École des chartes. Il s’agit en effet à l’origine d’un exemplaire ordinaire, à en croire les mentions manuscrites du XVIe siècle, peut-être apposées par des étudiants, et la reliure en parchemin souple, courante elle aussi sur les livres scolaires. Ensuite, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage intègre la bibliothèque du collectionneur Charles Claude-Marie Casati (1833-1919), qui a fait estamper son nom en lettres dorées sur le plat de la reliure. Or Casati a donné un grand nombre de livres anciens à l’École des chartes et nous savons qu’il ne faisait pas graver son nom sur tous les ouvrages qu’il possédait.

Plat de reliure avec le nom latinisé de Charles Casati

 

 

 

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 2xe 8R178 []
  2. Chevallier Raymond, « Un panorama de l’archéologie espagnole au XVIe siècle : note sur le Voyage en Espagne d’Andrea Navagero (1524-1526) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 27-1, 1991, p. 139-147. []

Les dons d’archives et de bibliothèques

Les Presses universitaires de Rennes ont publié en juillet 2018 un recueil de contributions sur le don d’archives et de bibliothèques, rassemblées par quatre enseignants chercheurs de l’Université d’Angers et membres du laboratoire Témos (Temps, mondes, sociétés) : Bénédicte Grailles, Patrice Marcilloux, Valérie Neveu et Véronique Sarrazin. Compte-rendu de lecture par Léo Davy et Lou Delaveau (prom. 2019).


À l’heure de la culture collaborative et participative, le don est devenu l’une des modalités de l’inclusion du public des particuliers dans les activités culturelles. Les services d’archives et de bibliothèques sont en première ligne de ce phénomène. Il convenait alors de s’interroger sur le sens et les enjeux du geste de donner, caractérisé par la liberté et la gratuité qui engagent son destinataire et bénéficiaire. L’ouvrage se compose de trois parties, composées en tout de 15 contributions, chacune envisageant les différentes dimensions du don pour confronter exemples et expériences issues du milieu des archives et des bibliothèques : le geste d’offrir et de recevoir un récit de vie ; l’intégration des dons d’archives et de bibliothèques dans un environnement intellectuel et social ; les stratégies d’élaboration d’une politique documentaire à partir des dons.

Continuer la lecture de Les dons d’archives et de bibliothèques

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème « Art et divertissement ». La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le « dépôt de manuscrits » en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

La bibliothèque, outil de rénovation urbaine ? Compte-rendu d’une session du 64e congrès de l’ABF

Du 7 au 9 juin derniers, j’ai eu la chance de me rendre au 64e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France qui a eu lieu à La Rochelle, en tant qu’élève conservatrice à l’Enssib. Si ce congrès était l’occasion de découvrir La Rochelle et sa BM-BU ainsi que d’assister à de multiples sessions, je souhaitais surtout rendre compte ici d’une table-ronde qui m’a paru illustrer avec pertinence ce que peut la bibliothèque — thème à l’honneur du congrès cette année1, autour de la question de la rénovation urbaine. Animée par Pascal Ferri, la table-ronde faisait entendre des points de vue variés : lecture publique à Champigny-sur-Marne, enseignement supérieur et recherche au campus Condorcet et en dernier lieu un regard rétrospectif sur l’architecture des bibliothèques publiques des trente dernières années.

Continuer la lecture de La bibliothèque, outil de rénovation urbaine ? Compte-rendu d’une session du 64e congrès de l’ABF

  1. Le thème de cette édition 2018 étant « À quoi servent les bibliothèques ? ». []