Archives par mot-clé : Arts du spectacle

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

Une photographie pour la presse : Gabrielle Réjane, directrice de théâtre au début du XXe siècle

« Réjane discutant avec M. A. Edwards un projet d’architecte », BnF, département des Arts du spectacle : 4-RT-10328

Sur cette photographie1, la future directrice apparaît sous les traits d’une maîtresse d’ouvrage attentive : dans ce qui semble être son bureau, élégamment habillée, elle consulte, avec son propriétaire Alfred Edwards (1856-1914), le plan en élévation qu’un architecte lui adresse pour la façade de son théâtre.

Sur la photographie, on distingue déjà le fronton triangulaire et une grande arche devant servir d’entrée monumentale, que l’on retrouve dans le projet définitif et dans les programmes du Théâtre Réjane, ce dont témoigne le livret de La Petite Reine des Roses.

Pour Réjane (1856-1920), le choix de se faire photographier en étudiant ce projet plutôt qu’un plan du sous-sol n’est pas anodin : la façade est sans doute l’élément architectural le plus évocateur pouvant être reproduit sur un cliché, de même que le plus identifiable et le plus efficace dans la construction de l’identité visuelle du nouveau théâtre. Cette photographie est pensée pour paraître dans les journaux.

La presse, et en particulier la presse quotidienne, connaît en effet un véritable âge d’or au début du XXe siècle. Média de masse, d’une très large audience, il ne faut pas la négliger. À l’heure de faire la publicité de sa future salle, Réjane a bien conscience de cela. Tandis qu’un habile discours médiatique s’élabore au fil des articles, interviews et illustrations publiés jusqu’à l’inauguration du 14 décembre 1906, ce cliché qui présente le Théâtre Réjane comme la dernière ambition en date d’une comédienne moderne et active se voulant directrice éclairée révèle aussi, en filigrane, par le fait même d’avoir été réalisé et diffusé, la femme d’affaire avisée qu’est l’actrice, maîtrisant l’art de la mise en scène jusque dans les mécanismes de communication contemporains.

La façade du Théâtre Réjane telle que représentée dans le programme de La Petite Reine des Roses (1912-1913). BHVP, 4-PRO-0049 (RES).
  1. Reproduction photographique issue d’un recueil factice de coupures de presse, provenant d’un journal non identifié, conservé à la BnF. []

Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « « Le résumé de Paris » ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

Continuer la lecture de Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []

La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

La collection Rondel est emblématique et fondatrice du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. À son origine se trouve Auguste Rondel (1858-1934), homme d’affaires marseillais collectionneur d’ouvrages et de documents sur le théâtre et plus généralement les arts du spectacle à partir de 1890. Il cherche à établir une collection la plus vaste possible sur le domaine, organisée et classée avec méthode pour servir au mieux la recherche et l’acquisition de connaissances, avec une certaine intuition. Il donne sa collection à l’État en 1920 (plus de 300 000 documents) puis continue à la gérer et à l’enrichir jusqu’à sa mort en 1934.

L’ampleur et l’originalité constitutive de cette collection en font une source très intéressante pour qui s’intéresse aux arts vivants du spectacle à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’histoire du cinéma.

ASP-BnF : R Supp.505, détail : l'étiquette ronde caractéristique de la collection Rondel (source Gallica/BnF)
ASP-BnF : R Supp.505, Elle et Lui (1938), film de L. McCarey, détail : l’étiquette ronde (et un peu ogresque) caractéristique de la collection Rondel, qui rappelle les masques du théâtre antique (source Gallica/BnF)

Continuer la lecture de La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma