Archives par mot-clé : Aristocratie

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval