Archives par mot-clé : Archives notariales

Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle

Entretien avec Martin Bugnicourt, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Du pain sur la planche. Les boulangers à Toulouse au XVIe siècle. Ce travail a été dirigé par MM. Jean-Marie Le Gall, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Louis Cheminot, élève archiviste paléographe en deuxième année.


Pourquoi ce sujet ? Pourquoi Toulouse ? Pourquoi le XVIe siècle ?

Pourquoi Toulouse ? Parce que j’ai une affinité avec la ville : j’y ai fait ma prépa. Et comme je viens du Gers… De même pour le XVIe siècle : comme c’est une période charnière entre Moyen-Âge et Époque Moderne, il y a beaucoup de continuités, en particulier dans l’histoire toulousaine. La ville est particulièrement dynamique à ce moment-là : le commerce du pastel a repris depuis le milieu du XVe siècle, puis fait la fortune de la ville jusqu’au début du XVIe siècle ; il s’effondre avec l’arrivée de l’indigo et des Guerres de Religions. La ville a donc amorcé son « déclin ». C’est aussi une période de grandes constructions architecturales avec de magnifiques hôtels particuliers. Enfin, rappelons que Toulouse forme un bastion catholique dans un pays acquis au protestantisme.

Je voulais d’autre part m’intéresser à l’histoire de l’alimentation, sujet qui me tient à cœur ; étudier un métier précis permettait de concilier ce goût-là avec celui que j’avais pour l’histoire des villes. Un métier de l’alimentation était parfait, car je pouvais parler de nourriture et surtout de nourriture quotidienne, car l’histoire de la gastronomie n’est pas ce qui m’intéresse le plus. Et comme il est impossible d’étudier un métier comme celui des boulangers sans parler de la ville elle-même, je retrouvais mon appétence pour l’histoire urbaine.

Continuer la lecture de Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle

Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Entretien avec Clément Grit, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Le roi avant la foi. Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610), un politique humaniste au service du Très Chrétien, et lauréat du prix Auguste-Molinier, récompensant chaque année la meilleure thèse de la promotion. Ce travail a été dirigé par MM. Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023).


La figure de Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610) évoque une riche historiographie de la diplomatie à l’époque moderne, bien qu’elle se tienne dans les marges de ces études. Comment t’es-tu progressivement emparé de ton sujet de recherche ?

Dès mes classes préparatoires, j’ai souhaité travailler sur les guerres de Religion, et en particulier sur la diplomatie à l’époque moderne. Je me suis alors déjà tourné vers M. Lucien Bély, spécialiste de ce domaine historiographique et enseignant à Paris-IV, pour sonder l’existence de sujets d’étude encore en friche. Il m’a alors recommandé de travailler sur un évènement que je connaissais mal, à savoir la paix de Lyon de 1601, entre la France et le Duché de Savoie. Il existe à son propos un fonds de lettres et d’ambassades produits par les négociateurs du traité, notamment du point de vue savoyard : la correspondance et les mémoires de René de Lucinge (1553 – 1615), résident du duc Charles-Emmanuel à la cour de France, passé à la postérité comme l’un des principaux artisans de la « légende noire » d’Henri III, décrivant alors Paris comme un lieu de débauche, et faisant le portrait d’un monarque Valois démoniaque pactisant avec les protestants. Les sources relatives à cette figure assez méconnue, valorisées et rendues accessibles par l’association des amis du château des Allymes, fief de Lucinge, étaient particulièrement abondantes. Pour autant, mon projet de recherche a encore eu le temps de mûrir avant que je ne m’y attelle effectivement.

Continuer la lecture de Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []