Archives par mot-clé : Archives départementales

Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

Depuis le 19 juin et jusqu’au 13 octobre 2017, les Archives départementales de la Corrèze présentent une exposition inédite « Le loup en Corrèze », qui vient retracer de l’Ancien régime au milieu du XXe siècle le parcours de cet animal et des hommes qui y ont été confrontés.


« Para lo lop, petiòta, para lo lop ! Para lo lop, que n’empòrta l’anhelon ! »1. En Corrèze, le loup est partout : au rocher du loup, à Peyrelevade, mais aussi dans la maison du loup d’Espartignac, ou encore dans le nom des fleurs, puisque la digitale pourpre y est appelée la gola de lop (la gueule de loup) et la parisette à quatre feuilles, l’estrangla-lops (l’étrange-loup).

Fruit d’un partenariat entre le parc animalier des Monts de Guéret « Les loups de Chabrières », le musée archéologique et du patrimoine Marius Vazeille à Meymac, le musée du pays d’Ussel et les Archives départementales de Corrèze (AD19), l’exposition « Le Loup en Corrèze, de la ‘male bête’ à l’animal » retrace la présence de cet animal dont les déplacements ont rythmé la chronique locale jusqu’au milieu du XXe siècle2. Documents d’archives aux murs, objets divers, vidéo de présentation du loup par les Monts de Guéret, kakémonos richement illustrés ponctuent cette petite mais complète exposition, au sommet des collines de Tulle.

Continuer la lecture de Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

  1. « Prend garde au loup, petite, prend garde au loup ! Prend garde au loup, qu’il n’emporte l’agnelet ! » []
  2. Le dernier loup de Corrèze a été tué à 1918 à Meilhards, et le dernier loup aperçu à Saint-Hilaire-Luc en 1947. []

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

Un marquis à Thônes (1681-1695) : conseil de ville et autorités seigneuriales à travers les archives communales

Présentation d’une partie du fonds des archives communales déposées de la ville de Thônes, conservées aux Archives Départementales de la Haute-Savoie, à Annecy, où Clara Germann a effectué son stage de 2e année au premier semestre 2016.

La ville de Thônes, située au cœur du massif des Aravis, dans une région montagneuse de la Haute-Savoie, représente depuis l’époque médiévale un lieu d’histoire et une communauté villageoise prospère, à qui les comtes de Genève accordent en 1350 une charte de franchise. Insérée au sein de la seigneurie de la Val des Clefs, elle profite du déclin de la ville des Clefs et du partage de la seigneurie entre plusieurs co-seigneurs pour s’affirmer comme lieu central de circulation des richesses, notamment grâce à son marché. Elle est également le siège d’un châtelain, administrateur judiciaire et financier, prenant sa charge à ferme auprès du comte, puis du duc, qui exerce son autorité sur sa circonscription, ici le mandement de Thônes. La communauté, menée par ses syndics1 , garde précieusement ses archives dont on possède des inventaires depuis le XVIe siècle, et qui sont de la sorte bien conservées, malgré quelques aléas, notamment un incendie partiel au XVIIIe siècle. Il a été décidé au cours des années 1960 de les déposer aux Archives Départementales de la Haute-Savoie, à Annecy, à l’exception des documents les plus prestigieux, correspondant à la série AA du cadre de classement des archives communales (c’est-à-dire les actes constitutifs et politiques de la commune, émanant du pouvoir souverain), qui sont exposés, avec ladite charte de franchise, dans le musée de la ville. Continuer la lecture de Un marquis à Thônes (1681-1695) : conseil de ville et autorités seigneuriales à travers les archives communales

  1. « Les syndics, nommés par l’assemblée générale des communiers, exercent le pouvoir exécutif. Ils sont chargés, au nom de la communauté, de gérer les affaires publiques aux côtés du châtelain et d’assurer avec lui l’administration courante de la ville », définition tirée de La commune jusqu’en 1920 : 700 ans de bons et loyaux services, Archives Départementales de la Haute-Savoie, dir. Hélène Maurin et Julien Coppier, 2015 []

Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon : retours de stages

Présentation des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon par Romain Benoit et Sophie Gauthier qui y ont effectué un stage de 4 mois, au premier semestre 2015 et 2016 respectivement.


Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon (ADRML) sont situées au cœur de la capitale des Gaules. Au XXe siècle, elles étaient réparties entre deux bâtiments. En 1907, les archives s’installent chemin de Montauban, sur les flancs de la colline de Fourvière, dans l’ancien couvent des Carmes déchaussés. Pour pallier le manque de place, une ancienne usine de vêtements est acquise en 1984 rue Servient, à côté de la Préfecture, pour constituer une annexe qui ouvre en 1987. De plus, en 1996, une ancienne usine de charcuterie située à une heure de Lyon, à Saint-Symphorien-sur-Coise, complète le dispositif. Jusqu’en 2014, personnels et archives étaient ainsi répartis sur plusieurs sites. Au milieu des années 2000, décision est prise de construire un écrin doré aux quarante-deux kilomètres linéaires (kml) alors conservés. La réouverture au public en septembre 2014 précédait de peu un deuxième changement, institutionnel celui-là : la création en janvier 2015 de la métropole de Lyon.

Continuer la lecture de Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon : retours de stages