Archives par mot-clé : Archives

Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste et diplomatiste de formation, titulaire d’une licence en archivistique de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de Dakar, diplômé (prom. 2021) du master Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire (TNAH) de l’École nationale des chartes (ENC), et diplômé du master Archives des XXe et XXIe siècles européens de l’Université de Bourgogne ; consultant en archivistique et gestion documentaire au Cabinet d’Expertise en Sciences du Livre et des Archives au Togo (CESLA-TOGO).1


Si des recherches historiques dont celles du savant sénégalais Cheikh Anta Diop2 ont permis de démontrer l’existence d’une culture de l’écrit en Afrique avant la période coloniale, il n’en demeure pas moins que les plus anciennes archives que nous retrouvons dans nos institutions archivistiques africaines contemporaines procèdent des activités menées par l’administration coloniale. Lors des indépendances, on assista, dans la majorité des cas, à un partage de ce patrimoine documentaire entre les anciennes métropoles qui se retiraient de leurs colonies avec des archives dites « de souveraineté » et les nouveaux territoires indépendants qui entraient en possession des archives dites « de gestion »3. C’est aussi le cas du Togo, pays de 56600 km2 situé en Afrique subsaharienne et limité au Nord par le Burkina-Faso, à l’Est par le Bénin, à l’Ouest par le Ghana et au Sud par l’océan Atlantique, qui a été protectorat allemand de 1884 à 1914 puis condominium franco-britannique à la suite de la défaite de l’Allemagne lors de la première Guerre mondiale avant d’accéder à sa souveraineté nationale et internationale le 27 avril 19604. Le Togo a en effet hérité d’un patrimoine archivistique remontant aussi bien à l’époque coloniale allemande que celle franco-britannique. À ces archives coloniales se sont ajoutées avec le temps les documents produits ou reçus dans le cadre de la gestion des affaires par les nouvelles administrations mises en place au lendemain des indépendances5. Dès lors se pose avec acuité la question de la préservation et de la gestion de ce patrimoine documentaire, d’où la prise de plusieurs initiatives, notamment dans les années 1960 – 1980, au nombre desquelles la création d’écoles de formation d’archivistes comme l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) à Dakar (Sénégal) en 1967 mais aussi le recours à des experts de l’UNESCO en vue de mener des réflexions visant au développement de politiques nationales d’archives dans divers pays d’Afrique voire d’Asie et d’Amérique latine6. Parmi ces experts figure François Jacques Himly, dont les apports, entre autres, à la réflexion pour une législation archivistique au Togo dans les années 1978-1979 seront au cœur de nos préoccupations dans le cadre de cet article.

Continuer la lecture de Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

  1. Image de bannière : Montage. À gauche, HIMLY François Jacques, Réorganisation et développement des archives : République togolaise – (mission), UNESCO, Paris, 1979, page de garde ; consulté depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO. À droite, carte du Togo : EC/JRC-ECHO / CC-BY-4.0 / Wikimedia Commons []
  2. DIOP Cheikh Anta, “Nations nègres et culture”, Présence africaine, Paris, 1955. []
  3. JOLLIVET Charly, Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours, thèse de doctorat en archivistique, Université d’Angers, 2020, pp. 60-68. []
  4. GAYIBOR Nicoué Lodjou, Histoire des Togolais : des origines aux années 1960. Le refus de l’ordre colonial, vol. 4, Karthala Éditions, 2011, 759 p. []
  5. MBAN Albert, Les problèmes des archives en Afrique : à quand la solution ?, L’Harmattan : Paris, 2007, 167 p. []
  6. Quelques-uns de ces rapports sont accessibles depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

Entretien avec Lisa Lafontaine (prom. 2021) qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’école intitulée “Le naturel inimitable : les origines de la photographie au Muséum d’histoire naturelle (1840-1880)”, sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC), et d’Éléonore Challine, maître de conférences en Histoire de la photographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Max Hello.


Qu’est-ce qui t’as motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

On m’a très souvent demandé si c’était mon goût et mes connaissances en histoire de la photographie qui m’avaient poussée dans un tel projet ; en réalité, c’est plutôt l’inverse. En première année, je savais que je souhaitais travailler en histoire contemporaine, et le XIXe siècle m’a toujours intéressée. En revanche, je ne savais pas encore dans quelle direction je souhaitais m’orienter. J’avais déjà une certaine appétence pour les sciences et je dirais, plus globalement, que je voulais faire de l’histoire des sciences. Je trouve qu’il y a un côté très rationnel et très méthodique dans ce domaine, que l’on peut retrouver dans l’expertise chartiste, et c’est ce que je désirais rapprocher, mais appliqué à un sujet et à des sources qui sortent quelque peu des sentiers battus.

Continuer la lecture de Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

  1. Image de couverture : PHO41(23), Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 190 × 270 mm, © Muséum national d’histoire naturelle. []

La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

La bibliothèque de l’École des Chartes, après la mise en ligne du portail HAL-ENC, poursuit son projet de valorisation des thèses des anciens élèves, appelé ThENC@.
Depuis 1849, plus de 3000 thèses ont été soutenues par les élèves de l’École nationale des Chartes en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Ces thèses sont versées de manière systématique aux Archives Nationales depuis 1961. Toutefois, les plus anciennes sont dispersées et ont parfois été conservées dans des institutions très différentes. Ce projet, qui a déjà porté à la création d’un site, a pour objectif de créer un accès unifié aux thèses, aux positions de thèse ainsi qu’à toutes les publications autour de celles-ci.

Dans ce cadre, Mme. Amandine Postec, responsable scientifique du projet et adjointe à la directrice de la bibliothèque de l’École des Chartes, a alors proposé aux élèves de participer et mettre en jeu leurs capacités pour contribuer activement à l’enrichissement d’une bibliographie Zotero réunissant toutes les références jusqu’ici trouvées pour la promotion 19001.

Continuer la lecture de La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

  1. Pour retrouver tous les titres des thèses soutenues depuis 1849 : http://theses.enc.sorbonne.fr/ []

Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux