Archives par mot-clé : Archives

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []

Les dons d’archives et de bibliothèques

Les Presses universitaires de Rennes ont publié en juillet 2018 un recueil de contributions sur le don d’archives et de bibliothèques, rassemblées par quatre enseignants chercheurs de l’Université d’Angers et membres du laboratoire Témos (Temps, mondes, sociétés) : Bénédicte Grailles, Patrice Marcilloux, Valérie Neveu et Véronique Sarrazin. Compte-rendu de lecture par Léo Davy et Lou Delaveau (prom. 2019).


À l’heure de la culture collaborative et participative, le don est devenu l’une des modalités de l’inclusion du public des particuliers dans les activités culturelles. Les services d’archives et de bibliothèques sont en première ligne de ce phénomène. Il convenait alors de s’interroger sur le sens et les enjeux du geste de donner, caractérisé par la liberté et la gratuité qui engagent son destinataire et bénéficiaire. L’ouvrage se compose de trois parties, composées en tout de 15 contributions, chacune envisageant les différentes dimensions du don pour confronter exemples et expériences issues du milieu des archives et des bibliothèques : le geste d’offrir et de recevoir un récit de vie ; l’intégration des dons d’archives et de bibliothèques dans un environnement intellectuel et social ; les stratégies d’élaboration d’une politique documentaire à partir des dons.

Continuer la lecture de Les dons d’archives et de bibliothèques

Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Martin Jaillet, doctorant de l’EPHE, est venu présenter un travail collectif de recherche et d’édition d’une correspondance complète d’un soldat du Premier Empire, pour la 1e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL).


Un corpus inattendu

C’est par une découverte fortuite que cette grande enquête sur un soldat de la Grande Armée a commencé. En juin 2018 Martin Jaillet s’est rendu compte qu’il avait fait l’acquisition d’un lot de papiers de famille, essentiellement constitué de lettres :

  • 51 lettres écrites par D.-F. Hinard à R. Passelais (1803-1807)
  • 1 lettre de H. Hinard (1877-1954) à sa femme et à son fils du 10/06/1936
  • 1 lettre d’A. Hinard (1912-2010) du 27/06/1936
  • Plusieurs faire-part de décès des années 1950-1960

L’examen matériel des lettres datées de la fin du Consulat et du Premier Empire montre qu’il s’agit de lettre-enveloppes, de quatre pages (dont une pour l’adresse), avec une écriture particulièrement soignée et régulière, généralement cachetées et timbrées. La plupart sont datées, et leur régularité prouve qu’il s’agit bien d’une correspondance suivie (bien qu’à sens unique). Continuer la lecture de Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Le retour des “fonds de Moscou” en France

Les Presses universitaires de Rennes et le Service historique de la Défense ont publié en 2019 un ouvrage consacré aux archives françaises désignées sous le nom des « fonds de Moscou ». Il s’agit de sept km d’archives saisies en France durant la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne nazie, puis par les armées soviétiques, et conservées en URSS pendant près de quarante ans. Leur restitution et leur rapatriement en France se sont étalés sur plusieurs années, entre 1991 à 1998, à cause de différentes péripéties, coups d’arrêt et reprises. Les auteurs de cette synthèse sont autant des archivistes que des historiens, ce qui rend leurs contributions croisées d’autant plus intéressantes pour apporter un éclairage neuf sur les conditions de saisie et de traitement par les autorités allemandes et russes, et surtout sur les choix de traitement effectués par les autorités françaises à leur retour.


Continuer la lecture de Le retour des “fonds de Moscou” en France

Un nouvel inventaire pour le vieux Montferrand : un exemple de rétro-saisie d’un inventaire sommaire aux Archives départementales du Puy-de-Dôme

Louis Borel de Bretizel (AP2) a réalisé un stage de trois mois au sein des Archives départementales du Puy-de-Dôme auprès de leur directeur, Pierre-Frédéric Brau. Parmi les missions qui lui ont été confiées figure la rétro-saisie d’un inventaire sommaire des archives des consuls de la ville de Montferrand.


Si vous avez déjà visité Clermont-Ferrand, heureux êtes-vous si vous avez poussé jusqu’à la vieille ville de Montferrand ! Tracée selon un plan hippodamien, celle-ci s’élève sur une colline à l’est de Clermont et compte encore nombre d’hôtels du XVIe siècle. Moins connu sans doute que le charme de ses rues, son fonds d’archives est un des plus riches et des mieux conservés parmi les archives communales françaises et possède de nombreux atouts susceptibles d’intéresser les chercheurs. Encore faut-il que l’instrument de recherche qui lui donne accès soit complet et performant : au vu de l’état du fonds et d’un Inventaire sommaire existant, mais inachevé, les Archives départementales du Puy-de-Dôme se sont lancées dans un chantier intéressant de rétro-saisie et de remise à niveau de son instrument de recherche. Avant d’en exposer la méthode et l’intérêt, nous survolerons brièvement l’histoire de cette ville et le destin de ses archives.

Continuer la lecture de Un nouvel inventaire pour le vieux Montferrand : un exemple de rétro-saisie d’un inventaire sommaire aux Archives départementales du Puy-de-Dôme