Archives par mot-clé : Archéologie

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Museiarkeologi Sydost : le département d’archéologie du musée de Kalmar

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, en Suède, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à la fouille du site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

La ville de Kalmar, située dans la région historique du Småland au sud de la Suède, est une des plus anciennes villes du royaume. Port de la Baltique, elle possède notamment un château prestigieux où fut signée en 1397 l’union des royaumes de Suède, Norvège et Danemark, ainsi qu’un port industriel faisant face à l’île d’Öland, séparé par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund). En tant que chef-lieu de comté (län), Kalmar possède également un institut dédié à l’étude, à la conservation et à la valorisation du patrimoine du comté tout entier : le Kalmar Länsmuseum1.

Le port de Kalmar et l’île d’Öland à l’horizon. Photo Charles Viaut

Installé dans un ancien moulin industriel bâti au XIXe siècle sur le port, le musée du comté de Kalmar abrite des expositions permanentes et temporaires dédiées à l’histoire et à l’archéologie de la région, notamment les vestiges du Kronan, navire de guerre suédois coulé au XVIIe siècle au large de la ville, qui fait encore aujourd’hui l’objet de la plus vaste fouille sous-marine au monde. Mais contrairement à ce que l’on peut observer en France, les missions du musée vont bien au-delà de la conservation et de la valorisation de collections : en effet, le musée gère également des missions de protection et de restauration des monuments historiques et d’archéologie préventive et programmée à l’échelle du comté de Kalmar. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser au lecteur francophone, Museiarkeologi Sydost, où j’ai effectué un stage entre août et octobre, est ainsi un service de recherche archéologique situé dans les locaux du musée de Kalmar.

Continuer la lecture de Museiarkeologi Sydost : le département d’archéologie du musée de Kalmar

  1. Illustration de couverture : Photo Charles Viaut []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille

Henri de Mégille, enseignant d’histoire-géographie, diplômé de l’ENS et Paris I (master PISA), est venu parler du long voyage d’Epona pour la 5e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL). Protectrice des cavaliers et des chevaux d’où elle tire son nom, Epona est une divinité gallo-romaine qui émerge entre le Ier et le IIIe siècle ap. J.-C. Des régions éduennes et Trévires jusqu’aux confins du limes danubien, Epona est connue par 438 attestations de culte. Comment expliquer la success story d’une divinité rustique d’origine celte qui, arrivée à Rome, est admise parmi le panthéon impérial ?


Introduction : Le fabuleux destin d’Epona

Epona est une déesse protectrice des cavaliers et des chevaux, qui émerge entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C, et tire son nom du cheval même (du grec ἵππο-, latin equus, celtique epos). Le suffixe -ona serait quant à lui la marque du sacré, d’après le Pseudo-Plutarque, en tant que « déesse qui veille sur les chevaux ». Epona est toujours représentée avec eux, plus que les Dioscures eux-mêmes. Son culte est attesté de la Bourgogne et la Belgique jusqu’au limes danubien en Roumanie, et trouverait son origine dans les régions d’élevage de chevaux de la Gaule lyonnaise, chez les Éduens où il émerge au IIe s.

Statuette d’Epona en bronze, Franche-Comté, époque impériale (Bnf, département des Monnaies, médailles et antiques)

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

L’état actuel des recherches au sujet du château de Talmont, en Vendée, site qui fait actuellement l’objet d’un projet de recherches porté par l’Inrap et l’Université de Poitiers, autour de l’opération archéologique programmée réalisée chaque été sous la direction de Teddy Béthus (Inrap Grand Ouest) et Nicolas Prouteau (Maître de conférences, université de Poitiers – Cescm UMR 7302 CNRS), avec autorisation du SRA des Pays de la Loire. Mon travail de recherche s’inscrit dans ce projet de recherches interdisciplinaire, au sujet des programmes tardifs du château, et plus généralement de la période XIIIe-XVe siècle.

L’étude des périodes historiques anciennes, Antiquité et Moyen Âge, connaît des problèmes méthodologiques bien particuliers. Bien des problématiques doivent désormais faire appel au raffinement technique des spécialistes : spécialistes des textes, de l’iconographie, historiens d’art, archéologues… Le danger est désormais celui d’un trop grand cloisonnement disciplinaire qui cantonnerait chacun dans un champ restreint, ce qui serait évidemment néfaste à une approche globale de chaque période. En ce qui concerne le Moyen Âge, le château est objet fétiche1 tant dans l’imaginaire que dans les préoccupations des chercheurs, depuis le XIXe siècle. Aujourd’hui, les approches pluridisciplinaires renouvellent l’approche de ces édifices, dans le sens d’une étude des structures économiques et sociales des sociétés médiévales. Dans cet état d’esprit, les recherches actuelles sur Talmont incluent des approches  complémentaires qui s’enrichissent  mutuellement, archéologie et textes.

Continuer la lecture de Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

  1. LEROUX (Laure). “Du monument à son histoire : aperçu méthodologique des études castrales en France”. Annales de Janua, n°1. [En ligne] Publié le 15 avril 2013 []